Rapport de l'ASN 2020

fabriqués en usine et livrés sur leur site d’implantation. Un projet de SMR français réunissant EDF, Technicatome, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et Naval Group est actuellement au stade des études préliminaires. L’ASN considère que ces projets constituent des opportunités de développer des réacteurs présentant des améliorations significatives en matière de sûreté nucléaire. Les réacteurs de génération IV Le CEA mène depuis 2000, en partenariat avec EDF et Framatome, des réflexions sur les réacteurs de quatrième génération, notamment au sein du Forum international « Génération IV » ( Generation IV International Forum – GIF). Compte tenu de l’abandon du projet Astrid du CEA, le déploiement industriel des réacteurs de quatrième génération est envisagé au plus tôt à la fin de ce siècle. 3. Perspectives En 2021, les actions de l’ASN dans le domaine du contrôle des centrales nucléaires porteront plus particulièrement sur les thèmes suivants. Les réexamens périodiques Après avoir pris position sur les conditions génériques de la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe au‑delà de leur quatrième réexamen périodique, l’ASN instruira les rapports de conclusion de réexamen des premiers réacteurs concernés. L’ASN poursuivra par ailleurs l’instruction de la phase générique du quatrième réexamen périodique des réacteurs de 1300 MWe. La conformité des installations à leurs référentiels de conception, construction et d’exploitation L’ASN continuera à être particulièrement attentive à la conformité des installations en 2021, et poursuivra à cet égard ses inspections sur l’état des matériels et des systèmes. Elle s’assurera que le nouveau référentiel de traitement des écarts d’EDF permettra de bien répondre aux obligations réglementaires liées à la détection et au traitement des écarts et à l’information de l’ASN. En particulier, l’ASN sera également particulièrement vigilante à la bonne réalisation par EDF du programme de contrôle de la conformité des installations lors des quatrièmes visites décennales de plusieurs réacteurs de 900 MWe. Le contrôle du réacteur EPR de Flamanville L’ASN poursuivra le contrôle de la préparation des différents documents supports à l’exploitation, des actions de conservation des équipements et des conditions de préparation et de réalisation des réparations des soudures des circuits secondaires. Les contrôles des inspecteurs de la sûreté nucléaire resteront à un niveau soutenus. L’ASN poursuivra l’instruction de la demande d’autorisation de mise en service, instruira le bilan des essais de démarrage et poursuivra l’évaluation de la conformité des ESPN les plus importants pour la sûreté. Le contrôle des équipements sous pression nucléaires Ces dernières années, le contrôle des ESPN a été marqué par plusieurs événements majeurs : la mise en évidence des problématiques liées à la ségrégation du carbone dans certains composants forgés, d’irrégularités pouvant s’apparenter à des falsifications, notamment au sein de l’usine Creusot Forge de Framatome et du site des Ancizes d’Aubert et Duval, et de problèmes de maîtrise de la qualité des soudures du réacteur EPR de Flamanville et de traitement thermique des soudures de GV. L’ASN conduira en 2021 les actions de contrôle associées à ces événements et poursuivra, par ailleurs, le travail visant à prévenir le renouvellement de telles problématiques. Rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2020 323 10 – LES CENTRALES NUCLÉAIRES D’EDF 10

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=