Rapport de l'ASN 2020

1. Les principes de la sûreté nucléaire et de la radioprotection 1.1  Les principes fondamentaux Les activités nucléaires doivent s’exercer dans le respect de principes fondamentaux inscrits dans des textes juridiques ou des normes internationales. Il s’agit notamment : ∙ au niveau national, des principes inscrits dans la Charte de l’environnement – qui a valeur constitutionnelle – et dans différents codes ( code de l’environnement , code du travail, code de la santé publique )  ; ∙ sur le plan européen, des règles définies par les directives établissant un cadre communautaire pour la sûreté des instal­ lations nucléaires et pour la gestion responsable et sûre du combustible usé et des déchets radioactifs ; ∙ au niveau international, des dix principes fondamentaux de sûreté établis par l ’ AIEA (voir encadré page 124 et cha­ pitre 6, point 3.1) mis en application par la Convention sur la sûreté nucléaire (voir chapitre 6, point 4.1), qui établit le cadre international du contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection. Ces diverses dispositions d’origines différentes se recoupent largement. Elles peuvent être regroupées sous la forme des huit principes présentés ci‑après. 1.1.1 Le principe de responsabilité de l’exploitant Ce principe, défini à l’article 9 de la Convention sur la sûreté nucléaire , est le premier des principes fondamentaux de sûreté de l’AIEA. Il prévoit que la responsabilité en matière de sûreté des activités nucléaires à risques incombe à ceux qui les entrepren­ nent ou les exercent. Il trouve directement son application dans l’ensemble des activités nucléaires. 1.1.2 Le principe du «pollueur‑payeur » Le principe pollueur‑payeur, figurant à l ’ article 110‑1 du code de l’environnement , stipule que les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle‑ci doivent être supportés par le pollueur. La sécurité nucléaire est définie dans le code de l’environnement comme comprenant « la sûreté nucléaire, la radioprotection, la prévention et la lutte contre les actes de malveillance ainsi que les actions de sécurité civile en cas d’accident ». La sûreté nucléaire est « l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base ainsi qu’au transport de substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets ». La radioprotection est, quant à elle, définie comme « la protection contre les rayonnements ionisants, c’est‑à‑dire l’ensemble des règles, des procédures et des moyens de prévention et de surveillance visant à empêcher ou à réduire les effets nocifs des rayonnements ionisants produits sur les personnes, directement ou indirectement, y compris par les atteintes portées à l’environnement ». La sûreté nucléaire et la radioprotection obéissent à des principes et démarches mis en place progressivement et enrichis continuellement du retour d’expérience. Les principes fondamentaux qui les guident sont promus au plan international par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) . Ils ont été inscrits en France dans la Constitution ou dans la loi et figurent désormais dans des directives européennes. En France, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection des activités nucléaires civiles est assuré par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, en relation avec le Parlement et d’autres acteurs de l’État, au sein du Gouvernement et des préfectures. Ce contrôle, qui s’étend à des domaines connexes comme les pollutions chroniques de toute nature émises par certaines activités nucléaires, s’appuie sur des expertises techniques, fournies notamment par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire  (IRSN) . La prévention et la lutte contre les actes de malveillance pouvant affecter les matières nucléaires, leurs installations et leurs transports relèvent, au sein de l’État, du ministre de la Transition écologique, qui dispose des services du Haut Fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS) pour l’assurer. Bien que distincts, les deux domaines de la sûreté nucléaire et de la prévention des actes de malveillance sont très liés et les autorités qui en sont chargées coopèrent étroitement. Les principes de la sûreté nucléaire et de la radioprotection et les acteurs du contrôle 02 122 Rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2020

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=