Projet de décision relative à la gestion de combustible « Parité MOX »

Publié le 27/06/2017

  • Projet de décision individuelle

Thèmes :

Installations nucléaires :

  • Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

À ce jour, 22 des 34 réacteurs électronucléaires d’une puissance de 900 MWe fonctionnent avec un combustible constitué de crayons contenant soit des pastilles d’oxyde d’uranium enrichi, soit des pastilles composées d’un mélange d’oxyde d’uranium et de plutonium. Ce mélange est appelé « MOX ».

Le plutonium entrant dans la composition du MOX est issu du retraitement du combustible usé. Ce plutonium est constitué de plusieurs isotopes dont seuls certains sont fissiles et peuvent intervenir dans une réaction nucléaire. La composition isotopique du plutonium évolue en fonction de la durée de fonctionnement du réacteur entre deux rechargements en combustible. La façon d’exploiter aujourd’hui les réacteurs d’EDF, en allongeant cette durée, génère un plutonium moins énergétique en raison du taux de combustion des assemblages retraités dont il est issu.

En conséquence, EDF a souhaité pouvoir augmenter la teneur maximale en plutonium du combustible MOX afin que celui-ci conserve le même comportement du point de vue énergétique. EDF a ainsi souhaité faire passer la teneur moyenne en plutonium dans un assemblage de combustible MOX d’un maximum de 8,65 % à un maximum de 9,08 %. A la suite de l’instruction de l’ASN, cette modification a été considérée acceptable du point de vue de la sûreté.

Une partie des réacteurs utilisant du MOX sont soumis à des prescriptions qui leur imposent une limite réglementaire maximale de 8,65 % de plutonium dans le combustible MOX. Il s’agit des réacteurs :

  • nos 1 et 2 de Dampierre-en-Burly ;
  • no 1 de Gravelines ;
  • nos 1, 2 et 3 de Tricastin.

Le présent projet de décision a pour objet de modifier la teneur en plutonium maximale autorisée dans le combustible MOX de ces réacteurs afin de la porter à 9,08 % et de prescrire cette limite aux autres réacteurs utilisant du combustible MOX :

  • nos 1 et 2 de Blayais;
  • B1, B2, B3 et B4 de Chinon;
  • nos 3 et 4 de Dampierre-en-Burly ;
  • nos 2, 3, 4, 5 et 6 de Gravelines ;
  • B1, B2 de Saint-Laurent ;
  • no 4 de Tricastin.

Référence de la consultation [2017.06.053]

Modalités de la procédure de participation du public portant sur le projet de décision de l’ASN relative à la gestion de combustible Parité MOX

Le projet de décision de l’ASN relative à la gestion de combustible Parité MOX sont mis à disposition du public par voie électronique sur le site de l’ASN pour une durée de 15 jours, du 27 juin au 11 juillet 2017.

Les observations peuvent être faites par voie électronique sur le site Internet de l’ASN jusqu’à la date du 11 juillet 2017.

Projet de décision

En savoir plus

Voir la ou les décisions de l'ASN adoptées à l'issue de cette consultation du public :

Publié le 30/10/2017

Décisions de l'ASN

Décision n° 2017-DC-0608 de l’ASN du 5 octobre 2017

Décision n° 2017-DC-0608 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 5 octobre 2017 relative à la gestion de combustible « Parité MOX » de certains réacteurs électronucléaires exploités par Électricité de France (EDF)

Date de la dernière mise à jour : 12/07/2017