Consultation du public sur les conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe au-delà de 40 ans

Publié le 03/12/2020

  • Projet de décision individuelle

Thèmes :

  • Centrales nucléaires

Installations nucléaires :

  • Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF

  • Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

L’ASN ouvre sur son site Internet (ci-dessous) le 3 décembre une consultation du public sur les conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe d’EDF au-delà de leur quatrième réexamen périodique. Cette consultation, qui se déroulera jusqu’au 22 janvier 2021, porte sur le projet de décision que l’ASN envisage d’adopter à l’issue de son instruction de la phase générique du quatrième réexamen périodique de ces réacteurs ; cette phase concerne les études et les modifications des installations qui sont communes à tous les réacteurs, ceux-ci étant conçus sur un modèle similaire.

Dans son projet de décision, l’ASN prescrit la réalisation des améliorations majeures de la sûreté prévues par EDF ainsi que des dispositions supplémentaires qu’elle considère nécessaires à l’atteinte des objectifs du réexamen.

L’ASN considère que l’ensemble des dispositions prévues par EDF et celles qu’elle prescrit ouvrent la perspective d’une poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe pour les dix ans suivant leur quatrième réexamen périodique. Le réexamen périodique sera ensuite décliné sur chaque réacteur de 900 MWe jusqu’en 2031.

La déclinaison sur chaque réacteur comprendra des examens spécifiques sur site et tiendra compte des particularités de chaque installation. Les dispositions prévues par EDF pour chaque réacteur feront l’objet d’une enquête publique.

En France, l’autorisation de créer une installation nucléaire est délivrée par le gouvernement, après avis de l’ASN. Cette autorisation est délivrée sans limitation de durée et un réexamen approfondi de l’installation, appelé « réexamen périodique », est réalisé  tous les dix ans pour évaluer les conditions de la poursuite de fonctionnement de l’installation pour les dix ans à venir.

Les 32 réacteurs de 900 MWe d’EDF sont les plus anciens en fonctionnement en France. Leur quatrième réexamen périodique revêt une importance particulière puisqu’il avait été retenu à leur conception une hypothèse de 40 années de fonctionnement. La prolongation de leur fonctionnement au-delà de cette période nécessite une actualisation des études de conception ou des remplacements de matériels.

L’ASN consulte le public sur un projet de décision fixant à EDF des prescriptions au vu des conclusions de la phase générique du quatrième réexamen périodique. Dans ce projet de décision, l’ASN prescrit les dispositions prévues par EDF apportant une contribution essentielle à l’atteinte des objectifs du réexamen et les compléments que l’ASN considère nécessaires.

Les dispositions prévues par EDF dans le cadre du quatrième réexamen périodique des réacteurs de 900 MWe ont fait l’objet d’une concertation entre septembre 2018 et mars 2019 sous l’égide du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Référence de la consultation [2020.12.73]

Modalités de la procédure de participation du public portant sur le projet de décision fixant à la société Électricité de France (EDF) les prescriptions applicables aux réacteurs des centrales nucléaires du Blayais (INB n° 86 et n° 110), du Bugey (INB n° 78 et 89), de Chinon (INB n° 107 et n° 132), de Cruas (INB n° 111 et n° 112), de Dampierre-en-Burly (INB n° 84 et n° 85), de Gravelines (INB n° 96, n° 97 et n° 122), de Saint-Laurent-des-Eaux (INB n° 100) et du Tricastin (INB n° 87 et n° 88) au vu des conclusions de la phase générique de leur quatrième réexamen périodique

Le projet de décision de l’ASN est mis à la consultation du public par voie électronique sur le site de l’ASN du 3 décembre 2020 au 22 janvier 2021 inclus.

Les observations peuvent être faites ci-dessous ("ajouter un nouveau commentaire")  jusqu’à la date du 22 janvier 2021.

___________________________________________________________________________

Contributions des parties prenantes

Greenpeace

Ministère de l’environnement autrichien

Projet de décision

A voir aussi

Date de la dernière mise à jour : 24/01/2021

Commentaires

  • le 24/01/2021 à 00:05 par Emmanuel

    DFe : vous oubliez juste Fukushima en France, les combustibles usés, le plutonium, le démantèlement des centrales qu'on ne sait pas faire, la faillite d'EDF et son démantèlement qu'on sait faire par contre et en nous refilant le pouilleux comme d'hab, faillite d'AREVA et d'ORANO, importation de plutonium...

    Antinucléaire ne veut rien dire c'est juste de la propagande.
    D'ailleurs, l'énergie solaire, c'est de l'énergie nucléaire.
    Vous diriez que c'est écolo le solaire mais c'est de la propagande aussi, c'est juste nucléaire (fusion des noyaux d'hydrogène en noyaux d'hélium).
    La nature a plus d'un tout dans son sac. Elle n'a que faire des hommes et de leurs préjugés.
    Ce n'est pas le nucléaire le problème, c'est l'homme. L'homme est capable du meilleur comme du pire (et surtout du pire avec la pollution et le crime).
    Ici, le problème, c'est que les piscines ne sont pas bunkérisées et qu'on ne peut exclure la rupture d'une cuve à cause de son vieillissement avec une fluence neutronique dépassant le seuil tolérable et aussi à cause des combustibles usés et du plutonium (qui n'existait pas sur Terre, dans le minerai d'uranium et Pluton, c'est le dieu des enfers. Si le plutonium est réduit en poudre et inhalé, une fraction significative peut passer des poumons dans le sang et à d’autres organes. A partir de 50 milligrammes, il est fort probable de mourir en quelques mois. Il est réputé pour être la substance la plus mortelle pour l'homme) qui vont se rajouter au gros tas qui existe déjà et dont on ne sait que faire et qui est du poison à toxicité radiologique et chimique aigüe sur 100000 ans. Dans le contexte de réchauffement climatique, COVID et autres pandémies, actes de terrorisme, faillites de toutes les entreprises dont EDF, ce n'est pas prudent de persévérer dans l'erreur.
    Dans la tempête, entre le chêne et le roseau on a plus de chances de s'en sortir avec le roseau.
    Avec plus de souplesse, de légèreté, de résilience, d'efficacité on survit en fléchissant pour suivre le courant en s'adaptant aux changements alors que rester rigide (psychorigide) et immobile (30 ans de retard dans le renouvelable) dans la tempête nous sera fatal (Fukushima en France, contamination eau, air, terre généralisée surtout le territoire national et en dehors de nos frontières) et la France sera déracinée et rayée de la.
    Le risque Fukushima en France et le plutonium qui s'échappe est possible avec l'industrie de la fission de l'uranium-235 (le chêne déraciné par le vent violent) et impossible avec l'énergie renouvelable (le roseau qui plie mais ne rompt pas). Et c'est Jean de La Fontaine qui le dit.

  • le 23/01/2021 à 23:10 par superphénix

    poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe d’EDF au-delà de leur quatrième réexamen périodique

    STOP à cette aberration : quand on sait qu'EDF , quasiment en faillite, va être démantelé n'aura plus les moyens d'entretenir ces centrales dont elles sont trop nombreuses à être trop souvent à l'arrêt pour réparations par des sous-traitants mal rémunérés et exploitant une main d'oeuvre incompétente, quand on voit les prévisions de sécheresse et de probable pénurie d'eau, quand on réfléchit au devenir des déchets radioactifs et aux risques vitaux qu'il font courir à la terre et aux populations : on vous dit stoppez ces réacteurs le plus vite possible

  • le 23/01/2021 à 23:05 par DFe

    Prolongation des réacteurs 900 ? Faisons confiance à nos institutions ASN IRSN

    L'ASN et l'IRSN ont la compétence et l'autorité (l'ASN) sur un tel sujet. Les décisions doivent être prises sans pression politique aucune. Par ailleurs, je constate dans les nombreux commentaires des personnes, des associations dont le seul objet est un antinucléarisme primaire. J'en suis d'autant plus choqué que ce sont les mêmes qui se disent écologistes. Ecologistes, mais peu préoccupés par les émissions de CO2. Je veux bien entendre que le nucléaire n'est pas parfait, l'hydraulique non plus, les ENR non plus. Il faut donc aborder le sujet avec pragmatisme, commencer par admettre que l'électricité n'est pas stockable en quantité aujourd'hui (mise à part les STEP, mais pour des quantités qui restent limitées) et ne le sera malheureusement pas à coût raisonnable à court et moyen terme. Il est donc inutile aujourd'hui, ou au mieux anticipé de dilapider des milliards d'€ pour les ENR à coût de subventions, de déstabilisation du marché de l'électricité, tout cela pour quel résultat ? Une augmentation des émissions de CO2, une augmentation des coûts de l'électricité, le tout avec des risques réels de black-out (voir le 8 janvier 2021). La France fait partie des meilleurs pays en quantité de CO2 émis pour sa production électrique. Pourquoi faudrait-il tout changer. Continuons le nucléaire, investissons dans de nouvelles unités. Cessons là ce ratissage politique et électoraliste qui mène dans le mur. Un peu de courage SVP. Le climat en dépend et donc notre civilisation !!

  • le 23/01/2021 à 21:13 par nad46

    poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe d’EDF au-delà de leur quatrième réexamen périodique.

    Même avec les précautions nommées par l'ASN, nous sommes en droit de nous interroger sur la pertinence de confier des centrales vieillissantes à un exploitant faisant preuve d'aussi peu de prévention et de contrôle, au point que l'autorité publique soit obligée de le lui signifier dans les détails.
    STOP à la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe d’EDF au-delà de leur quatrième réexamen périodique.

  • le 23/01/2021 à 21:03 par Emmanuel

    Exp^lication de textes pour J'en appelle à la raison pour éviter Fukushima en France

    Le chêne = industrie de la fission de l'uranium-235.
    Le roseau = Le renouvelable et la sobriété énergétique.
    Le plus terrible des enfants Que le Nord eût porté jusque-là dans ses flancs = Réchauffement climatique, attentat, crash, séisme, inondation, vague submersion, rupture de barrage, erreur humaine.
    Déracinement du chêne par le vent qui redouble ses efforts parce qu'il en est toujours capable, pas forcément dans une mauvaise intention mais juste parce que le vent est ce qu'il est, libre de faire ce qu'il fait et non maîtrisable car même avec la meilleure volonté du monde, avec la meilleure science du monde, on ne prévoit pas tout et on ne maîtrise pas tout et il faut toujours rester humble

  • le 23/01/2021 à 20:53 par Fido

    Maitenance des technologies de 40 ans d'âge ?

    Bonsoir,
    pour avoir travaillé dans ce milieu, nous savons qu'il est très difficile voire impossible de maintenir la compétence de technologies qui ont été conçues par des ingénieurs qui aujourd'hui ne sont plus en activité. Sans parler de la compréhension des conceptions des systèmes de l'époque.
    ATTENTION DANGER !!!
    Arrêtons ces réacteurs dont nous ne maîtrisons plus grand chose à part l'exploitation, mais en cas de problème, il n'y aura personne qui saura ce qui devra être fait.

  • le 23/01/2021 à 20:06 par Laurent BILLAUD

    Synthése ?

    Dans l'espoir que nos commentaires ne resteront pas vains :

    1/ synthèse d'analyse (nb de commentaires unitaires (1 par personne) reçus total, nb par catégories (favorables, neutres, défavorables), arguments principaux pour/contre)

    2/ position de l'ASN sur chacun de ces principaux arguments

    3/ explication détaillée des suites données à cette consultation

    Les experts de l'analyse des consultations publiques auront probablement d'autres pistes possibles : ce serait dommage pour la confiance dans nos institutions et les organismes représentatifs qu(il n'y ait pas de retours à ceux qui ont pris le temps de donner leur avis ...

  • le 23/01/2021 à 20:06 par Spätzle

    11:52 par Emmanuel - LE CHÊNE ET LE ROSEAU

    Qu'est-ce donc qu'il appelle
    De ses vœux Emmanuel
    Du fin fond de sa transe ?
    Fukushima en France...

  • le 23/01/2021 à 18:23 par toscane

    Stop au maintien en fonctionnement des réacteurs 900MWe au-delà de 40 ans

    Même avec les précautions nommées par l'ASN, nous sommes en droit de nous interroger sur la pertinence de confier des centrales vieillissantes à un exploitant faisant preuve d'aussi peu de prévention et de contrôle, au point que l'autorité publique soit obligée de le lui signifier dans les détails. Trop dangereux!

  • le 23/01/2021 à 13:40 par Eric93

    Prolonger la durée de vie des centrales nucléaires

    Nous allons vers la catastrophe, et nous continuons d'accélérer,
    Il est urgent de remplacer le nucléaire par des sources d'énergie propre et sans danger.
    Stoppons cette hérésie purement française de continuer à nucléariser le pays