Le transports de substances radioactives

Les transports de substances radioactives se distinguent par leur grande diversité. Les colis de substances radioactives peuvent peser de quelques centaines de grammes à plus d’une centaine de tonnes et l’activité radiologique de leur contenu peut s’étendre de quelques milliers de becquerels à des milliards de milliards de becquerels pour les colis de combustibles nucléaires irradiés.

La radioprotection dans les transports

Contrôle de débit de dose avant expédition

La radioprotection des travailleurs et du public doit être une préoccupation constante lors des transports de substances radioactives à usage civil.

Comme le prévoient le code de la santé publique et le code du travail :

  • une personne du public ou un travailleur non spécialisé ne doit pas être exposé à une dose efficace supérieure à 1 millisievert (mSv) par an, et
  • un travailleur spécialisé ne doit pas être exposé à une dose efficace supérieure à 20 mSv par an, et
  • le principe d’optimisation doit être appliqué, c’est-à-dire qu’il convient de réduire l’exposition aussi bas que raisonnablement possible en-dessous de ces limites.

Limites d’exposition à proximité d’un colis ou d’un véhicule

La radioprotection fait l’objet de prescriptions précises dans la réglementation applicable au transport de substances radioactives. Ainsi, la réglementation prévoit que :

  • le débit de dose à la surface du colis ne doit pas dépasser 2 mSv/h. Cette limite peut cependant être portée à 10 mSv/h en « utilisation exclusive » [1] car l’expéditeur ou le destinataire peuvent alors donner des consignes spécifiques pour limiter la présence à proximité du colis ;
  • pour les transports par route et voie ferrée, dans tous les cas, le débit de dose ne doit pas dépasser 2 mSv/h au contact du véhicule (ou du wagon) et doit être inférieure à 0,1 mSv/h à 2 mètres du véhicule (ou du wagon).

Ainsi, en supposant qu’un véhicule de transport atteigne la limite de 0,1 mSv/h à 2 mètres, une personne devrait séjourner 10 heures en continu à deux mètres du véhicule avant que la dose reçue atteigne la limite annuelle d’exposition applicable à une personne du public.

Limites de contamination sur les colis

La réglementation fixe de plus une limite sur le niveau de contamination des surfaces externes des colis. Il doit être inférieur à 4 Bq/cm2 en général et 0,4 Bq/cm2 pour les radioéléments émettant des particules alpha de haute énergie (qui sont particulièrement nocives).

Le millisievert (mSv)

Le sievert (Sv) est l’unité légale d'équivalent de dose qui permet de rendre compte de l'effet biologique produit par une dose absorbée donnée sur un organisme vivant. Pour les faibles doses, on utilise le millisievert (symbole mSv) qui représente un millième de sievert et le microsievert (symbole µSv) qui représente un millionième de sievert.

Voici quelques ordres de grandeur :

• la radioactivité naturelle moyenne en France :
2,9 mSv par an et par personne,
• une radiographie pulmonaire :
environ 0,1 mSv,
• un aller-retour Paris-New York :
entre 0,05 et 0,15 mSv.

"

Pour en savoir plus :

Programme de protection radiologique

Mesures de débit de dose à 2 m d’un wagon avant expédition
Mesures de débit de dose à 2 m d’un wagon avant expédition

Ces limites sont complétées par des exigences relatives à l’organisation de la radioprotection au sein des entreprises. Ainsi, les entreprises intervenant dans les opérations de transport doivent mettre en place un programme de protection radiologique, qui regroupe les dispositions prises pour protéger les travailleurs et le public des risques liés à l’exposition aux rayonnements ionisants. Ce programme repose notamment sur une évaluation des doses susceptibles d’être reçues par les travailleurs et le public.

En fonction des résultats de cette évaluation, des actions d’optimisation doivent être mises en place pour rendre ces doses aussi basses que raisonnablement possible (principe ALARA). Par exemple, des chariots plombés peuvent être mis à disposition des manutentionnaires pour réduire leur exposition. L’évaluation de dose des travailleurs permet également de décider de la mise en place d’une dosimétrie pour mesurer la dose reçue, s’il est estimé que celle-ci risque de dépasser 1 mSv/an.

Enfin, l’ensemble des acteurs du transport doivent être formés et sensibilisés aux risques liés aux rayonnements afin d’avoir conscience de la nature des risques, de la manière de s’en protéger et de protéger les autres.

 

[1] L’utilisation exclusive correspond au cas où le véhicule est utilisé par un seul expéditeur et où toutes les opérations de transport se font conformément aux instructions de l’expéditeur ou du destinataire

Date de la dernière mise à jour : 03/07/2017