Les actions de protection de la population

En cas d'accident plusieurs actions peuvent être décidées par le préfet, sur recommandation de l’ASN, pour protéger la population.

La mise à l'abri et à l'écoute

Les personnes concernées, alertées par une sirène, doivent se mettre à l'abri dans un bâtiment en dur, toutes ouvertures soigneusement closes, et y rester à l'écoute des consignes du préfet. Cette action simple permet d’éviter le risque d’irradiation présenté par le passage d’un panache radioactif.

La prise de comprimé d'iode stable

En cas d’accident nucléaire, de l’iode radioactif pourrait être rejeté dans l’atmosphère. Respiré ou avalé, cet iode accroît le risque d’apparition de cancer de la thyroïde. L’ingestion d’iode stable permet de saturer la thyroïde et d’éviter la fixation de l’iode radioactif sur cet organe, limitant ainsi les risques pour la santé. Sur ordre du préfet, les personnes concernées doivent prendre la dose prescrite de comprimés d'iodure de potassium. L’ingestion d’iode stable doit être réalisée au moment opportun et combinée à d’autres actions de protection telles que la mise à l’abri, les restrictions alimentaires et l’évacuation.

L'évacuation

En cas de menace de rejets radioactifs importants, le préfet peut ordonner l'évacuation. Les populations sont alors invitées à préparer un bagage, mettre en sécurité le domicile et quitter celui-là pour se rendre au point de regroupement le plus proche.

L'interdiction ou la limitation de consommation de denrées alimentaires

Afin de limiter la contamination par ingestion, l'interdiction de consommation de denrées alimentaires contaminées peut être prononcée par anticipation durant la phase d'urgence. Des niveaux maximum admissibles ont été fixés pour les aliments.

A télécharger

 

 

 

Focus : Les campagnes de distribution d'iode

Boite de comprimés d'iode de potassium

Les campagnes de distribution de comprimés d’iode ont pour objectif de mettre à disposition des personnes des comprimés d’iode stable (iodure de potassium) leur permettant de protéger leur thyroïde.

En France, le gouvernement a décidé depuis 1997 d’organiser des distributions de comprimés d’iode pour les populations résidant dans des zones à proximité des installations nucléaires susceptibles de rejeter de l’iode radioactif. Depuis 1997, la distribution d’iode a été renouvelée en 2000, 2005 et 2009.

Par exemple, la quatrième campagne de distribution de comprimés d’iode autour des centrales nucléaires EDF s’est déroulée en 2009-2010. Elle a concerné les personnes et collectivités (écoles, entreprises, administrations, etc.) situées dans un rayon de 10 kilomètres autour des 19 centrales nucléaires françaises, soit environ 500 000 foyers et des milliers d’établissements recevant du public, répartis sur 500 communes.

Cette campagne a été organisée par l’ASN, les ministères de l’Intérieur et de la Santé, avec le soutien d’EDF et le concours de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (Anccli), des commissions locales d’information (Cli), de l’Ordre national des pharmaciens, des syndicats des pharmaciens d'officine et de l’Association de pharmacie rurale.

En savoir plus

Sur la distribution d'iode

Sur les textes de référence relatifs à l'iode

Date de la dernière mise à jour : 30/06/2017