La gestion des conséquences de l'accident de Tchernobyl. Perspective thématique

Vingt ans après l'accident de Tchernobyl (1986), le projet PAREX a permis de revenir sur l'ensemble de la gestion post-accidentelle en Biélorussie.

La vie dans les territoires contaminés

Le village d'Olmany

Pour les populations des territoires contaminés, la contamination est devenue une donnée de la vie quotidienne qui l'impacte sur les plans sanitaire (expositions chroniques), économique (agricole), social et humain et remet en cause des modes de vie traditionnels. De plus, à partir de 1991, l'existence d'une zone de relogement volontaire fait entrer dans le système de gestion post-accidentel biélorusse une dimension nouvelle : la liberté de choix des individus quant à leur départ.
 
Dans ce contexte, les problèmes auxquels les individus et les familles sont confrontés sont d'une complexité inédite et le système de gestion mis en place par les pouvoirs publics ne parvient pas à apporter de réponse aux questions concrètes qui se posent au quotidien : quelle est la gravité de la situation ? Dois-je partir ou rester ? Comment se protéger et protéger ses enfants ? Comment se nourrir dans une situation de contamination radioactive diffuse ?

Conditions de vie dans les territoires contaminés

En 1994, des enquêtes de terrain sont menées dans le district biélorusse de Tchetchersk, situé dans les zones contaminées.

Enseignements d'ETHOS en radioprotection

Le projet Ethos (1996-2001) a permis de développer et de tester une démarche innovante de co- expertise entre la population de collectivités locales biélorusses et des experts.

ETHOS dans le domaine agricole

Le premier projet Ethos (1996-1999) a été mis en oeuvre à Olmany, un village du district biélorusse contaminé de Stolyn (dans le sud-ouest de la Biélorussie).

L'exemple de Braguin

Dans le cadre du volet "qualité radiologique" du programme CORE, un projet de suivi radiologique coopératif a été engagé dans le district de Braguin

Projet CORE Agri

Les territoires biélorusses contaminés suite à l'accident de Tchernobyl (plus d'un million d'hectares contaminés par le Césium 137 et environ 500 000 d'hectares contaminés par le Strontium 90) sont pour la plupart des territoires ruraux. L'importance de la dimension agricole dans le contexte post-accidentel biélorusse a entraîné le développement du projet "CORE Agri" en 2001, dès la fin du projet ETHOS.

Date de la dernière mise à jour : 25/03/2014