La gestion des conséquences de l'accident de Tchernobyl. Perspective thématique

Vingt ans après l'accident de Tchernobyl (1986), le projet PAREX a permis de revenir sur l'ensemble de la gestion post-accidentelle en Biélorussie.

Les principales caractéristiques de l'approche ETHOS

Le village d'Olmany

Le projet ETHOS a développé une approche originale fondée sur l'implication de la population dans l'évaluation et la gestion de la situation radiologique. L'objectif de cette approche est de donner aux individus et aux familles des moyens d'évaluer et d'agir face à la situation de contamination de l'environnement (en quittant le territoire ou en développant des stratégies de protection radiologique).

L'approche ETHOS tient également compte de la diversité des intervenants (habitants, professionnels de la santé, enseignants, agriculteurs, kolkhoze, autorités régionales, Comité Tchernobyl, ?) et des niveaux d'action (local, régional, national, international) qui influent sur la situation locale. Il s'agit alors de faciliter la construction de relations avec les différents acteurs qui, à des niveaux territoriaux supérieurs, peuvent rendre possibles ou faciliter les actions développées localement pour améliorer les conditions de vie. L'approche ETHOS apporte un complément à l'action des pouvoirs publics sans s'y substituer.

Le projet met en œuvre une approche globale. Les voies d'amélioration recherchées à travers ETHOS intègrent l'ensemble des dimensions de la vie quotidienne dans les territoires contaminés : aspects économiques et agricoles, environnementaux, humains, sociaux, etc. Le projet vise à une amélioration globale des conditions de vie dont la sécurité est une dimension. Par ailleurs, une contribution durable de la population à la protection radiologique est indissociable d'une amélioration globale de la qualité de vie (un habitant dit par exemple : "Nous préférons mourir de contamination plutôt que de mourir de faim").

La dimension de la santé n'est prise en compte que de façon indirecte dans le projet ETHOS, à travers un objectif de réduction de l'exposition aux rayonnements ionisants et d'identification de stratégies de protection.

Enfin, le projet ETHOS cherche à construire avec les individus et les familles une culture pratique de radioprotection. Une telle culture est fondée sur la connaissance pratique et fine de la contamination du territoire. Cette contamination n'est en effet pas uniforme même à l'échelle d'un village et nécessite d'être caractérisée plus finement. Elle repose également sur l'identification des voies de circulation des radionucléides depuis l'écosystème (par exemple depuis les pâturages) jusqu'à l'homme. Cette culture pratique de radioprotection est enfin fondée sur l'élaboration par les habitants de nouveaux modes de vie et de pratiques professionnelles (notamment agricoles) qui tiennent compte de la situation environnementale et qui leur permettent de réduire leur niveau d'exposition.

Date de la dernière mise à jour : 18/01/2014