La gestion des conséquences de l'accident de Tchernobyl. Perspective historique

Vingt ans après l'accident de Tchernobyl (1986), le projet PAREX a permis de revenir sur l'ensemble de la gestion post-accidentelle en Biélorussie.

La phase de préparation du projet de suivi radiologique

Un poste local de contrôle radiologique dans le district de Braguin

Le projet a nécessité une longue préparation. Pendant cette phase, les partenaires internationaux du projet se sont rendus régulièrement sur place afin d'écouter les acteurs locaux, de comprendre les besoins et les attentes locales.

Le district de Braguin présentait un contexte favorable au projet. En effet, un autre projet, "mère et enfant", visant à améliorer l'assistance médicale offerte aux femmes et aux enfants de ces 3 districts y était déjà engagé. La population locale était donc déjà sensibilisée. De plus, dans le cadre du projet "mère et enfant", une association locale, "Pousse de vie", avait été créée. Enfin, le projet de suivi radiologique a pu tirer parti du retour d'expérience du projet Ethos.

Trois missions sur place ont été organisées. Des réunions avec les acteurs locaux (Pousse de Vie, l'hôpital de Braguin, des dosimétristes, des professionnels, la population et les autorités locales) ont permis de pointer la demande locale d'un renforcement du dispositif de mesures existant, mais en déclin. Ces missions ont également permis de sélectionner 6 villages désirant s'impliquer dans le projet.
 Dans le même temps, l'ACRO a été sollicitée et a accepté de s'impliquer dans le projet pour accompagner l'association Pousse de Vie par ses compétences associatives.

Le projet a été lancé en février 2004, au cours d'un séminaire réunissant l'ensemble des acteurs locaux, ainsi que des représentants du district de Stolyn ayant participé au projet ETHOS.

Date de la dernière mise à jour : 23/08/2018