La gestion des conséquences de l'accident de Tchernobyl. Perspective historique

Vingt ans après l'accident de Tchernobyl (1986), le projet PAREX a permis de revenir sur l'ensemble de la gestion post-accidentelle en Biélorussie.

La mise en place du dispositif de mesure des aliments

Mesure de la radioactivité de produits alimentaires

Au début du projet, des points de mesure gérés par les instances administratives existent, mais ils sont peu nombreux. Il a donc été décidé de restaurer et de moderniser 4 centres de contrôle radiologique qui n'étaient plus en état de marche.

Les partenaires du projet décident également de créer 2 nouveaux centres, dont la gestion est confiée à l'ONG indépendante Pousse de Vie – une situation inédite en Biélorussie.

Grâce à ce dispositif, il devient possible de mesurer les aliments dans 6 villages du district. Des dosimétristes sont formés, et s'engagent à réaliser chacun au moins 30 mesures mensuelles de césium 137 dans les aliments. En novembre 2004, les postes de mesure deviennent opérationnels.

A partir de septembre 2005, des groupes de travail sont mis en place dans les écoles, animés par les enseignants et des dosimétristes, afin de développer auprès des enfants une culture pratique de radioprotection.

Date de la dernière mise à jour : 23/08/2018