La gestion des conséquences de l'accident de Tchernobyl. Perspective historique

Vingt ans après l'accident de Tchernobyl (1986), le projet PAREX a permis de revenir sur l'ensemble de la gestion post-accidentelle en Biélorussie.

Le contexte local dans le district de Tchetchersk

Contamination du district de Tchetchersk en césium 137

Le district biélorusse de Tchetchersk est situé à environ 250 kilomètres au Sud-Ouest de la capitale, Minsk, et à environ 180 km au Nord de Tchernobyl. Ce district a une superficie d'environ 120 000 ha, dont environ 50 000 ha de terrains agricoles.

Le territoire du district a été fortement contaminé suite à l'accident de Tchernobyl (environ un quart du territoire est contaminé à plus de 1,48 millions de Bq/m² ). 17% du territoire sont situés en zone de relogement ultérieur (relogement obligatoire mais non prioritaire par rapport au relogement des populations situées en zone de relogement immédiat). La ville de Tchetchersk, chef-lieu du district, est située dans cette zone. Elle est promise, d'après la loi biélorusse, à un relogement dans un avenir non encore déterminé. Environ la moitié du territoire du district est situé en zone de relogement volontaire et environ 10 % de son territoire est situé en zone de contrôle radiologique strict.

En 1994, au moment des enquêtes, environ un tiers des habitants (sur une population totale de 30 000 habitants en 1991) a quitté le district. On peut distinguer 3 groupes de populations dans le district de Tchetchersk :

  • Les personnes qui n'ont pas quitté le territoire ;
  • Les personnes qui sont parties puis sont revenues suite aux difficultés rencontrées dans leurs nouveaux lieux de résidence ;
  • Un groupe, plus restreint, de personnes qui sont venues s'installer dans le district car il y avait des terrains et des maisons disponibles.

Enfin, les activités agricoles sont fortement impactées par la gestion post-accidentelle : environ un quart des terrains agricoles du district sont interdits à la culture. Le reste des terrains agricoles est soumis, selon le niveau de contamination des sols, à des restrictions diverses.

Date de la dernière mise à jour : 23/08/2018