Communiqués de presse de l'ASN en 2011

Retrouvez dans cette liste, les communiqué de l'ASN publiés en 2011 en lien direct avec l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima

Publié le 14/09/2011 à 10:30

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°36 du 14 septembre 2011

La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi

Publié le 26/08/2011 à 10:00

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°35 du 26 août 2011

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon 8.) La gestion des déchets contaminés

Publié le 02/08/2011 à 10:30

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°34 du 1er août 2011

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon 8.) La gestion des déchets contaminés

Publié le 18/07/2011 à 14:00

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°33 du 18 juillet 2011 (mis à jour le 28 juillet 2011*)

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon 8.) La gestion des déchets contaminés

Publié le 12/07/2011 à 16:45

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°32 du 12 juillet 2011

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon 8.) La gestion des déchets contaminés

Publié le 28/06/2011 à 14:10

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°31 du 28 juin 2011

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon

Publié le 16/06/2011 à 16:34

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°30 du 16 juin 2011

1.) La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 2.) Le suivi des populations présentes au Japon 3.) La contamination radioactive de l’environnement au Japon 4.) La mise en place d’un « zonage post accidentel » 5.) La radioactivité dans les produits alimentaires japonais 6.) La radioactivité dans l’eau du robinet au Japon 7.) La radioactivité dans les produits non alimentaires au Japon

Publié le 23/05/2011 à 15:00

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°29 du 23 mai 2011

La situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi L’injection d’eau douce dans les réacteurs 1 à 3 et les piscines d’entreposage du combustible 1 à 4 se poursuit en circuit ouvert. Le 15 mai, l’exploitant de la centrale (Tepco) a indiqué que le niveau d’eau dans le réacteur n°1 était très bas car le combustible du réacteur a fondu et a percé le fond de la cuve. Afin d’éviter la dispersion d’éléments radioactifs, Tepco a commencé des opérations de recouvrement du bâtiment réacteur n°1.

Publié le 20/04/2011 à 18:46

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°28 du 20 avril 2011

I. Situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi L’injection d’eau douce dans les réacteurs 1 à 3 et les piscines 1 à 4 se poursuit en circuit ouvert. La situation est stable mais une augmentation de pression est toutefois observée dans la cuve du réacteur 1. L’exploitant Tepco se concentre toujours sur trois priorités : - La prévention du risque d’explosion résultant de l’accumulation d’hydrogène dans les enceintes des réacteurs. L’exploitant continue à injecter de l’azote gazeux dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 afin de réduire les risques d’explosion d’hydrogène. L’injection d’azote devrait débuter dans les prochains jours dans les réacteurs 2 et 3. - La gestion de l’eau contaminée. Cette eau a servi au refroidissement en circuit ouvert du combustible nucléaire. Une fissure provoquant des écoulements vers la mer a été colmatée le 5 avril grâce à l’injection de silicate de sodium dans les fondations. L’exploitant cherche à assurer le pompage de l’eau contaminée ; cette eau empêche le démarrage des systèmes de refroidissement. L’eau présente dans les bâtiments turbines et dans les galeries va être transférée vers le bâtiment de traitement des effluents et vers des entreposages mobiles (barge, bateau, citerne). Tepco a évalué la quantité d’eau fortement radioactive à pomper dans les diverses installations du site à 67 000 tonnes. Le transfert de l’eau du réacteur n°2 vers le bâtiment de traitement des effluents a commencé le 19 avril. - La mise en place, à terme, d’un refroidissement en circuit fermé (lui-même refroidi par un deuxième circuit utilisant une source froide) de façon que l’eau contaminée ne s’échappe plus. Tepco a rendu public, le 17 avril, un plan d’actions visant à maîtriser les rejets et à abaisser significativement la radioactivité. Ce plan, qui devrait durer plusieurs mois, vise à traiter 5 problématiques : le refroidissement des cœurs ; le refroidissement des piscines ; le devenir de l’eau fortement contaminée ; la maîtrise du confinement des réacteurs ; la gestion des populations évacuées.

Publié le 15/04/2011 à 15:00

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°27 du 15 avril 2011 à 15h00

I. Situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi Les injections d’eau douce dans les réacteurs 1 à 3 et les piscines 1 à 4 se poursuivent en circuit ouvert. L’exploitant Tepco se concentre toujours sur trois priorités : La prévention du risque d’explosion en raison de l’accumulation d’hydrogène dans les enceintes des réacteurs. L’exploitant continue à injecter de l’azote gazeux dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 afin de réduire les risques d’explosion d’hydrogène. La pression dans ce réacteur est globalement stabilisée. La gestion de l’eau contaminée. Cette eau a servi au refroidissement en circuit ouvert du combustible nucléaire. Une fissure provoquant des écoulements vers la mer a été colmatée le 5 avril grâce à l’injection de silicate de sodium dans les fondations. Tepco a évalué la quantité d’eau fortement radioactive à pomper dans les diverses installations du site à 60 000 tonnes. La moitié pourrait être entreposée dans des installations extérieures (barge, plateforme flottante) et l’autre moitié sur site. Plusieurs jours seront nécessaires pour vider les différents réservoirs sur site et pour vérifier leur étanchéité. A cette fin, un rejet volontaire en mer de 11 500 tonnes d’eau faiblement contaminée a été effectué. L’objectif à terme de l’exploitant est de mettre en place un refroidissement en circuit fermé, lui-même refroidi par un deuxième circuit utilisant une source froide de façon à ce que l’eau contaminée ne s’échappe plus.

Publié le 12/04/2011 à 18:04

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°26 du 12 avril 2011 à 18h00

I. Situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi Deux séismes importants d’une magnitude de 6,6 et de 6.3 sur l’échelle de Richter ont eu lieu respectivement les 11 et 12 avril à 8h16 et 5h07 (heure GMT) sans provoquer de nouveaux dégâts significatifs sur les installations nucléaires. Lors du séisme du 11 avril dont l’épicentre était situé à environ 80 km de Fukushima, les travailleurs ont été évacués par précaution. L’alimentation électrique permettant le refroidissement des réacteurs 1, 2 et 3, rétablie depuis le 5 avril, a été coupée, mais a pu être rétablie rapidement. Le refroidissement des réacteurs n’a été interrompu que pendant 50 minutes. Le tsunami généré a été de faible amplitude (moins d’un mètre). Le séisme du 12 avril n’a pas eu d’impact direct sur l’état des réacteurs. Un incendie au niveau du bâtiment d’échantillonnage des rejets en mer a toutefois été repéré à 6h38 et maîtrisé avant 7h00. Les injections d’eau douce dans les réacteurs 1 à 3 et les piscines 1 à 4 se poursuivent en circuit ouvert. Une partie de l’eau apportée se répand donc dans l’enceinte de confinement ou dans d’autres bâtiments, essentiellement les salles des turbines. Des infiltrations en sous-sol et des ruissellements sont donc probables.

Publié le 08/04/2011 à 19:56

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°25 du 8 avril 2011 à 18h00

I. Situation dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi  L’alimentation électrique externe des pompes de refroidissement des réacteurs 1, 2 et 3 a été rétablie depuis le 5 avril. Les injections d’eau douce dans les réacteurs 1 à 3 et les piscines 1 à 4 se poursuivent en circuit ouvert. Cela signifie qu’une partie de l’eau apportée se répand dans l’enceinte de confinement ou dans d’autres bâtiments, essentiellement les salles des turbines. Des infiltrations en sous-sol et des ruissellements sont donc possibles. L’exploitant japonais Tepco travaille actuellement sur trois priorités : - La prévention du risque d’explosion en raison de l’accumulation d’hydrogène dans les enceintes des réacteurs. L’exploitant japonais injecte de l’azote gazeux dans l’enceinte de confinement du réacteur n°1 depuis le 6 avril afin de réduire les risques d’explosion d’hydrogène. La fin de l’injection est prévue cette fin de semaine. La même opération est envisagée dans les enceintes des réacteurs 2 et 3. - La gestion de l’eau contaminée. Cette eau a servi au refroidissement en circuit ouvert du combustible nucléaire. Une fissure provoquant des écoulements vers la mer a été colmatée le 5 avril grâce à l’injection de silicate de sodium dans les fondations. Tepco a évalué la quantité d’eau fortement radioactive à pomper dans les diverses installations du site à 60 000 tonnes. La moitié pourrait être stockée sur des installations extérieures (barge, plateforme flottante) et l’autre moitié sur site. Plusieurs jours seront nécessaires pour vider les différents réservoirs sur site et pour vérifier leur étanchéité. A cette fin, un rejet volontaire en mer de 11 500 tonnes d’eau faiblement contaminée est en cours. La fin de l’opération est prévue cette fin de semaine. - L’objectif de l’exploitant japonais à terme est de mettre en place un refroidissement en circuit fermé - lui-même refroidi par un autre circuit - c’est-à-dire une circulation de l’eau en boucle dans la centrale, de façon à ce que l’eau contaminée ne s’échappe plus.

Publié le 05/04/2011 à 19:30

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°24 du 5 avril 2011 à 19h30

Situation de la centrale de Fukushima L’alimentation électrique externe des pompes à eau des réacteurs 1, 2 et 3 a été rétablie. L’injection en eau douce se poursuit dans les cuves des réacteurs n°1 à 4. C’est un refroidissement en circuit ouvert, c’est-à-dire qu’une partie de l’eau apportée se répand dans l’enceinte de confinement ou dans d’autres bâtiments, essentiellement les salles des turbines. L’exploitant japonais Tepco réalise des opérations en vue de collecter cette eau et de l’isoler. Tepco a évalué la quantité d’eau fortement radioactive à pomper dans les diverses installations du site à 60 000 tonnes. La moitié sera stockée sur site (dans des condenseurs et d’autres bâtiments) et l’autre moitié sur une barge de la Marine américaine et sur une île artificielle Megafloat. L’objectif de l’exploitant à terme est de mettre en place un refroidissement en circuit fermé : eau circulant en boucle dans un circuit de la centrale, de façon à ce que l’eau contaminée ne s’échappe pas. La remise en fonction des matériels nécessaires à cette fin s’avère difficile car ils ont pu être détériorés. En outre, la présence d’eau contaminée dans certains bâtiments complique les interventions humaines. Tepco essaye actuellement de remédier à deux problèmes principaux : - Le risque d’explosion en raison de l’accumulation d’hydrogène. Une injection d’azote liquide pourrait être opérée sur le réacteur 1 afin d’éviter ce risque ; - Les fuites d’eau contaminée issues du réacteur 2. Tepco a indiqué qu’il injecterait du silicate de sodium dans les fondations situées à proximité de la tuyauterie du réacteur pour empêcher ce phénomène.

Publié le 01/04/2011 à 19:44

Communiqué de presse

Communiqué de presse n°23 du 1er avril 2011 à 18h30

I. Situation de la centrale de Fukushima L’injection en eau douce se poursuit dans les cuves des réacteurs n°1 à 3 et les piscines des réacteurs 1, 2, 3 et 4 à un niveau qui est a priori suffisant. C’est un refroidissement en circuit ouvert, c’est-à-dire que l’eau apportée s’évapore ou se répand dans l’enceinte de confinement ou dans d’autres bâtiments, essentiellement les salles des turbines. L’exploitant Tepco réalise des opérations en vue de collecter cette eau et de l’isoler. L’objectif à terme est de passer à un refroidissement en circuit fermé : eau circulant en boucle dans un circuit de la centrale de façon à ce que l’eau contaminée ne s’échappe pas. La remise en fonction des matériels nécessaires à cette fin s’avère difficile car ils ont pu être détériorés. En outre, la présence d’eau contaminée dans certains bâtiments complique les interventions humaines. Il est probable que ces difficultés substituent et que la situation évolue peu dans les prochains jours.

Publié le 01/04/2011 à 13:30

Communiqué de presse

Rapport de l'ASN à l'OPECST

A l’occasion de la présentation du rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2010, l’ASN a été entendue mercredi 30 mars 2011 par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Cette audition a permis de nombreux échanges avec les parlementaires et la presse.