Iter (International Thermonuclear Experimental Reactor)

Le projet ITER (International Thermonuclear Expérimental Reactor) concerne une installation expérimentale dont l’objectif est la démonstration scientifique et technique de la maîtrise de l’énergie de fusion thermonucléaire obtenue par confinement magnétique à plasma deutérium-tritium, lors d’expériences de longue durée avec une puissance significative (500 MW pendant 400 s).

Réacteur expérimental de fusion - ITER Organization

L’installation ITER (INB 174), en cours de construction depuis 2010 sur le site de Cadarache et attenante aux installations du CEA, sera un réacteur expérimental de fusion, dont l’objectif est la démonstration scientifique et technique de la maîtrise de l’énergie de fusion thermonucléaire obtenue par confinement magnétique d’un plasma de deutérium‑­tritium, lors d’expériences de longue durée avec une puissance significative (puissance de 500 MW développée pendant 400 secondes). Ce projet international bénéficie du soutien financier de la Chine, de la Corée du Sud, des États‑Unis, de l’Inde, du Japon, de la Russie et de l’Union européenne, qui fournissent en nature certains équipements du projet.

Les inspections de l’Organisation ITER – exploitant nucléaire de l’installation – menées par l’ASN, qui se sont déroulées sur le site de Cadarache et en Corée du Sud sur le site de fabrication de certains secteurs de la chambre à vide, concluent à une prise en compte globalement satisfaisante des exigences de sûreté par l’ensemble de la chaîne d’intervenants extérieurs, dès la conception de l’installation.

L’ASN maintient son attention sur la qualité de réalisation de ce projet complexe et attend une plus grande rigueur pour l’évaluation des enjeux de radioprotection. En effet, à la suite de la découverte par l’ASN, en décembre 2018, du non‑respect d’une exigence définie concernant l’épaisseur minimale d’une paroi en béton, des échanges techniques ont eu lieu entre l’ASN et l’exploitant concernant l’évaluation des cartographies radiologiques dans l’installation.

Appréciations 2019

L’ASN considère que l’exploitant n’a pas, à ce stade, apporté d’éléments de nature à attester de sa pleine maîtrise de la radioprotection dans l’installation, alors que la construction des bâtiments est bien avancée.

En savoir plus

La construction d’ITER

L’ASN considère que l’exploitant n’a pas, à ce stade, apporté d’éléments de nature à attester de sa pleine maîtrise de la radioprotection dans l’installation, alors que la construction des bâtiments est bien avancée.

Date de la dernière mise à jour : 29/05/2020