Occitanie

NOUS CONTACTER

Division de Bordeaux 
Cité Administrative de Bordeaux
Boite 21
2, rue Jules Ferry
33090 Bordeaux Cedex
Secrétariat de la cheffe de division et du pôle dédié
aux centrales nucléaires :
+33 (0)5 56 24 87 26
Secrétariat du pôle dédié aux activités nucléaires de proximité :
+33 (0)5 56 24 87 58
Fax : +33 (0)5 56 24 87 11
bordeaux.asn@asn.fr

Division de Marseille
36, boulevard des dames CS30466
13235 Marseille cedex 2
Tél : +33 (0)4 88 22 66 27
Fax : +33 (0)4 88 22 66 49
marseille.asn@asn.fr

Les divisions de Bordeaux et Marseille assurent conjointement le contrôle de la sûreté nucléaire, de la radioprotection et du transport de substances radioactives dans les 13 départements de la région Occitanie.

L'année 2017 en chiffres

En 2017, l’ASN a réalisé 116 inspections en région Occitanie, dont 37 inspections dans les INB, 71 inspections dans le nucléaire de proximité et 8 dans le domaine du transport de substances radioactives.

Par ailleurs, l’ASN a réalisé 8 jours d’inspection du travail à la centrale de Golfech.

Au cours de l’année 2017, un événement significatif classé au niveau 1 de l’échelle INES a été déclaré par les exploitants des installations nucléaires d’Occitanie. Dans le domaine du nucléaire de proximité, un événement significatif classé au niveau 1 de l’échelle INES a été déclaré à l’ASN. Trois événements concernant les patients en radiothérapie ont été classés au niveau 1 sur l’échelle ASN-SFRO.

Les installations contrôlées en région Occitanie

Carte

OCCITANIE

Éviter la carte

Fil d'actualités

Voir toutes les actualités

Le parc d’activités et d’installations à contrôler comporte :

  • des installations nucléaires de base :
    • à Golfech (Tarn-et-Garonne) :
      • la centrale nucléaire de Golfech, constituée de 2 réacteurs à eau  sous pression de 1 300 MWe ;
    • à Marcoule (Gard) :
      • l’usine Mélox de production  de combustible nucléaire « MOX » ;
      • le centre de recherche du CEA Marcoule qui inclut les INB civiles Atalante et Phénix ainsi que  le chantier de construction  de l’installation d’entreposage  de déchets Diadem ;
      • l’installation Centraco de traitement de déchets faiblement radioactifs ;
      • l’ionisateur industriel Gammatec ;
    • à Narbonne (Aude) :
      • l’installation d’entreposage de déchets Écrin sur le site de Malvési ;
  • des activités nucléaires de proximité du domaine médical :
    • 14 services de radiothérapie externe ;
    • 6 services de curiethérapie ;
    • 19 services de médecine nucléaire ;
    • 96 établissements mettant en œuvre des pratiques interventionnelles radioguidées ;
    • 111 scanners ;
    • environ 5 000 appareils de radiologie médicale et dentaire ;
  • des activités nucléaires de proximité du domaine vétérinaire, industriel et de la recherche :
    • environ 400 établissements industriels et de recherche, dont 26 entreprises exerçant une activité de radiographie industrielle, 4 accélérateurs de particules  de type Cyclotron, 79 laboratoires, principalement implantés dans les universités de la région, et environ 300 utilisateurs de détecteurs de plomb dans les peintures ;
    • environ 450 cabinets ou cliniques vétérinaires pratiquant le radiodiagnostic.
  • des laboratoires et organismes agréés par l’ASN, notamment :
    • 3 sièges de laboratoires agréés  pour les mesures de la radioactivité de l’environnement ;
    • 6 sièges d’organismes agréés pour les contrôles en radioprotection.

Détails sur les sites :

Plateforme de Marcoule

À la demande des Autorités de sûreté nucléaires civile (ASN) et de défense (ASND), une étude d’impact globale de la plateforme de Marcoule a été réalisée par les exploitants. Cette démarche a été engagée concomitamment aux demandes des exploitants de la plateforme de modifier les textes encadrant leurs rejets d’effluents dans l’environnement. En lien avec la CLI Gard-Marcoule, une démarche de consultation du public a été menée localement à partir de septembre 2011, incluant notamment l’organisation de plusieurs réunions publiques d’information. L’ASN prendra position sur les demandes des exploitants et sera amenée à édicter de nouvelles prescriptions.

Voir aussi :

Utilisations médicales

La médecine fait appel, tant pour le diagnostic que pour la thérapie, à diverses sources de rayonnements ionisants qui sont produits soit par des générateurs électriques, soit par des radionucléides. Les installations dans ce domaine sont nombreuses et diversifiées.

Autres activités industrielles

L’industrie utilise des sources de rayonnements ionisants dans une grande variété d’applications et de lieux d’utilisation. Ces rayonnements sont produits soit par des radioéléments en sources scellées ou non, soit par des générateurs électriques. L’industrie a également recours à des installations nucléaires non directement liées à l’industrie électronucléaire destinées par exemple à la production de radio-pharmaceutiques, au traitement et au conditionnement de déchets de faible activité ou encore à assurer des activités de maintenance nucléaire.

Transports de substances radioactives

Une grande partie (85%) des colis de substances radioactives qui circulent en France sont constitués de radio-isotopes destinés à un usage médical, pharmaceutique ou industriel. Ces colis sont très divers. Leur radioactivité varie sur plus de douze ordres de grandeur, soit de quelques milliers de becquerels (colis pharmaceutiques) à des millions de milliards de becquerels (combustibles irradiés), et leur masse de quelques kilogrammes à une centaine de tonnes.

Environnement et public

Le radon et les sites miniers

Les CLI de votre région

Les CLI ont une mission générale de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement pour ce qui concerne les installations du site ou des sites qui les concernent.

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018