La sûreté nucléaire et la radioprotection dans la région Centre-Val de Loire en 2016 : l’ASN dresse un bilan globalement satisfaisant

Publié le 14/09/2017 à 10:36

Communiqué de presse

La division d’Orléans de l’ASN a présenté le 14 septembre le bilan de son action de contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection dans la région Centre-Val de Loire pour l’année 2016.

Cette conférence de presse fait suite à la publication par l’ASN de son Rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2016.

Au regard des 148 inspections qu’elle a réalisées en 2016, l’ASN considère que le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en région Centre-Val de Loire reste globalement satisfaisant.

L’ASN considère que les performances des centrales de Chinon, Dampierre-en-Burly et de Saint-Laurent-des-eaux rejoignent globalement l’appréciation générale portée par l’ASN sur EDF dans le domaine de la sûreté nucléaire. En revanche, les performances de la centrale de Belleville-sur-Loire sont jugées en retrait. Il a notamment été relevé que plusieurs des évènements significatifs qu’elle a déclarés en 2016 découlent de défauts de surveillance dans la conduite des installations et d’évaluation inadaptée pour le traitement de plusieurs écarts (anomalies pouvant affecter les matériels ; organisation). En avril 2017, l’ASN a effectué une inspection renforcée dans le domaine de la gestion des écarts. L’absence de progrès significatifs dans ce domaine constatée lors de l’arrêt pour visite partielle du réacteur 1 conduit l’ASN à placer la centrale de Belleville-sur-Loire sous surveillance renforcée.

En matière de radioprotection, les performances des centrales de Saint-Laurent-des-Eaux et de Belleville-sur-Loire se situent dans la moyenne des centrales d’EDF. Comme les années précédentes, l’ASN estime que Chinon se distingue toujours positivement dans ce domaine. Les observations faites lors des contrôles effectués pendant les arrêts de réacteur marquent par contre une dégradation des performances pour la centrale de Dampierre-en-Burly. L’ASN considère que cette dernière se situe en retrait par rapport à la moyenne nationale dans ce domaine, et a poursuivi ses vérifications des dispositions de radioprotection dans le cadre des activités réalisées en période d’arrêt en 2017.

S’agissant de la prévention des pollutions et de la maitrise de l’impact et des nuisances pour le public et l’environnement, l’ASN considère que les quatre sites du Val de Loire rejoignent l’appréciation générale portée sur EDF dans ce domaine. Elle note en particulier qu’après plusieurs années pendant lesquelles elle a appliqué un contrôle renforcé dans le domaine de l’environnement, la centrale de Belleville-sur-Loire possède désormais une organisation plus robuste en la matière. De manière générale, l’ASN reste attentive en 2017 à la conformité des installations à la réglementation générale en matière d’environnement.

L’ASN considère que le niveau de sûreté des anciennes centrales de Chinon et de Saint-Laurent-des-Eaux est satisfaisant. Elle a poursuivi son contrôle des dispositions de radioprotection, et notamment les actions correctives mises en œuvre par EDF à la reprise des chantiers de démantèlement à risque de contamination interne à Saint Laurent A, qui avaient été interrompus après plusieurs cas de contaminations avérées. Ce point fait l’objet de vérifications par l’ASN en 2017.

Dans le domaine médical, l’ASN considère que dans l’ensemble les organisations visant à garantir la radioprotection des patients dans les centres de radiothérapie et de curiethérapie sont satisfaisantes. L’ASN note toutefois que l’analyse approfondie des incidents n’est pas encore effectuée de manière systématique et porte une attention particulière en 2017 aux leçons tirées de ces incidents.

L’ASN estime que la radioprotection des travailleurs tend à s’améliorer dans le domaine des pratiques interventionnelles. Elle constate encore toutefois des écarts concernant le port des équipements de protection individuelle et de la dosimétrie et considère que l’optimisation de l’utilisation du matériel doit progresser. Les contrôles dans ses domaines sont renouvelés en 2017.

S’agissant des utilisations industrielles des rayonnements ionisants, L’ASN a poursuivi ses contrôles des activités de gammagraphie qui présentent des enjeux de radioprotection importants, du fait de leur utilisation de sources scellées à haute activité.

 

Contact presse :

Date de la dernière mise à jour : 14/09/2017