Siloette (déclassée)

Siloette est un ancien réacteur nucléaire de recherche qui a été en service au centre CEA Grenoble de 1964 à 2002. D'une puissance de 100 kW, Siloette a été conçu dans les années 1960 par Guy Deniélou. De type "piscine" à cœur ouvert, il était alimenté par de l'uranium fortement enrichi (à 93 %).
Ce réacteur était une maquette critique destinée principalement à la formation du personnel d'EDF. Son nom est le diminutif de Siloé, un réacteur de recherche plus puissant localisé lui aussi au centre CEA de Grenoble.

Réacteur de recherche - CEA

Installion contrôlée par :

la division de Lyon

Siloette est un ancien réacteur nucléaire de recherche qui a été en service au centre CEA Grenoble de 1964 à 2002. D'une puissance de 100 kW, Siloette a été conçu dans les années 1960 par Guy Deniélou. De type "piscine" à cœur ouvert, il était alimenté par de l'uranium fortement enrichi (à 93 %).

Ce réacteur était une maquette critique destinée principalement à la formation du personnel d'EDF. Son nom est le diminutif de Siloé, un réacteur de recherche plus puissant localisé lui aussi au centre CEA de Grenoble.

Le démantèlement nucléaire de Siloette s'est déroulé entre les années 2002 et 2007. Puis le réacteur Siloette, installation nucléaire de base n°21, a été déclassé le 15 août 2007 (date de publication au journal officiel).

Appréciations 2019

Le site comptait six installations nucléaires, qui ont cessé progressivement leur activité et sont passées en phase de démantèlement en vue d’aboutir à leur déclassement. Le déclassement du réacteur Siloette a été prononcé en 2007, celui du réacteur Mélusine en 2011, celui du réacteur Siloé en janvier 2015 et celui du LAMA en août 2017.

Les dernières INB du site sont la station de traitement des effluents et des déchets solides et l’entreposage de décroissance (STED) (INB 36 et 79). L’ensemble des bâtiments a été déconstruit, conformément à leur décret de démantèlement.

Les échanges techniques entre l’ASN et le CEA se sont poursuivis en 2018 concernant l’assainissement des sols de la STED, du point de vue radiologique et chimique. L’ensemble des opérations techniquement réalisables à un coût raisonnablement acceptable a été exécuté. Compte tenu de la présence d’un marquage résiduel chimique et radiologique, l’exploitant a déposé un dossier de déclassement accompagné d’un dossier d’institution de servitudes d’utilité publique en décembre 2019.

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020