L'installation TU 5 et W

Le site Orano de Pierrelatte (INB n°155) dans la Drôme (26) s'étend sur environ 300 ha et emploie 860 personnes. Les activités du sites sont principalement axées sur l'amont du cycle du combustible avec l'usine W et l'aval avec l'atelier TU5.

Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Installation contrôlée par :

la division de Lyon

L'installation en bref

Le site Orano de Pierrelatte (INB n°155) dans la Drôme (26) s'étend sur environ 300 ha et emploie 860 personnes. Les activités du sites sont principalement axées sur l'amont du cycle du combustible avec l'usine W et l'aval avec l'atelier TU5 :

  • L'usine W transforme l'hexafluorure d'uranium naturel appauvri en provenance de l'établissement d'EURODIF (usine Georges Besse) et de SET (usine Georges Besse II), en oxyde d'uranium stable permettant un entreposage de longue durée. Cette usine est opérationnelle depuis 1984 et a vu sa capacité doublée en 1993.
  • L'atelier TU5 traite le nitrate d'uranyle en provenance de Orano la Hague. Le nitrate d'uranyle, un des produits résultant du retraitement des combustibles usées des centrales électronucléaires, est converti en tétrafluorure d'uranium ou en oxyde d'uranium. Toutefois, la configuration technique actuelle de l'installation ne lui permet pas de fabriquer d'UF4. A l'instar de l'usine W, l'atelier TU5 produit un oxyde d'uranium stable. Cet atelier fonctionne depuis 1996.
  • Le parc P18 entrepose l'oxyde d'uranium stable issu de l'atelier TU5.

L'installation peut mettre en œuvre jusqu'à 2000 tonnes d'uranium par an. L'uranium de retraitement est, pour une part, entreposé sur le site Orano de Pierrelatte, l'autre part étant expédiée à l'étranger pour enrichissement.

Appréciations 2017

L’ASN considère que les installations TU5 et W restent exploitées avec un niveau de sûreté assez satisfaisant. Les relations avec l’exploitant sont nourries et constructives.

Pour l’usine TU5, l’année 2017 a été marquée par les conclusions du réexamen périodique en début d’année. Dans ce cadre, 66 engagements ont été pris par Areva. Les engagements à échéance 2017 ont été mis en œuvre. L’ASN se prononcera en 2018 sur les conditions de poursuite de fonctionnement de cette installation.

En ce qui concerne EM3, la nouvelle unité d’émission d’hexafluorure d’uranium (UF6) de l’usine W, dont la mise en service est prévue pour 2018, les travaux se sont poursuivis avec la fin du montage des équipements et le début des essais. Ce nouvel atelier répondra aux exigences de sûreté fixées par l’ASN à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima et présentera un meilleur niveau de confinement en cas de fuite d’UF6 et de résistance aux agressions internes et externes.

D’une manière générale, l’exploitant doit continuer à s’améliorer sur la rigueur d’exploitation et notamment sur la détection et la gestion des écarts. L’ASN reste donc vigilante au maintien d’une rigueur suffisante dans les gestes d’exploitation ou de maintenance, dans la gestion des anomalies détectées dans le cadre de contrôles et essais périodiques et dans le suivi des écarts et actions qui en découlent.

En outre, une inspection inopinée sur la gestion des déchets a mis en évidence une organisation insuffisante d’Areva pour traiter le flux de déchets important en période d’arrêt technique et ne permettant pas d’assurer le respect des exigences attendues pour la gestion des entreposages, la prévention des mélanges entre les différentes catégories de déchets, leur conditionnement et la traçabilité associée. L’ASN a demandé la mise en place d’un plan d’action assorti de mesures de contrôle et de surveillance dont elle vérifiera les résultats en 2018.

Principales étapes réglementaires

Décret d'autorisation de création (DAC)

Décret n°92-639 du 7 juillet 1992 abrogé par décret du 15 septembre 1994
Mise en service définitive prononcée le 17/09/2004

Rapport de sûreté (RS)

janvier 2009

Règles générales d'exploitation

décembre 2013

Prescriptions techniques

Indice 3 de mai 2005 notifié par courrier daté du 24/05/2005

Arrêté de rejets des effluents liquides et gazeux et de prélèvements d'eau

Décision ASN n°2007 DC 0075 et n°2007 DC 0076 du 4 décembre 2007

Etude déchets

13/07/2007

Les risques

 Principales matières nucléaires manipulées

  • Atelier TU5 : Nitrate d'uranyle UO2 (NO3 ) 2, oxyde d'uranium UO4 et U3O8 (URT [U5 ] <5%)
  • Parc P18 : sesquioxyde d'uranium U3O8 provenant de l'URT et appauvri
  • Usine W : hexafluorure d'uranium appauvri UF6 ,oxyde U3O8

 Principaux produits chimiques manipulés

  • Atelier TU5 : acide nitrique HNO3 , acide fluorhydrique à 70% HF, peroxyde d'hydrogène à 70% H2O2
  • Usine W : hydrogène H2 , acide fluorhydrique à 70% (anhydre et aqueux) HF
  • Stockage HF : solution d'HF à 70% ~ 75%

 Accidents de référence pris en compte dans le PPI :

  • Fuite d'HF au niveau du stockage de l'usine W
  • Fuite d'un conteneur d'UF6 en cours d'émission

 Plan particulier d'intervention (PPI)

PPI site du Tricastin du 22 octobre 2004, indice 1

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018