Usines Orano Cycle de chimie de l’uranium TU5 et W

Le site Orano de Pierrelatte (INB n°155) dans la Drôme (26) s'étend sur environ 300 ha et emploie 860 personnes. Les activités du sites sont principalement axées sur l'amont du cycle du combustible avec l'usine W et l'aval avec l'atelier TU5.

Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Installation contrôlée par :

la division de Lyon

L'installation en bref

L’INB 155, dénommée TU5, peut mettre en œuvre jusqu’à 2 000 tonnes d’uranium par an, ce qui permet de traiter la totalité du nitrate d’uranyle (UO2(NO3)2) issu de l’usine Orano Cycle de La Hague pour le convertir en U3O8 (composé solide stable permettant de garantir des conditions d’entreposage de l’uranium plus sûres que sous forme liquide ou gazeuse). Une fois converti, l’uranium de retraitement est entreposé sur le site du Tricastin. L’usine W, située dans le périmètre de l’INB 155, permet quant à elle de traiter l’UF6 appauvri, issu de l’usine Georges Besse 2, pour le stabiliser en U3O8.

L'uranium de retraitement est, pour une part, entreposé sur le site Orano de Pierrelatte, l'autre part étant expédiée à l'étranger pour enrichissement.

Appréciations 2019

L’ASN considère que les installations situées dans le périmètre de l’INB 155 sont exploitées avec un niveau de sûreté satisfaisant.

Pour l’usine TU5, l’ASN a maintenu le suivi de la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre du réexamen périodique de l’installation. L’avancement de ces engagements, ainsi que l’organisation mise en place pour en assurer le suivi, sont satisfaisants.

Afin de donner suite aux inspections de l’ASN de 2017 et 2018 sur la gestion des déchets, qui avaient mis en évidence puis confirmé une situation non satisfaisante, une inspection inopinée de deux jours a été réalisée sur ce thème en juillet 2019. Cette dernière a montré que la situation est en nette amélioration, notamment sur l’identification des déchets et des aires d’entreposage, sur la traçabilité et sur l’état des zones d’entreposages de déchets, moins saturées qu’auparavant. D’une manière générale, l’exploitant doit poursuivre ses efforts visant à renforcer sa rigueur d’exploitation, notamment par le biais de la détection et de la gestion des écarts.

Principales étapes réglementaires

Décret d'autorisation de création (DAC)

Décret n°92-639 du 7 juillet 1992 abrogé par décret du 15 septembre 1994
Mise en service définitive prononcée le 17/09/2004

Rapport de sûreté (RS)

janvier 2009

Règles générales d'exploitation

décembre 2013

Prescriptions techniques

Indice 3 de mai 2005 notifié par courrier daté du 24/05/2005

Arrêté de rejets des effluents liquides et gazeux et de prélèvements d'eau

Décision ASN n°2007 DC 0075 et n°2007 DC 0076 du 4 décembre 2007

Etude déchets

13/07/2007

Les risques

 Principales matières nucléaires manipulées

 Principaux produits chimiques manipulés

  • Atelier TU5 : acide nitrique HNO3 , acide fluorhydrique à 70% HF, peroxyde d'hydrogène à 70% H2O2
  • Usine W : hydrogène H2 , acide fluorhydrique à 70% (anhydre et aqueux) HF
  • Stockage HF : solution d'HF à 70% ~ 75%

 Accidents de référence pris en compte dans le PPI :

  • Fuite d'HF au niveau du stockage de l'usine W
  • Fuite d'un conteneur d'UF6 en cours d'émission

 Plan particulier d'intervention (PPI)

PPI site du Tricastin du 22 octobre 2004, indice 1

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020