Centrale nucléaire du Bugey

La centrale nucléaire du Bugey, exploitée par EDF dans la commune de Saint‑Vulbas, dans le département de l’Ain, à 35 km à l’est de Lyon, est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MWe chacun, mis en service en 1978 et 1979. Les réacteurs 2 et 3 constituent l’INB 78, les réacteurs 4 et 5 constituent l’INB 89. Le site dispose d’une des bases régionales de la Force d’action rapide du nucléaire (FARN), force spéciale d’intervention créée en 2011 par EDF, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima. Son objectif est d’intervenir, en situation pré-accidentelle ou accidentelle, sur n’importe quelle centrale nucléaire en France, en apportant des renforts humains et des moyens matériels de secours.

Le site du Bugey comprend également un réacteur de la filière uranium naturel – graphite‑gaz (UNGG), Bugey 1, mis en service en 1972 et arrêté en 1994, actuellement en cours de démantèlement, ainsi que l’Installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda). Enfin, le site est doté d’un Magasin interrégional (MIR) d’entreposage du combustible.

Avis d'incidents

Publié le 12/11/2013

Anomalie générique

Non tenue au séisme de certains robinets

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 21/10/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Non respect des Spécifications techniques d’exploitation

Le 16 octobre 2013, lors de la visite partielle du réacteur n°3, des écarts dans l’application des procédures de confinement du bâtiment réacteur lors d’opérations de manutention combustible ont conduit la centrale nucléaire du Bugey à déclarer à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif au non respect des spécifications techniques d’exploitation.

Publié le 21/08/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Non-respect du délai de réparation d’une vanne du circuit - Bugey 5

Le 12 août 2013, la centrale nucléaire du Bugey a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif au dépassement du délai de réparation de la vanne de charge du circuit de contrôle volumétrique et chimique du réacteur n°5.

Publié le 09/08/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Sortie du domaine autorisé « pression-température »

Le 2 août 2013, une vanne du circuit de contrôle volumétrique et chimique du réacteur n°5 de la centrale nucléaire du Bugey a connu un dysfonctionnement mécanique et a occasionné une montée de pression du circuit primaire jusqu’à une valeur située au-delà du domaine de fonctionnement autorisé.

Publié le 06/08/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Défaut de réglage du seuil de déclenchement d’une alarme

Le 31 juillet 2013, alors que le réacteur n°3 était dans le domaine d’exploitation « réacteur complètement déchargé », l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a identifié que le seuil de déclenchement d’une alarme d’un capteur de mesure de radioactivité dans le bâtiment combustible présentait un défaut de réglage.

Publié le 01/08/2013

Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Non tenue au séisme de certains robinets

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement[1] relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour[2] le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Publié le 26/06/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Vidange du circuit primaire principal - Bugey 3

Le 15 juin 2013, dans le cadre de la troisième visite décennale du réacteur n°3, une opération de vidange partielle du circuit primaire principal, programmée pour la préparation du déchargement du combustible contenu dans la cuve, n’a pas respecté les conditions prévues par les spécifications techniques d'exploitation.

Publié le 26/06/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Défaut d’isolement de l’enceinte de confinement - Bugey 3

Le 19 juin 2013, alors que le réacteur n°3 était dans le domaine d’exploitation « arrêt pour rechargement », les vannes d’une traversée du bâtiment réacteur n’ont pas été pendant plus de 3 heures dans une position assurant l’isolement de l’enceinte de confinement, ce qui constitue un écart aux règles générales d'exploitation.

Publié le 18/06/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Dépassement du gradient maximal de refroidissement du circuit primaire principal

Le 6 juin 2013, lors du repli du réacteur n°2 du domaine d’exploitation « arrêt normal sur générateurs de vapeur » vers le domaine d’exploitation « arrêt pour intervention » afin de réaliser une opération de maintenance, la vitesse maximale de refroidissement du circuit primaire principal prescrite par les spécifications techniques d'exploitation n'a pas été respectée.

Publié le 13/06/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Défaut d’isolement de l’enceinte de confinement

Le 5 juin 2013, alors que le réacteur n°2 était dans le domaine d’exploitation « réacteur en arrêt normal sur générateurs de vapeur », quatre vannes contribuant à l’intégrité de la troisième barrière de confinement sont restées en position ouverte pendant près de 24 heures, ce qui constitue un écart aux règles générales d'exploitation.

Publié le 24/05/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Détection tardive du dysfonctionnement d’un filtre d’un système de ventilation

Le 17 mai 2013, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a déclaré à l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à un dysfonctionnement d’un filtre d’un des systèmes de ventilation du réacteur n°3.

Publié le 02/05/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Défaut de fixation des échelles à crinoline - Bugey 2 et 3

Le 23 avril 2013, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a déclaré, après l’avoir mis en évidence par des études, un écart de fixation de plusieurs échelles à crinoline situées dans les locaux des groupes électrogène de secours à moteur diesel.

Publié le 18/04/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Inversion de câblage de deux thermocouples - Bugey 2

Le 3 avril 2013, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a détecté une inversion dans le branchement électrique de deux thermocouples qui équipent le cœur du réacteur n°2.

Publié le 06/03/2013

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Découverte tardive de l'indisponibilité d’un capteur de niveau de cuve

Le 26 février 2013, l'exploitant du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Bugey a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté portant sur la découverte tardive de l'indisponibilité d’un capteur de niveau de cuve à la suite de son étalonnage qui avait été réalisé en 2011.

Publié le 23/10/2012

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Débit à la cheminée du bâtiment des auxiliaires nucléaires ...

Le 19 octobre 2012, EDF, exploitant la centrale nucléaire de Bugey, a déclaré à l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la valeur de débit minimal de 180 000 m3/h dans la cheminée du BAN requise par les spécifications techniques d’exploitation.