Atelier pour l'entreposage du combustible de Creys-Malville

Implanté en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu, dans l'Isère, l’Atelier pour l’Entreposage du Combustible (APEC), comprend un bâtiment d’entreposage en eau (piscine) et un bâtiment d’entreposage à sec. Les assemblages combustibles usagés déchargés du coeur du réacteur de l’INB 91 sont entreposés en piscine, de même que les assemblages combustibles neufs. L'atelier constitue l'installation nucléaire de base (INB) n° 141.

Stockage ou dépôt de substances radioactives - EDF

Installation contrôlée par :

la division de Lyon

L'installation en bref

Implanté en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu, dans l'Isère, l’Atelier pour l’Entreposage du Combustible (APEC), comprend un bâtiment d’entreposage en eau (piscine) et un bâtiment d’entreposage à sec. Les assemblages combustibles usagés déchargés du coeur du réacteur de l’INB 91 sont entreposés en piscine, de même que les assemblages combustibles neufs. L'atelier constitue l'installation nucléaire de base (INB) n° 141.

Principales étapes réglementaires

La mise en service de l’installation a été prononcée le 25 juillet 2000 par les ministres chargés de l’industrie et de l’environnement. Les assemblages irradiés extraits du réacteur Superphénix et lavés sont entreposés dans la piscine de l’installation.

La modification de l’APEC a été autorisée par le décret n° 2006-319 du 20 mars 2006. Les principales modifications apportées sont l’extension du périmètre de l’installation afin qu’il contienne désormais le poste d’alimentation électrique du site, la nouvelle station de pompage d’eau et l’entreposage des colis de béton sodé créés par le retraitement du sodium contenu dans le réacteur Superphénix.

Appréciations 2020

L’ASN considère que la sûreté des opérations de démantèlement du réacteur Superphénix et de fonctionnement de l’APEC est globalement satisfaisante. L’ASN a autorisé en 2018 l’engagement de la deuxième étape du démantèlement de Superphénix, qui consiste à ouvrir la cuve du réacteur pour démanteler les internes de cuve, dans des ateliers dédiés construits dans le bâtiment réacteur, par manipulation directe ou à distance. Les dispositions de sûreté et de radioprotection mises en œuvre par EDF pour ces opérations sont globalement satisfaisantes.

En 2020, un départ de feu s’est déclaré au niveau d’un chantier de démantèlement conduisant EDF à déclencher son plan d’urgence interne, qui a incité l’ASN à réaliser une inspection réactive. Des lacunes ont été relevées à divers niveaux dans le déroulement des procédures lors de cet incident, notamment sur la communication avec les parties prenantes.

S’agissant de la gestion de l’obsolescence de l’installation, EDF a fait part de difficultés d’approvisionnement de certains équipements et des délais importants de remplacement et réparation des pièces. L’ASN a demandé à l’exploitant de réaliser un diagnostic à l’échelle du site et d’établir un plan d’action sur ce sujet.

En 2021, l’ASN portera une attention particulière sur l’amélioration de l’organisation de crise du site.

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021