Installations nucléaires

Atelier de pastillage de Veurey-Voroize

Le site SICN (Société Industrielle de Combustibles Nucléaires, groupe AREVA) est situé sur la commune de Veurey-Voroize, dans l’Isère.Le site a définitivement cessé ses activités au début des années 2000. Il assurait auparavant la fabrication de combustibles nucléaires.

Atelier pour l'entreposage du combustible de Creys-Malville

Implanté en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu, dans l'Isère, l’Atelier pour l’Entreposage du Combustible (APEC), comprend un bâtiment d’entreposage en eau (piscine) et un bâtiment d’entreposage à sec. Les assemblages combustibles usagés déchargés du coeur du réacteur de l’INB 91 sont entreposés en piscine, de même que les assemblages combustibles neufs. L'atelier constitue l'installation nucléaire de base (INB) n° 141.

Atlas

Atlas constitue l’INB 176, autorisée par le décret n° 2015‑1210 du 30 septembre 2015 et mise en service en mai 2017. L’installation constitue une amélioration significative de la sûreté par rapport aux anciens laboratoires qu’elle remplace.

Base chaude opérationnelle du Tricastin (BCOT)

La base chaude opérationnelle du TRICASTIN constitue l'INB 157. Elle est exploitée par EDF et a pour vocation l'entretien et l'entreposage des matériels et outillages provenant des circuits et matériels contaminés des réacteurs électronucléaires, à l'exclusion d'éléments combustibles, et notamment les tubes guides, les outillages d'intervention, les matériels voués au démantèlement et les couvercles de cuve.

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse

La centrale nucléaire de Cruas‑Meysse, mise en service entre 1984 et 1985 et exploitée par EDF dans le département de l’Ardèche sur le territoire des communes de Cruas et de Meysse, est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MWe chacun. Les réacteurs 1 et 2 constituent l’INB 111, les réacteurs 3 et 4 constituent l’INB 112.

Centrale nucléaire de Saint-Alban

La centrale nucléaire de Saint Alban/Saint Maurice, exploitée par EDF dans le département de l’Isère, sur le territoire des communes de Saint‑Alban‑du‑Rhône et de Saint‑Maurice‑l’Exil à 40 km au sud de Lyon, est constituée de deux réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 1 300 MWe chacun, mis en service en 1986 et 1987. Le réacteur 1 constitue l’INB 119, le réacteur 2 l’INB 120

Centrale nucléaire du Bugey

La centrale nucléaire du Bugey, exploitée par EDF dans la commune de Saint‑Vulbas, dans le département de l’Ain, à 35 km à l’est de Lyon, est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MWe chacun, mis en service en 1978 et 1979. Les réacteurs 2 et 3 constituent l’INB 78, les réacteurs 4 et 5 constituent l’INB 89. Le site dispose d’une des bases régionales de la Force d’action rapide du nucléaire (FARN), force spéciale d’intervention créée en 2011 par EDF, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima. Son objectif est d’intervenir, en situation pré-accidentelle ou accidentelle, sur n’importe quelle centrale nucléaire en France, en apportant des renforts humains et des moyens matériels de secours.Le site du Bugey comprend également un réacteur de la filière uranium naturel – graphite‑gaz (UNGG), Bugey 1, mis en service en 1972 et arrêté en 1994, actuellement en cours de démantèlement, ainsi que l’Installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda). Enfin, le site est doté d’un Magasin interrégional (MIR) d’entreposage du combustible.

Centrale nucléaire du Bugey (Réacteur 1)

Le réacteur Bugey 1 est un réacteur de la filière UNGG. Ce réacteur de première génération fonctionnait avec de l’uranium naturel comme combustible, utilisait le graphite comme modérateur et était refroidi au gaz. Le réacteur Bugey 1 est un réacteur UNGG « intégré », dont les échangeurs de chaleur se situent sous le cœur du réacteur à l’intérieur du caisson.

Centrale nucléaire du Tricastin

Le site du Tricastin abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Drôme, sur la commune de Saint -Paul-Trois-Châteaux.Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 900 Mwe chacun.Les réacteurs n°1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base (INB) n° 87, les réacteurs n°3 et 4 constituent l'installation nucléaire de base (INB) n° 88.

Entreposage de décroissance

L’INB 79 (STED) incluse dans le périmètre de l’INB 36 est une ancienne installation d’entreposage de décroissance des déchets haute activité (HA). Le tri des conteneurs de décroissance des puits de l'INB 79 s'est achevé le 27 avril 2007 et l'évacuation de l'ensemble de ces conteneurs était achevé au 30 juin 2010. Le démantèlement de cette INB a été autorisé par le même décret que celui autorisant le démantèlement de l’INB 36. 

Grand accélérateur de particules (CNGS)

Le projet Neutrinos du CERN vers le Gran Sasso (CNGS) vise à percer certains des mystères qui entourent les neutrinos, ces particules légères et neutres qui interagissent très peu avec la matière.

Installation d'assainissement et de récupération de l'uranium (SOCATRI)

La société auxiliaire du Tricastin (ex-SOCATRI) a été créée en 1974 sur le territoire de la commune de Bollène (Vaucluse).

Installation d'ionisation de Dagneux

La société IONISOS dans son établissement de Dagneux, situé à 30 km au nord-est de Lyon, abrite un irradiateur industriel qui utilise le rayonnement issu de sources de cobalt 60 pour, notamment, stériliser du matériel médical (seringues, pansements, prothèses) et polymériser des matières plastiques.

Installation de conditionnement et d’entreposage des déchets activés (Iceda)

L’installation Iceda, autorisée par le décret n° 2010‑402 du 23 avril 2010, est exploitée par EDF. Elle est actuellement en phase d’essais et aura pour fonction de traiter et d’entreposer les déchets activés provenant du fonctionnement du parc nucléaire en exploitation et du démantèlement des réacteurs de première génération et de la centrale de Creys‑Malville.

Installation TU 5 et W

Le site Orano de Pierrelatte (INB n°155) dans la Drôme (26) s'étend sur environ 300 ha et emploie 860 personnes. Les activités du sites sont principalement axées sur l'amont du cycle du combustible avec l'usine W et l'aval avec l'atelier TU5.

Laboratoire d’analyses de matériaux actifs - LAMA (déclassé)

Ce laboratoire a terminé sa mission de recherche scientifique depuis 2002 ; il est actuellement en phase de démantèlement, en attente de déclassement. Son assainissement est terminé. Le LAMA a servi de cellule de sortie aux réacteurs Siloé et Mélusine à la suite de leur arrêt, pour l’évacuation des combustibles expérimentaux sans emploi. Il participe aux opérations d’assainissement de la STEDS.

Magasin interrégional du Bugey

Le magasin inter-régional de stockage du combustible se trouve sur le site du Bugey qui abrite également la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de l'Ain, à 35 km à l'est de Lyon. EDF y entrepose des assemblages de combustible nucléaire (exclusivement constitués d’oxyde d’uranium) dans l’attente de leur chargement en réacteur.

Parc d'entreposage P35

L’installation P35 est située à l’ouest sur le site du Tricastin. Cette installation regroupe dix bâtiments d’entreposage d’uranium

Parcs uranifères du Tricastin

Ensemble de parcs d'entreposage d'objets d'emballage. À la suite du déclassement d’une partie de l’INBS de Pierrelatte par décision du Premier ministre, l’INB 178 - Parcs uranifères du Tricastin – a été créée. Cette installation regroupe des parcs d’entreposage d’uranium ainsi que les nouveaux locaux de gestion de crise de la plateforme.

Réacteur à haut flux (RHF)

L'ILL (Institut Laüe Langevin), organisme de recherche internationale, abrite un réacteur à haut flux neutronique (RHF) de 58 MW, à eau lourde, qui produit des faisceaux de neutrons thermiques très intenses destinés à la recherche fondamentale, notamment dans les domaines de la physique du solide, de la physique neutronique et de la biologie moléculaire. Le RHF constitue l'INB 67 et accueille sur son périmètre l'EMBL (European Molecular Biology), laboratoire de recherche internationale en biologie.

Réacteur Mélusine (déclassé)

Mélusine est un ancien réacteur piscine exploité par le CEA. La mise à l’arrêt définitif a été prononcée en 1994. Le décret autorisant le CEA à procéder à la modification du réacteur Mélusine en vue de son démantèlement et de son déclassement est paru au Journal officiel en janvier 2004. Le démantèlement est terminé et l’INB est aujourd’hui déclassée

Réacteur Superphénix

Implanté en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu, dans l'Isère, « Superphénix » est un réacteur à neutrons rapides d'une puissance de 1 200 MWe, refroidi par du sodium liquide. Le réacteur et ses équipements associés constituent l'INB 91.

Siloé (déclassé)

Cet ancien réacteur de recherche, actuellement déclassé, était principalement utilisé pour des irradiations à caractère technologique de matériaux de structure et de combustibles nucléaires.

Siloette (déclassée)

Siloette est un ancien réacteur nucléaire de recherche qui a été en service au centre CEA Grenoble de 1964 à 2002. D'une puissance de 100 kW, Siloette a été conçu dans les années 1960 par Guy Deniélou. De type "piscine" à cœur ouvert, il était alimenté par de l'uranium fortement enrichi (à 93 %).Ce réacteur était une maquette critique destinée principalement à la formation du personnel d'EDF. Son nom est le diminutif de Siloé, un réacteur de recherche plus puissant localisé lui aussi au centre CEA de Grenoble.

Station de traitement des effluents et déchets solides (Grenoble)

Le démantèlement de la station de traitement des effluents et des déchets solides (STEDS – INB n° 36) a été autorisé par le décret n° 2008-980 du 18 septembre 2008 paru au Journal Officiel du 21 septembre 2008. Les opérations de démantèlement sont finalisées à l’exception de l’assainissement des sols sur lequel des échanges techniques sont encore en cours entre l’ASN et le CEA.

Super synchrotron à protons (SPS)

Le Super Proton Synchrotron(en français : le Super Synchrotron à Protons), alias SPS, est un accélérateur de particules du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) à Genève.

Unité de fabrication de combustibles nucléaires FBFC Pierrelatte (installation déclassée)

L'usine FBFC de Pierrelatte, exploitée par la société Franco-Belge de Fabrication du Combustible (FBFC) est une installation industrielle située sur le site nucléaire du Tricastin spécialisée dans la fabrication de produits entrant dans le cycle du combustible nucléaire : des composants d’assemblages de combustible, des grilles de structure d’assemblages et des grappes de contrôle et de bouchons.

Usine de fabrication de combustibles nucléaires -SICN Veurey Voroize

L’ancienne usine de fabrication de combustibles nucléaires de Veurey‑Voroize (Isère), exploitée par la Société industrielle de combustible nucléaire (SICN, Groupe Orano) est constituée de deux installations nucléaires, les INB 65 et 90. Les activités de fabrication de combustible sont définitivement arrêtées depuis le début des années 2000. Ce sont les décrets n° 2006‑191 et n° 2006‑190 du 15 février 2006 qui ont autorisé les opérations de démantèlement ; les travaux ont désormais été conduits à leur terme.

Usine de préparation d'hexaflorure d'uranium (Comurhex)

Conformément à la prescription de l’ASN, les installations de fluoration les plus anciennes ont définitivement été mises à l’arrêt avant le 31 décembre 2017. Les installations arrêtées ont depuis été vidangées de la majorité de leurs substances dangereuses et sont en phase de préparation au démantèlement.

Usine Georges Besse de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse

L'usine EURODIF Production a arrêté progressivement sa production jusqu’en juin 2012. EURODIF Production enrichissait de l'uranium jusqu'à 5% en isotope 235 par diffusion gazeuse. Elle couvre une superficie d'environ 280 ha. Elle est implantée sur le territoire des communes de Pierrelatte (Drôme), St Paul-Trois-Châteaux (Drôme) et Bollène (Vaucluse). Le site se trouve situé à l'intérieur de l'île constituée par le Rhône à l'ouest et le canal de Donzère à Mondragon à l'est. Il est situé au sud du site nucléaire Orano du Tricastin et est à l'ouest de la centrale EDF.

Usine Georges Besse II de séparation des isotopes de l'uranium par centrifugation

L'usine Georges Besse II, exploitée par la Société d’enrichissement du Tricastin (SET) jusqu'en 2018, filiale à 100% du groupe Orano, constitue la nouvelle installation d’enrichissement du site depuis l’arrêt d’Eurodif. Elle met en œuvre la séparation des isotopes de l’uranium par le procédé de centrifugation.

Usines de fabrication de combustibles nucléaires de Romans-sur-Isère

Sur son site de Romans-sur-Isère dans la Drôme (26), la société Framatome exploite deux installations nucléaires de base, l'unité de fabrication d'éléments combustibles pour les réacteurs de recherche (INB 63) et l'unité de fabrication de combustibles nucléaires destinés aux réacteurs à eau sous pression (INB 98), ainsi qu'une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE 6 bis), l'atelier dit des Cavités, où sont fabriqués des composants spécifiques, comme les "cavités" ou les "collimateurs LHC" pour le CERN.

Date de la dernière mise à jour : 13/09/2017