La sûreté nucléaire et la radioprotection en Rhône-Alpes et en Auvergne en 2014 : l’ASN dresse un bilan assez satisfaisant

Publié le 29/04/2015 à 10:30

Communiqué de presse

La division de Lyon de l’ASN a présenté à Lyon, le 29 avril, le bilan de son action de contrôle en régions Rhône-Alpes et Auvergne pour l’année 2014.

Au regard des 399 inspections réalisées en 2014, l’ASN considère que le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection des régions Rhône-Alpes et Auvergne reste assez satisfaisant. L’ASN note des améliorations en matière de rigueur d’exploitation qui doivent être consolidées, et reste vigilante au respect par les exploitants du principe de renforcement de la sûreté et de la radioprotection au regard du retour d’expérience.

Concernant les centrales nucléaires d’EDF, l’ASN considère que les performances des centrales nucléaires de Cruas, Saint-Alban et Tricastin rejoignent l’appréciation générale assez satisfaisante portée sur EDF. L’ASN reste cependant vigilante à la qualité des opérations de maintenance et d’exploitation réalisées sur la centrale nucléaire de Cruas, dans un contexte très chargé en matière de maintenance.

Concernant la centrale nucléaire du Bugey, après une année 2013 et un début d’année 2014 en retrait en matière de rigueur d’exploitation, l’ASN a constaté des améliorations en fin d’année. EDF devra poursuivre ses efforts pour sécuriser dans la durée la qualité des interventions de maintenance.

L’ASN reste par ailleurs vigilante au respect par les exploitants du principe de renforcement de la sûreté. A ce titre, le bilan des inspections par l’ASN du service régional de la force d’action rapide nucléaire du Bugey et du renforcement de la protection contre l’inondation du site nucléaire du Tricastin est globalement positif. En 2014, l’ASN a encadré par des prescriptions la poursuite du fonctionnement des réacteurs n°5 du Bugey et n°2 du Tricastin après leur troisième réexamen de sûreté ainsi que des réacteurs n°1 et n°2 de Saint-Alban après leur deuxième réexamen de sûreté. L’ASN veillera au respect de ces exigences renforcées.

Concernant les installations du cycle du combustible exploitées par AREVA, l’usine AREVA FBFC, placée par l’ASN sous surveillance renforcée depuis fin 2013 avec notamment la réalisation d’une inspection de revue fin 2014, a engagé plusieurs actions d’amélioration, mais la rigueur d’exploitation et la conformité des installations doivent encore être améliorées.

Sur le site AREVA du Tricastin, le projet de mutualisation des activités doit conduire à une amélioration des pratiques des exploitants, notamment en matière de logistique et de transport, et ne doit pas désorganiser, même transitoirement, des activités importantes pour la sûreté.

Les performances des installations exploitées par AREVA NC restent globalement assez satisfaisantes mais les travaux de renforcement doivent être poursuivis.

L’ASN maintient une vigilance accrue en matière de rigueur d’exploitation dans la mise en œuvre du projet de rinçage de l’usine Eurodif, et a encadré par des prescriptions la poursuite du fonctionnement de l’usine Socatri après son réexamen de sûreté.

Concernant les autres installations nucléaires, l’ASN considère que leur niveau de sûreté est assez satisfaisant. En particulier, l’ASN note le travail important réalisé par l’institut Laüe Langevin pour mettre en œuvre des renforcements de sûreté à la suite de l’accident de Fukushima.

Dans le domaine médical, les inspections menées par l’ASN dans les centres de radiothérapie en Rhône-Alpes et en Auvergne confirment une progression de la mise en œuvre de la démarche d’assurance de la qualité des traitements délivrés aux patients. Toutefois, cette démarche doit être davantage utilisée lors de la mise en œuvre de techniques innovantes.

En matière d’imagerie médicale, la maîtrise des doses délivrées aux patients en imagerie médicale reste un objectif prioritaire de l’ASN. Les actes d’imagerie médicale doivent faire l’objet de justification, en ne faisant appel aux rayonnements ionisants qu’en cas de besoin avéré, et d’optimisation, en réduisant au maximum les doses reçues pour un examen donné.

En matière de radioprotection des patients et des travailleurs, des gains importants peuvent être obtenus en scanographie et en radiologie interventionnelle.

Contact presse : Evangelia Petit, chef du service de presse, tél 01 46 16 41 42 evangelia.petit@asn.fr

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017