Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Contrôle n°198 - La poursuite de fonctionnement des centrales nucléaires au-delà de 40 ans - La maîtrise du risque incendie - La gestion du risque lié au radon

Publié le 10/12/2014

Tous publics

Contrôle n° 198 - La poursuite de fonctionnement des centrales nucléaires au-delà de 40 ans - La maîtrise du risque incendie - La gestion du risque lié au radon

Les sujets techniques du contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection sont nombreux, diversifiés et font toujours l’actualité. L’ASN a choisi de consacrer ce numéro de Contrôle à trois d’entre eux.

Dans la rubrique « En question », elle pose les conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs électronucléaires au-delà de 40 ans. En terme de sûreté bien sûr, même si ses appréciations techniques ne sont pas sans conséquences sur les choix qui seront faits en matière de politique énergétique. Pierre-Franck Chevet revient, dans son interview, sur ces enjeux. La parole est également donnée à l’exploitant, aux appuis techniques et aux parties prenantes, aux organisations internationales et à l’Autorité de sûreté américaine, qui présente les évolutions de sa procédure de renouvellement d’autorisation d’exploitation des centrales nucléaires.

Autre sujet majeur en matière de sûreté : la capacité d’une installation nucléaire à résister à l’incendie. À cet effet, l’ASN a conduit un travail important de réglementation fondée sur les niveaux de référence de l’association européenne WENRA. Sa décision du 28 janvier 2014 relative aux règles applicables aux installations nucléaires de base pour la maîtrise des risques liés à l’incendie, homologuée par arrêté ministériel du 20 mars 2014, est applicable depuis le 1er juillet 2014. Après une présentation des principes qui ont guidé à son élaboration, Contrôle revient sur deux événements qui ont marqué l’actualité et les mesures prises par l’ASN en conséquence.

Enfin, le radon, considéré comme un « gaz cancérigène certain » pour l’homme par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est un sujet de préoccupation. L’ASN considère qu’il est important d’agir, à la fois pour sensibiliser la population et les acteurs, aux plans national, régional et local, mais aussi pour développer la formation des professionnels. Un atelier européen a été organisé au siège de l’ASN pour favoriser le partage des expériences dans ce domaine. Contrôle présente ainsi un panorama des connaissances et des actions mises en œuvre par les acteurs impliqués dans la gestion de ce risque, en France ou en Europe.

Bonne lecture !

Jean-Christophe Niel,
Directeur général de l’ASN

Date de la dernière mise à jour : 09/09/2015