Les sites et sols pollués par des substances radioactives

Site pollué par des substances radioactives : site qui, du fait d'anciens dépôts de substances ou déchets radioactifs, d'utilisation ou d'infiltration de substances radioactives ou d'activation radiologique de matériaux, présente une pollution radioactive susceptible de provoquer une nuisance ou un risque durable pour les personnes ou l'environnement. (Annexe 13-7 du code de la santé)

Ces sites présentent-ils un risque ?

Les sites pollués par des substances radioactives constituent une source de radioactivité s’ajoutant à la radioactivité naturelle à laquelle chacun est exposé. Cette radioactivité ajoutée est le plus souvent très faible et peut présenter dans des cas particuliers des effets stochastiques (aléatoires).

Cette radioactivité naturelle est omniprésente, et provient principalement de deux sources :

  • la première est d'origine terrestre (rayonnements d’origine tellurique), liée à la désintégration d’atomes radioactifs (radionucléides) qui sont naturellement, présents dans la croûte terrestre (potassium 40, uranium 238 et 235, thorium 232)
  • la deuxième est d'origine spatiale (rayonnements d’origine cosmique), liée à la désintégration des particules de haute énergie au contact des composants de l’atmosphère. Ces particules qui sillonnent l’atmosphère en permanence produisent des radionucléides comme le carbone 14, le sodium 22, le tritium et le béryllium 7.

S’y ajoute une radioactivité dite 'naturelle renforcée" liée à l’extraction ou l’exploitation industrielle de matières premières naturellement riches en radionucléides.

Quels risques pour la santé?

À sa découverte, la radioactivité n’était pas supposée dangereuse pour l’homme (le radium était même considéré comme un produit "miracle" qui entrait dans la composition des crèmes antirides). L’impact de certains radionucléides sur la santé est aujourd'hui identifié de manière plus précise.

La présence d’un sol pollué par des substances radioactives expose hommes, animaux et environnement selon diverses voies. Les radionucléides peuvent entrer dans l’organisme par ingestion, inhalation ou contact cutané.

Les radionucléides du sol pollué peuvent être ingérés directement par des animaux broutant l’herbe qui y pousse ou des enfants qui y jouent. Ils peuvent aussi être mis au contact de la peau des personnes amenées à se promener ou à travailler sur ces sites. Ils peuvent aussi contaminer l’eau des nappes phréatiques et des rivières (baignades, pêche, arrosage des fruits et légumes ou eau potable). Ils peuvent en outre contaminer l’air que nous inhalons

Depuis sa découverte, les effets de la radioactivité sur l'homme et son environnement sont étudiés en laboratoire  et auprès des populations exposées.

Les rayonnements ionisants peuvent présenter un risque pour la santé : ils peuvent modifier, altérer ou casser l’ADN qui se trouve à l’intérieur de nos cellules. Or l’ADN est constitué de tous les "gènes" qui déterminent le fonctionnement de nos cellules et qui sont transmis à notre descendance.

En cas d’altération de l’ADN, 3 scénarios ultérieurs sont possibles :

  • L’ADN se répare correctement, car nos cellules ont une aptitude naturelle à réparer les lésions de l’ADN ;
  • L’altération aboutit à la mort de la cellule, immédiate ou différée, avec des effets biologiques visibles variant selon la dose reçue, comme un érythème ou des brûlures, une radio dermite, une radionécrose ou une cataracte, voire la mort (effets déterministes) ; les effets déterministes n’apparaissent qu’à partir d’une dose estimée à environ 100 mSv ; ce seuil peut varier avec la radiosensibilité des personnes.
  • L’altération n’aboutit pas à la mort de la cellule, mais réparée de façon incomplète, peut conduire la cellule à ne plus fonctionner correctement, voire même à perturber le fonctionnement des autres cellules. L’altération peut n’avoir aucun effet immédiat, mais se manifester ultérieurement sous forme d’un cancer (effets stochastiques, probabilistes ou aléatoires). Ces effets ont été mis en évidence par des études épidémiologiques (études statistiques des populations, par exemple celle des mineurs dans les mines d’uranium). Le risque de cancer est principalement lié à la sensibilité spécifique de l’individu.

Que fait l’ASN ?

Les objectifs de la radioprotection, à l’échelle internationale, sont de réduire les doses d’exposition aux rayonnements ionisants, afin d’éviter l’apparition des effets déterministes et de réduire les probabilités d’apparition de cancers radio-induits (effet aléatoires).

L’objectif prioritaire de l’ASN est de protéger le public et l’environnement des risques liés aux sites et sols pollués par des substances radioactives. Aussi, l’exposition des personnes aux rayonnements ionisants induite par des sites pollués, doit être maintenue au niveau le plus faible qu'il est raisonnablement possible d'atteindre compte tenu de l'état des connaissances ainsi que des techniques et des facteurs économiques et sociaux.

Concernant la gestion des sites et sols polluées, l’ASN recommande, lorsque cela est techniquement possible, d’assainir complètement les sites radiocontaminés, même si l’exposition des personnes, induite par la pollution radioactive, apparaît limitée. L’ASN considère également que le maintien en place de la pollution ne doit pas être la première solution à adopter pour gérer les sites pollués par des substances radioactives.

Dans l’hypothèse où l’assainissement complet poserait des difficultés de mise en œuvre, il convient en tout état de cause d’aller aussi loin que raisonnablement possible dans le processus d’assainissement et d’apporter aux autorités compétentes des éléments, d’ordre technique ou économique, justifiant que les opérations d’assainissement ne peuvent être davantage poussées et sont compatibles avec l’usage établi ou envisagé du site.

Date de la dernière mise à jour : 10/06/2020