La gestion des déchets radioactifs

Les activités nucléaires produisent des déchets radioactifs qui sont gérés selon leur niveau d'activité et leur durée de vie.

Les déchets de moyenne et de haute activité à vie longue

Il n'existe pas actuellement de filière d'élimination de ces déchets, qui sont pour le moment entreposés dans des installations nucléaires conçues à cet effet. Des recherches pour leur élimination sont menées conformément à l'article 3 de la loi du 28 juin 2006, qui dispose que la gestion des déchets radioactifs de haute activité ou de moyenne activité à vie longue fait l’objet de trois axes complémentaires de recherches et études, dont l’état d’avancement est précisé plus bas :

  • la séparation et la transmutation des radionucléides à vie longue. 
  • le stockage réversible en couche géologique profonde, avec l’objectif de choisir un site et de concevoir et mettre en exploitation un centre de stockage pour la gestion à long terme des déchets radioactifs HA MAVL ;
  • l’entreposage, avec pour objectif de créer de nouvelles installations d’entreposage ou de modifier des installations existantes pour répondre aux besoins recensés par le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).

État d'avancement des recherches

 
Les résultats de la recherche ont montré que la séparation transmutation est une étape à long terme, et qu'il ne sera pas possible de mettre en oeuvre de telles opérations avant 2040-2050. Il est prévu par la loi du 28 juin 2006 qu'un prototype d'installation soit mis en exploitation en 2020. Néanmoins, cette technique ne permettra pas de transmuter tous les déchets. Une autre solution de référence s'avère donc nécessaire.
 
La loi du 28 juin 2006 codifiée, a confié à l’ANDRA (art L. 542-12 et L. 542-10-1 du code de l’environnement) la mission de concevoir un projet de centre de stockage réversible de déchets radioactifs en couche géologique profonde : c’est le projet Cigéo. Les recherches conduites sur ce sujet par l’ANDRA, notamment sur le site de Bure, ont permis de rassembler des éléments majeurs relatifs à la démonstration de faisabilité d’un stockage en couche géologique profonde. À la suite du débat public sur le projet Cigéo dont les conclusions ont été rendues au début de l’année 2014, le conseil d’administration de l’ANDRA a pris la décision de soumettre à l’ASN un dossier d’options de sûreté pour préparer l’instruction de la demande d’autorisation de création de Cigéo. Ce dossier a été remis début avril 2016.

 

 

En savoir plus

Enfin, les recherches sur l'entreposage mettent en évidence que ces installations sont indispensables pour une bonne gestion des déchets, notamment leur refroidissement avant stockage en formations géologiques profondes. Elles ne peuvent toutefois pas constituer une solution pérenne, compte tenu du fait qu'elles nécessitent un entretien et une surveillance constante de la part de leurs exploitants. Or il n'est pas possible de garantir la pérennité des institutions sur des périodes aussi longues.

Date de la dernière mise à jour : 04/05/2016