REDUCTION DES REJETS AUTORISES DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE SAINT-LAURENT-DES-EAUX

Publié le 23/04/1999 à 00:00

Communiqué de presse

Le 2 février 1999, un arrêté interministériel a renouvelé les autorisations de prélèvements d'eau et de rejets d'effluents liquides et gazeux de la centrale. L'arrêté, signé par les ministres chargés de la santé, de l'environnement et de l'industrie et publié au Journal officiel du 30 avril 1999, précise les nouvelles dispositions techniques que l'exploitant devra respecter.

 

Cet arrêté présente, par rapport aux prescriptions précédemment en vigueur, une évolution importante sur trois points :

 

il réglemente l'ensemble des rejets d'effluents, qu'ils soient liquides ou gazeux, radioactifs ou non, ainsi que les prélèvements d'eau, en remplacement des différents arrêtés précédemment appliqués ;

 

dans la continuité des dispositions retenues en 1996 et 1997 pour les dernières centrales mises en exploitation par EDF, Chooz et Civaux, cet arrêté prévoit une réduction importante de la radioactivité maximale annuelle pouvant être rejetée dans l'environnement. Le carbone 14 fait désormais l'objet d'une limite individualisée ; la valeur limite autorisée pour les rejets en tritium a été divisée par un facteur de l'ordre de 2 ; les valeurs limites correspondant aux rejets radioactifs, hors tritium et carbone 14 pour les effluents liquides, ont été divisées par un facteur de l'ordre de 35 ;

 

le rejet des substances chimiques classiques présentes dans les effluents radioactifs a été plus complètement réglementé.

 

La réduction des limites de radioactivité rejetée vise à rapprocher les valeurs limites autorisées du niveau réel des rejets, très inférieurs à celles-ci. Les rejets réels sont en effet en baisse constante grâce au progrès d'exploitation et au retour d'expérience sur les 57 tranches nucléaires en service.

 

Cette évolution ne relève pas d'un problème sanitaire. Elle est cohérente avec un principe permanent en matière de protection de l'environnement qui veut que les valeurs limites de rejets soient fixées aussi bas que raisonnablement possible.

 

Cette réduction des limites de radioactivité rejetée sera introduite dans les arrêtés réglementant les rejets des autres centrales en service, au fur et à mesure de leur renouvellement.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017