L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) lève la surveillance renforcée de la centrale nucléaire EDF de Dampierre

Publié le 10/01/2002 à 00:00

Communiqué de presse

L'ASN avait mis, au mois de septembre 2000, le site de Dampierre sous surveillance renforcée pour une période de six mois. Cette décision était la conséquence d'une accumulation de dysfonctionnements révélateurs d'un manque de rigueur dans l'exploitation, ainsi que d'une dégradation des relations humaines et sociales, susceptibles d'avoir des conséquences sur la sûreté.

 

Au mois de mars 2001, terme de ces six mois, l'Autorité de sûreté nucléaire avait constaté un arrêt de la dégradation de la situation du site, mais aussi la persistance d'un niveau de rigueur insuffisant dans les opérations d'exploitation et de maintenance. L'ASN avait estimé nécessaire de maintenir une surveillance renforcée du site de Dampierre jusqu'à la fin de l'année 2001, en ciblant cette surveillance renforcée sur les domaines identifiés comme fragiles : les moyens humains, la qualité des opérations de maintenance et la rigueur du comportement en salle de commande.

 

Aujourd'hui, l'Autorité de sûreté nucléaire constate une situation améliorée. Elle constate également une tendance à la poursuite de cette amélioration. L'Autorité de sûreté nucléaire a donc décidé de lever la surveillance renforcée du site de Dampierre.

 

L'Autorité de sûreté nucléaire considère toutefois que le site de Dampierre doit poursuivre activement les efforts engagés, en particulier dans les domaines essentiels suivants :

 

  • il doit poursuivre ses efforts visant à améliorer la fluidité des rapports humains et sociaux en son sein et la qualité du fonctionnement de son organisation, indispensables à une amélioration durable de sa situation en matière de sûreté ;
  • il doit poursuivre ses efforts de recrutement et de formation du personnel, notamment dans le domaine de la conduite, afin de rattraper le retard accumulé ;
  • il doit renforcer la rigueur dans l'application des spécifications techniques d'exploitation, qui fixent les exigences de sûreté dans la conduite de la centrale ;
  • il doit améliorer les analyses de risques réalisées préalablement aux interventions de maintenance, notamment lorsque ces analyses couvrent plusieurs spécialités et concernent plusieurs services.

 

Par ailleurs, l'Autorité de sûreté nucléaire attend que le site maintienne son effort de transparence, aussi bien vis-à-vis d'elle-même que vis-à-vis de la Commission locale d'information.

 

L'Autorité de sûreté nucléaire contrôlera avec vigilance la réalisation des progrès encore attendus de la part du site de Dampierre.

 

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017