Reclassement au niveau 2 d'un incident survenu pendant le rechargement en combustible du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

Publié le 02/10/2001 à 00:00

Communiqué de presse

Le 1er octobre 2001, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a reclassé au niveau 2 de l'échelle INES un incident survenu à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret) au mois d'avril 2001.

Le 2 avril 2001, pendant le rechargement du combustible nucléaire dans le réacteur n° 4 de la centrale de Dampierre, un décalage dans la séquence des opérations a conduit au mauvais positionnement de 113 assemblages combustibles dans le coeur du réacteur. Cet incident n'a pas eu de conséquences pour la sécurité des agents d'EDF. L'ASN a demandé à EDF de procéder à une analyse approfondie des causes de cet incident ainsi que de ses conséquences potentielles.

Les premiers résultats de ces études transmis à l'ASN montraient que, dans d'autres conditions, la position inadéquate des assemblages combustibles dans la cuve aurait pu provoquer un début de réaction nucléaire dans la cuve du réacteur. Dans ces conditions, l'analyse d'EDF conclut que les conséquences seraient toutefois restées limitées pour les opérateurs qui se trouvaient à proximité.

Des compléments d'étude demandés par l'ASN et transmis fin septembre par EDF montrent que les instruments de mesures existants n'auraient pas permis de détecter la montée en puissance et donc d'alerter les opérateurs avant le début de la réaction nucléaire.

EDF a proposé en conséquence que cet incident, provisoirement classé au niveau 1 de l'échelle internationale de gravité des événements nucléaires (échelle INES) qui en compte 7, soit reclassé au niveau 2.

L'analyse d'EDF, ainsi que l'enquête réalisée sur le site par les inspecteurs de l'ASN, ont permis d'identifier plusieurs dysfonctionnements, notamment en matière d'organisation, ainsi que des insuffisances en matière de contrôle du bon déroulement des opérations de rechargement et des insuffisances en ce qui concerne l'ergonomie des matériels utilisés. Le retour d'expérience tiré de cet incident a montré que ces insuffisances concernaient toutes les centrales nucléaires EDF.

Des premières mesures correctives ont été mises en place par EDF sur l'ensemble de ses réacteurs. Après avis de son appui technique, l'IPSN, l'ASN pourra être amenée à imposer à EDF des exigences complémentaires en matière de sûreté des opérations de rechargement de combustible.

 

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017