L'Autorité de sûreté nucléaire impose de nouvelles exigences à EDF nécessaires à la poursuite d'exploitation du réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin après trente années de fonctionnement

Publié le 30/06/2011 à 18:08

Communiqué de presse

Centrale nucléaire du Tricastin

Dans sa décision 2011-DC-0227 du 27 mai 2011, l'ASN a fixé à EDF trente-deux prescriptions techniques complémentaires applicables à la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme, 26) au vu des conclusions du réexamen de sûreté du réacteur n°1 (installation nucléaire de base n°87) pour en faire progresser le niveau de sûreté.

 

L’ASN rappelle que, dans son avis 2010-AV-0100 du 4 novembre 2010, elle a considéré que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin est apte à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires après sa troisième visite décennale. Cet avis indique, en application du III de l’article 29 de la loi « Transparence et sécurité en matière nucléaire » du 13 juin 2006, que l’ASN imposera à EDF des prescriptions techniques fixant de nouvelles conditions d’exploitation de ce réacteur issues du réexamen de sûreté et intégrant notamment des exigences en vigueur dans des installations présentant des objectifs et des pratiques de sûreté plus récents.

 

Les nouvelles prescriptions techniques couvrent la totalité des opérations d'exploitation et renforcent notamment le niveau d'exigence applicable en matière de protection du site vis-à-vis des risques d'agressions externes d'origine naturelle (inondation, séisme, incendie). A titre d’exemple :

 

  • une prescription porte sur la réalisation avant fin 2014 de protection du site vis-à-vis du risque d'inondation d'origine externe ;
  • une prescription concerne le nombre et la disposition des recombineurs d’hydrogène installés dans le bâtiment réacteur pour empêcher la perte de confinement de l’enceinte par combustion d’hydrogène ;
  • cinq prescriptions renforçant les exigences applicables en matière de séisme ;
  • trois prescriptions concernent la capacité, la sûreté et l’efficacité en situation accidentelle du système de refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible usé du réacteur ;
  • deux prescriptions imposent, entre 2013 et 2015, un nouveau contrôle de la zone de la cuve dont les défauts sont connus et surveillés, ainsi que la mise en place d’un dispositif de réchauffage de l’eau du circuit de refroidissement de sécurité pour limiter l’ampleur des sollicitations thermiques auxquelles la cuve pourrait être soumise en cas d’accident.

 

Ces prescriptions sont fixées sans préjudice des conclusions à venir des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) engagées à la suite de l’accident survenu sur la centrale nucléaire de Fukushima, en application de la décision ASN n°2011-DC-0213 du 5 mai 2011.

 

L’ASN contrôlera la mise en œuvre de ces nouvelles exigences de sûreté en complément de son action de contrôle continu du réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin.

 

Contact presse : Evangelia Petit, responsable des relations avec la presse, tél. : 01 40 19 86 61, evangelia.petit@asn.fr

Pour en savoir plus

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017