Le collège de l’ASN a auditionné EDF et Framatome sur le projet de réacteur EPR de Flamanville

Publié le 23/02/2018 à 09:48

Note d'information

Le collège de l’ASN a auditionné le 7 février 2018 les directions générales d’EDF et de Framatome[1] sur le projet de réacteur EPR de Flamanville.

Le collège a plus particulièrement interrogé EDF et Framatome sur les anomalies affectant les équipements sous pression nucléaires, les essais de démarrage du réacteur et les instructions techniques en cours liées à la demande d’autorisation de mise en service de l’installation.

Schéma d’une ligne principale d’évacuation de la vapeur et des soudures concernées par l’écart.

Écarts détectés dans la réalisation de certaines soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur [2]

Le collège de l’ASN a interrogé EDF et Framatome (ex-Areva NP) sur les écarts détectés dans la réalisation des soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur. Les premiers  écarts ont été portés à la connaissance de l’ASN début 2017.

Ces tuyauteries sont concernées par une démarche dite « d’exclusion de rupture », qui implique un renforcement des exigences de conception, de fabrication et de suivi en service. Ce renforcement doit être suffisant pour considérer que la rupture de ces tuyauteries est extrêmement improbable. Il permet à l’exploitant de ne pas étudier intégralement les conséquences d’une rupture de ces tuyauteries dans la démonstration de sûreté de l’installation.

Afin d’atteindre la haute qualité de fabrication attendue, des exigences renforcées portant notamment sur les propriétés mécaniques ont été définies par l’exploitant (EDF) et le fabricant (Framatome). Or, ces exigences renforcées n’ont pas été spécifiées au sous-traitant en charge de la réalisation des soudures. Les contrôles menés lors de la fabrication en usine ont montré qu’elles ne sont pas toutes respectées pour certaines soudures.

A la suite notamment d’une inspection de l’ASN, ce constat a été étendu à d’autres soudures de ces tuyauteries réalisées sur le site de Flamanville.

Des échanges techniques tenus en 2017 ont conduit l’ASN à demander à EDF en février 2018 de lui transmettre un dossier complet portant sur :

  • l’historique de la détection et du traitement de ces écarts ;
  • les différentes possibilités de traitement.

Le collège a informé EDF et Framatome qu’il recueillera l’avis du groupe permanent d’experts pour les équipements sous pression nucléaires (GP ESPN) sur ce sujet au second semestre 2018.

Anomalie du couvercle et du fond de la cuve

L’ASN a rendu publique le 7 avril 2015 une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de l’EPR. Le 10 octobre 2017, elle a rendu son avis relatif à cette anomalie.

Le collège de l’ASN a rappelé à EDF et Framatome que la mise en service de la cuve est soumise à une autorisation délivrée au regard de la justification de l’aptitude au service de l’ensemble de ses composants. Une épreuve hydraulique d’ensemble du circuit primaire principal, dont fait partie la cuve, a eu lieu le 5 janvier 2018.

Framatome prévoit de transmettre à l’ASN un dossier appuyant la demande d’autorisation de mise en service de la cuve au cours du 2e trimestre 2018. L’instruction de ce dossier pourrait conduire l’ASN à prendre position sur la mise en service de la cuve avant la fin du 3e trimestre 2018. 

Essais de démarrage du réacteur

Le collège de l’ASN a signalé à EDF qu’il considère que l’organisation mise en place sur le chantier est perfectible. En particulier, EDF doit renforcer le suivi du déroulement  des essais et le traitement des écarts rencontrés. L’ASN attend également qu’EDF améliore l'information de l'ASN sur le déroulement des essais de démarrage. EDF s’est engagée à mettre en œuvre un plan d’action afin de remédier à ces dysfonctionnements.

L’ASN sera particulièrement vigilante en 2018 à la bonne réalisation des essais préalables au démarrage, qui constituent un élément majeur pour la démonstration de la conformité de l’installation à son référentiel. 

Instructions techniques en cours liées à la demande d’autorisation de mise en service de l’installation

Le collège de l’ASN a souligné qu’un travail significatif reste à réaliser par EDF et Framatome avant le chargement du combustible dans le réacteur pour justifier, d’une part, l’aptitude au service des équipements sous pression nucléaires, d’autre part, la performance des systèmes de sûreté.

Cette audition a été l’occasion pour le collège de rappeler ses attentes sur les instructions techniques en cours, qui le conduiront à prendre position sur les demandes d’autorisation d’utilisation de matières radioactives lors des essais, d’introduction du combustible nucléaire sur le site et de mise en service du réacteur.

L’ASN soumettra à la consultation du public son projet de décision sur la demande d’autorisation de mise en service du réacteur EPR de Flamanville.

 

En savoir plus

Consulter la note technique de l'ASN sur les écarts détectés dans la réalisation de certaines soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur

Consulter le dossier en ligne sur l’anomalie de la cuve du réacteur EPR de Flamanville et les irrégularités détectées dans l’usine Creusot Forge de Framatome

[1] Framatome (ex-Areva NP) est chargé de la conception, l’approvisionnement, la construction et la mise en service de la chaudière nucléaire, ainsi que du contrôle-commande opérationnel et de sécurité.

[2] Ces tuyauteries des circuits secondaires principaux transportent la vapeur sous pression produite dans les générateurs de vapeur vers la turbine. La majeure partie de ces lignes est située à l’intérieur de l’enceinte de confinement. Il s’agit d’équipements soumis à la réglementation des équipements sous pression nucléaires.

Date de la dernière mise à jour : 04/04/2018