L’ASN n’est pas favorable à une poursuite de fonctionnement de l’installation OSIRIS au-delà de 2015 dans des conditions de production identiques à la situation actuelle

Publié le 30/07/2014 à 14:30

Note d'information

Travaux en cellules chaudes dans le réacteur OSIRIS ©CEA

Dans son avis du 25 juillet 2014 sur la poursuite du fonctionnement de l’INB 40, dénommée « OSIRIS », l’ASN rappelle la position qu’elle a déjà exprimée ces derniers mois dans le cadre notamment de discussions techniques au sujet de cette installation :

"L’ASN n’est pas favorable à une poursuite du fonctionnement de l’installation OSIRIS au-delà de 2015 compte tenu du niveau de sûreté actuel de ce réacteur.

Toutefois, l’ASN pourrait examiner, pour la période 2016-2018, une démarche qui limiterait au maximum le fonctionnement du réacteur OSIRIS, en le réservant au seul objectif de pallier une pénurie de 99Mo. Une telle démarche impliquerait :

  • le constat par les autorités sanitaires d’un risque sanitaire avéré en raison d’une réelle pénurie de technétium 99 métastable, radioélément issu de la décroissance du 99Mo, pour des examens de médecine nucléaire diagnostique ;
  • un fonctionnement du réacteur OSIRIS pour des durées strictement limitées à ces situations de risque sanitaire avéré et constaté ;
  • un fonctionnement du réacteur OSIRIS strictement dédié à la production de 99Mo, à l’exclusion de toute autre activité ;
  • un renforcement adapté de la sûreté du réacteur OSIRIS ;
  • des dispositions particulières de gestion des facteurs organisationnels et humains permettant d’assurer la sûreté d’une installation dont le fonctionnement devrait, a priori, être épisodique et limité, et pourrait être concomitant avec des opérations de préparation au démantèlement ultérieur."
En savoir plus

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017