L'ASN demande à EDF de mettre en oeuvre des mesures préventives sur les générateurs de vapeur des réacteurs nucléaires

Publié le 20/06/2008 à 00:00

Note d'information

L'ASN a demandé à EDF, par lettre du 24 avril 2008, de procéder, à titre préventif, à l'obturation de certains tubes des générateurs de vapeur de ses réacteurs nucléaires.
 
L'ASN a demandé à EDF d'obturer certains tubes de générateurs de vapeur, avant le 30 septembre 2008, afin d'en prévenir le risque de rupture et de mettre en oeuvre une détection renforcée des fuites entre le circuit primaire et les circuits secondaires en attendant leur obturation.

1/ Les anomalies de supportage des tubes de générateurs de vapeur

Un générateur de vapeur est un échangeur thermique entre l'eau du circuit primaire, portée à haute température (320°C) et à pression élevée (155 bar) dans le coeur du réacteur, et l'eau du circuit secondaire qui se transforme en vapeur et alimente la turbine. Il comporte un “faisceau tubulaire” composé de 3300 à 5600 tubes selon le type de réacteur.

Lors du fonctionnement des réacteurs, les faisceaux tubulaires des générateurs de vapeur sont soumis à des vibrations. Ces vibrations peuvent générer une fissuration circonférentielle par fatigue, dont l'évolution est très rapide. Afin de limiter l'amplitude de ces vibrations et de prévenir ce type de dégradation, certains tubes sont maintenus dans leur partie supérieure par des barres anti-vibratoires. Au cours de la fabrication des générateurs de vapeur, certaines de ces barres ont été mal positionnées, entraînant un défaut de maintien des tubes. Ces tubes sont appelés “tubes en anomalie de supportage”.
 
Deux ruptures de tubes de générateurs de vapeur, ayant pour origine une fissuration par fatigue vibratoire de “tubes en anomalie de supportage”, se sont produites à North Anna (USA) en 1987 et à Mihama (Japon) en 1991.
 
A la suite de ces deux ruptures de tubes de générateurs de vapeur, l'ASN avait demandé à EDF, au début des années 1990, de définir un critère de sensibilité aux vibrations des “tubes en anomalie de supportage” et, en fonction de ce critère, d'obturer les tubes les plus sensibles. Depuis, environ 1500 tubes ont été obturés sur la base de ce critère dans les générateurs de vapeur des 34 réacteurs du palier 900 MWe. Cette démarche a été mise en oeuvre au niveau international, d'autres exploitants de réacteurs nucléaires, à l'étranger, ont ainsi fait de même.

tubesgv-pf
 Schéma d'un générateur de vapeur

 2/ Les éléments nouveaux et les mesures prises par l'ASN

Le 18 février 2008, une fuite a été détectée entre le circuit primaire et le circuit secondaire sur le réacteur n°2 de la centrale de Fessenheim d'EDF. Cette fuite a pour origine la fissuration d'un “tube en anomalie de supportage” qui, au regard du critère identifié dans les études mentionnées ci-dessus, ne nécessitait pas d'être obturé. Cet événement a été classé au niveau 0 sur l'échelle internationale INES.
 
L'ASN a demandé à l'exploitant d'élaborer un programme complet d'investigations sur les origines de la fuite survenue à Fessenheim. EDF doit notamment réexaminer les études citées précédemment dans le but d'identifier tous les paramètres à l'origine de cette nouvelle fissuration et le cas échéant d'adapter la stratégie pour traiter cette dégradation. Ces investigations sont en cours.
 
En l'attente des résultats de ces études, et à titre de précaution, l'ASN a demandé à EDF par lettre du 24 avril 2008, d'obturer tous les tubes de générateurs de vapeur en anomalie de supportage avant le 30 septembre 2008. Cette demande concerne tous les réacteurs dont les générateurs de vapeur sont affectés par cette anomalie. Par ailleurs, l'ASN a demandé le renforcement des dispositions de détection précoce des fuites sur les tubes. Ces mesures visent à prévenir un risque de rupture de tube de générateur de vapeur.
 

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017