Lettre d’information de l'EPR n°8 : L’ASN poursuit le contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville

Publié le 11/05/2010 à 14:06

Note d'information

Vue générale du chantier Nord Est / Sud Ouest - mars 2010 © EDF

Au cours du premier trimestre 2010, l’ASN a poursuivi le contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville 3 qui se poursuit correctement. Plusieurs points méritent d’être soulignés.

Anomalie de positionnement de gaines de précontrainte du bâtiment réacteur

Bâtiment réacteur - avril 2010

L’enceinte du bâtiment réacteur de l’EPR se compose de deux parois séparées par un espace : une paroi interne en béton précontraint[1] et une paroi externe en béton armé. Une peau d’étanchéité métallique (le « liner ») revêt la face intérieure de l’enceinte interne. L’ensemble assure le confinement des matières radioactives en situations normale et accidentelle et la protection du réacteur contre les agressions externes. Les fonctions allouées à l’enceinte interne imposent le respect d’exigences[2] lors de sa réalisation.

Intérieur du bâtiment réacteur - avril 2010

En 2008 et 2009, et au cours de ses inspections, l’ASN a examiné à quatre reprises le système de précontrainte. L’ASN a notamment demandé à EDF de mettre en cohérence avec les exigences précitées les procédures de mise en place des accessoires de précontrainte. Lors de l’inspection du 18 novembre 2009, avant le bétonnage de la première levée de l’enceinte interne, EDF a signalé aux inspecteurs de l’ASN un non-respect des tolérances de positionnement de gaines de précontrainte au sein du ferraillage de l’enceinte interne du bâtiment réacteur. Après avoir obtenu l’avis de ses services études, EDF a laissé les gaines en l’état et a procédé au bétonnage de cette levée.

En réponse à une demande de l’ASN, EDF a transmis a posteriori une démonstration plus complète de l’absence de nocivité de ce dépassement des tolérances prescrites. Ces éléments sont en cours d’analyse par l’ASN. A la demande de l’ASN, et comme le prévoit la prescription INB167-51 édictée par la décision de l’ASN n°2008-DC-0114 du 26 septembre 2008, le bétonnage des levées suivantes de l’enceinte interne sera désormais notifié à l’ASN. Cette démarche permettra à l’ASN de contrôler par sondage et a priori la mise en place par EDF de dispositions permettant d’éviter la répétition d’anomalies, et de contrôler a posteriori les relevés réalisés à la suite du bétonnage.

 

Début des activités d’installation de montage mécanique

Chemins de cables BLNC

Le second semestre de l’année 2009 et le début de l’année 2010 ont été marqués par le démarrage de nouvelles activités sur le chantier de Flamanville 3. Alors que les activités de génie civil continuent, le montage mécanique (installations de supports, tuyauteries, réservoirs, etc.) fait intervenir des effectifs de plus en plus nombreux sur le site. L’ASN a adapté son contrôle pour prendre en compte ces nouvelles activités.

Pose de tuyauteries incendie HL - janvier 2010

Plusieurs inspections en 2009 et 2010 ont permis d’aborder les interactions de ces activités de montage avec celles relevant du génie civil. En effet, un positionnement erroné de dispositifs de fixation ancrés dans le génie civil peut avoir des conséquences sur le positionnement de composants réalisé par les équipes en charge des montages mécaniques.

De plus, les inspections de l’ASN du 6 novembre 2009 et du 24 février 2010 se sont focalisées sur l’organisation mise en place par EDF pour la surveillance de ces activités de montage : traçabilité et cohérence documentaire, gestion des écarts au référentiel documentaire, gestion de la propreté, conditions de stockage, prise en compte du retour d’expérience des difficultés rencontrées pour la fabrication du liner.

Ces premières inspections ont permis à l’ASN de noter que l’organisation de la surveillance de ces activités était globalement adaptée. Cependant, l’ASN a constaté que les exigences de propreté n’étaient pas systématiquement respectées sur le chantier et devaient faire l’objet d’une attention particulière.

Pose de tuyauteries SEC
Manutention d'un élément du condenseur SdM

Visite et information du groupe permanent réacteur

Pour préparer ses décisions les plus importantes, l’ASN s’appuie sur les avis et les recommandations de groupes permanents d’experts.

Le groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires (GPR) sera sollicité pour l’examen de la demande de mise en service[3] du réacteur de Flamanville 3. Préalablement à la mise en service, le GPR rend également des avis sur des sujets à fort enjeu. Le GPR avait notamment rendu en 2009 un avis sur l’architecture générale du contrôle-commande du futur réacteur de Flamanville 3. Dans le but de préparer le GPR à ces différentes sollicitations, l’ASN a proposé de l’informer, au cours de séances annuelles dédiées, sur les actions menées par l’ASN et l’IRSN au titre du contrôle de la construction. La séance du 18 mars 2010 fait donc suite à la première séance d’information qui avait eu lieu le 7 mai 2009. Cette dernière séance d’information a permis de présenter aux membres du GPR un point d’avancement du projet de Flamanville 3 (chantier, études, fabrications et qualifications) et du contrôle réalisé par l’ASN avec l’appui de l’IRSN. En préalable à la tenue de cette séance d’information, le 8 mars 2010, le GPR s’est rendu sur le chantier de construction du réacteur de Flamanville 3. Accompagnés de plusieurs agents de l’ASN, dont le délégué territorial de l’ASN de Caen, les membres du GPR ont ainsi pu appréhender les activités de construction du chantier.

Pour préparer ses décisions les plus importantes pour la sûreté, l’ASN s’appuie sur les avis et les recommandations de groupes permanents d’experts.

Le groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires (GPR) a notamment rendu en 2009 un avis sur l’architecture générale du contrôle-commande du futur réacteur de Flamanville 3. Il sera sollicité pour l’examen de la demande de mise en service[3] du réacteur de Flamanville 3.

Dans le but de se préparer à ces différentes demandes, le GPR s’est rendu le 8 mars 2010 sur le chantier de construction du réacteur de Flamanville 3 et une séance d’information, le 18 mars 2010, a permis de présenter aux membres du GPR un point d’avancement du projet de Flamanville 3 (chantier, études, fabrications et qualifications) et du contrôle réalisé par l’ASN avec l’appui de l’IRSN.

Inspection conjointe de l’ASN avec l’autorité finlandaise STUK d’AREVA NP chez son fournisseur en charge d’opérations de fabrication du circuit primaire de Flamanville 3

Les 29 et 30 mars 2010, l’ASN et l’Autorité de sûreté finlandaise STUK ont conduit une inspection conjointe de Fives Nordon sur son site de Nancy, Fives Nordon étant le fournisseur d’AREVA NP en charge d’opérations de fabrication du circuit primaire de Flamanville 3. Cette inspection avait pour objet d’examiner les actions mises en place à la suite de la détection d’écarts dans la fabrication de tuyauteries primaires destinées au réacteur EPR Olkiluoto 3 en Finlande. La lettre de suite de cette inspection est publiée sur le site Internet de l’ASN www.asn.fr.

Les inspecteurs de l’ASN ont jugé que la mise en œuvre du plan d’action proposé par AREVA NP et son fournisseur pour corriger la cause des écarts détectés n’était pas suffisante pour autoriser le début de la fabrication d’équipements destinés au réacteur EPR Flamanville 3. Ils ont demandé des éléments sur la qualité de l’analyse des risques, la mise en œuvre du système d’inspection interne, la formalisation des gestes concourant à la qualité et la déclinaison opérationnelle des exigences relatives au système qualité et au référentiel de fabrication. Au vu de ces éléments, l’ASN a autorisé la reprise de la fabrication.

Pour en savoir plus :

  • Lire la lettre d’information EPR n°6 notamment pour sa partie relative aux difficultés rencontrées pour la fabrication du liner.

[1] La précontrainte est une technique de construction permettant d’améliorer la résistance mécanique d’une structure. Pour un réacteur nucléaire, elle consiste à tendre des câbles d’acier passant dans des gaines incorporées au béton.

[2] Ces exigences sont formalisées notamment dans un recueil des règles de conception et de construction du génie civil du réacteur EPR appelé ETC-C (EPR technical code for civil works).

[3] La mise en service du réacteur de Flamanville 3, qui correspond à l’introduction de substances radioactives dans l’installation, est soumise à l’autorisation de l’ASN, conformément à l’article 20 du décret n°2007-1557 du 2 novembre 2007.

Date de la dernière mise à jour : 02/06/2017