Lettre d’information de l'EPR n°6 : L'ASN reste vigilante et poursuit son programme de contrôle du réacteur Flamanville 3

Publié le 31/07/2009 à 13:21

Note d'information

L 'ASN a poursuivi, au cours du premier semestre 2009, son contrôle du chantier de la construction du réacteur EPR de Flamanville 3. Les éléments les plus significatifs sont les suivants.

 Fabrication du liner (peau d'étanchéité métallique de l'enceinte de confinement)

Au cours de plusieurs inspections réalisées en 2008 sur le chantier de construction, l'ASN a constaté des insuffisances dans la fabrication du liner nécessitant un fort taux de réparation des soudures (voir la lettre d'information n°5). Conformément aux demandes de l'ASN en date du 4 février 2009, EDF a réalisé le contrôle complet de certaines soudures alors déjà réalisées et a procédé aux réparations nécessaires afin de garantir l'absence d'impact des défauts rencontrés sur la fonction de confinement que doit assurer le liner.
 Dans un second temps, EDF et le titulaire de contrat réalisant les soudures du liner ont présenté à l'ASN, le 15 avril 2009, un plan d'action visant à améliorer de façon significative la qualité de réalisation de ces soudures. Les principaux axes de ce plan d'action concernent l'optimisation du procédé de soudage et des conditions de réalisation des soudures, le renforcement de la formation des soudeurs et une surveillance renforcée des opérations de soudage. Dans l'attente de l'évaluation de l'efficacité de ce plan d'action, 100% des soudures réalisées ont été contrôlés par radiographie.

 

 

La mise en œuvre de ce plan d'action a été examinée au cours de l'inspection du 22 avril 2009 (voir lettre de suite). Les inspecteurs ont estimé que ce plan d'action devait permettre d'améliorer la qualité de réalisation des soudures. Toutefois le retour d'expérience n'était pas encore suffisant pour permettre de mesurer concrètement la pertinence et l'effectivité des actions mises en œuvre.
 Un bilan mensuel de la mise en place du plan d'action est transmis depuis le 15 mai 2009 à l'ASN.
 En juillet 2009, EDF a présenté à l'ASN une justification de la maîtrise des opérations de soudage. Les résultats des tirs radiographiques réalisés sur un mois de soudage ont notamment indiqué des taux de réparation acceptables (inférieurs à 10%). Sur cette base, EDF a décidé de relaxer les contrôles radiographiques tout en maintenant une surveillance renforcée des opérations de soudage.
 L'ASN considère que les actions mises en œuvre par EDF sont de nature à améliorer la maitrise des opérations de soudage. Toutefois, ces opérations resteront sous surveillance rapprochée de l'ASN.

 
 Inspections de l'ASN

Les inspecteurs de l'ASN ont réalisé, au premier semestre 2009, 16 inspections sur le chantier de construction de Flamanville 3 sur les thèmes suivants :

 

  • Génie civil
  • Management de la sûreté
  • Impact du chantier sur les réacteurs en exploitation
  • Organisation et moyens de crise
  • Gestion des sources de rayonnements ionisants
  • Prestations
  • Inspection du travail

 

 

Ces inspections ont permis d'établir que le plan d'action, mis en œuvre par EDF à la suite de plusieurs anomalies liées aux opérations de génie civil relevées en 2008, a conduit à une amélioration notable de la qualité des réalisations et de la surveillance des activités de ferraillage et de bétonnage.

Toutefois, au cours de l'inspection réalisée le 28 mai 2009 concernant la préparation de l'opération de bétonnage du radier des structures internes du bâtiment réacteur, les inspecteurs et leur appui technique avaient alerté EDF sur le nombre conséquent d'activités à finaliser afin de permettre la réalisation de l'opération de bétonnage dans de bonnes conditions. A la suite de cette inspection, et une fois le bétonnage du radier réalisé, l'ASN a constaté l'ouverture de plusieurs fiches de non-conformité. L'ASN estime que les écarts constatés par EDF et le titulaire de contrat, notamment une insuffisance de volume de béton coulé par endroit et des modifications de coffrages pendant les opérations de bétonnage, ne remettent pas en cause la sûreté de l'ouvrage. Ces écarts mettent cependant en lumière une pression importante liée au bon avancement du planning et susceptible d'avoir un impact négatif sur la qualité de la réalisation. L'ASN a demandé à EDF de prendre les mesures adéquates afin de ne pas reproduire ce type de situation génératrice d'écarts.

 
 Relations internationales

li6_epr_5

 

L'ASN entretient des relations privilégiées avec les autorités de sûreté nucléaires étrangères. A cet égard, plusieurs visites de ses homologues ont eu lieu au cours du premier semestre de l'année 2009. Ces visites ont permis d'accueillir notamment M. Laaksonen, directeur général de l'autorité de sûreté finlandaise STUK, Mme Svinicki et M. Lyons, commissaires à l'autorité de sûreté américaine NRC.

Ces contacts réguliers permettent d'échanger sur les problématiques rencontrées dans les différents pays et de tirer bénéfice des retours d'expérience des constructions passées ou en cours, tant au niveau des activités de réalisation sur le chantier ou de la fabrication des composants en usine qu'au niveau de la conception détaillée du réacteur.

 

Au niveau de l'examen de la conception détaillée, l'ASN a rencontré en juin une délégation de l'autorité de sûreté chinoise, accompagnée de ses appuis techniques, dans le but d'échanger sur les conclusions que chaque autorité de sûreté a pu formuler en amont de l'autorisation de création des réacteurs.

Dans le cadre des réunions multilatérales, l'ASN participe également activement aux travaux menés au sein du groupe de travail dédié à EPR dans le cadre du Multinational Design Evaluation Programme.

 
 Information du groupe permanent d'experts pour les réacteurs nucléaires

Pour préparer ses décisions les plus importantes, l'ASN s'appuie sur les avis et les recommandations de groupes permanents d'experts qu'elle rend public sur son site Internet avec sa position. Ces groupes permanents sont composés d'experts issus de milieux variés (universitaire, associatif, industriel, expertise), nommés en raison de leurs compétences.

La mise en service de l'INB N°167 de Flamanville 3, qui correspond à la première mise en œuvre de substances radioactives dans l'installation, est soumise à l'autorisation de l'ASN, conformément à l'article 20 du décret n°2007-1557 du 2 novembre 2007.

Le groupe permanent d'experts pour les réacteurs nucléaires (GPR) sera sollicité pour l'examen de la demande de mise en service du réacteur de Flamanville 3. Par ailleurs, préalablement à la mise en service, le GPR rendra des avis sur des sujets à fort enjeux, comme l'architecture générale du contrôle-commande du futur réacteur de Flamanville 3.

Dans le but de préparer le GPR à ces différentes sollicitations, l'ASN a proposé de l'informer, au cours de séances annuelles dédiées, sur les actions menées par l'ASN et l'IRSN au titre du contrôle de la construction. La première séance de ce type a eu lieu le 7 mai 2009 et a été précédée, le 23 avril, d'une visite du chantier de Flamanville 3. La séance d'information a permis de présenter aux membres du GPR les principales étapes réglementaires de la mise en service d'un réacteur, la doctrine déployée par l'ASN pour le contrôle de la construction, ainsi qu'un point d'avancement du projet de Flamanville 3 (chantier, études, fabrications et qualifications) et du contrôle réalisé par l'ASN avec l'appui de l'IRSN.

 

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017