Lettre d’information de l'EPR n°12 - Les actions de l’ASN sur le contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville : les points marquants.

Publié le 09/03/2012 à 10:15

Note d'information

Soudage de tôles du réservoir IRWST (In containment refueling water system tank), réservoir principal d'eau borée, localisé en partie inférieure du bâtiment réacteur. Novembre 2011. Source : EDF.

Au cours du second semestre 2011, l’ASN a poursuivi le contrôle du chantier de la construction du réacteur EPR Flamanville 3. Les points marquants de ces derniers mois sont détaillés ci-après.

Contrôle de l’activité de pose des gaines de précontrainte

Depuis 2008, plusieurs inspections de l’ASN ont porté sur le système de précontrainte de l’enceinte du bâtiment réacteur. En juin 2011, à la suite de l’apparition de nouveaux écarts de positionnement sur des gaines du système de précontrainte, l’ASN a demandé à EDF de suspendre les activités de bétonnage de l’enceinte interne. A la demande de l’ASN, EDF a présenté un plan d’action dans l’objectif d’éviter tout nouvel écart de pose des gaines de précontrainte afin de poursuivre les activités de bétonnage.

L’ASN a réalisé par la suite sur cette thématique des inspections inopinées le 12 juillet 2011 sur la levée[1] n°8 (cf. lettre d’information n°11), le 22 novembre 2011 sur la levée n°10 et le 15 février 2012 sur la levée n°11. Il ressort de ces inspections, sur la base des résultats des contrôles effectués, que les adaptations techniques et organisationnelles retenues par EDF dans son plan d’action pour assurer la réalisation d’une enceinte interne de qualité sont correctement mises en œuvre .

Fabrication des consoles du pont polaire

Lors de l’inspection du 14 décembre 2011, l’ASN a été informée d’un certain nombre de non conformités lors de la fabrication des consoles du pont polaire du bâtiment réacteur : des défauts au niveau des soudures de ces consoles ont été découverts par EDF en usine avant leur mise en peinture, puis, sur site, à l’occasion de contrôles complémentaires. Alors que les défauts avaient été découverts initialement sur un nombre limité de consoles, l’ASN a demandé à EDF de procéder à des contrôles supplémentaires sur les autres consoles. EDF travaille actuellement à la réalisation de ces contrôles, à la compréhension de l’apparition de ces défauts et à la définition d’une stratégie pour remédier à cette situation. L’ASN procédera à des contrôles sur ce sujet et le bétonnage de la levée n°11 de l’enceinte interne du bâtiment réacteur ne pourra être engagé qu’après la mise en œuvre de la solution qu’EDF, en tant que premier responsable de la qualité de sa construction, aura choisie.

Contrôle des activités de bétonnage complexes

En juillet 2011, EDF a informé l’ASN de la découverte de nids de cailloux localisés sur certains voiles[2] en béton des piscines du bâtiment réacteur. Après une inspection réalisée le 12 juillet 2011 (cf. lettre d’information n°11) et après analyse technique, l’ASN a demandé à EDF des compléments d’information portant notamment sur :

  • la qualité de réalisation finale, c’est-à-dire après réparation, des voiles en béton concernés par les défauts ;
  • l’identification de mesures préventives appropriées, notamment en matière de contrôle et de compétence des intervenants, afin que les prochaines opérations de bétonnage soient pleinement maîtrisées.

Il ressort des éléments transmis par EDF ainsi que des inspections réalisées les 22 novembre et 20 décembre 2011 que les dispositions techniques et organisationnelles retenues par EDF pour ausculter puis réparer les défauts des voiles des piscines du bâtiment réacteur et pour maîtriser les prochaines opérations de bétonnage complexes sont globalement satisfaisantes.

Point d’avancement sur la qualité des activités de soudage des bâches, piscines et liner

Depuis fin 2010, les opérations de montage du cuvelage de certaines bâches[3] importantes pour la sûreté ont débuté, elles concernent notamment le cuvelage des piscines du bâtiment réacteur et du bâtiment combustible. Au vu du nombre important de bâches à réaliser, et de leur importance pour la sûreté, l’ASN apporte une attention particulière au contrôle de ces activités pour s’assurer de la maîtrise des méthodes de fabrication. Ainsi, l’ASN a réalisé des inspections sur cette thématique le 12 janvier, le 22 juin, le 16 novembre, le 23 novembre 2011 et le 25 janvier 2012.

Il ressort de ces inspections que l’organisation d’EDF et du titulaire du contrat principal de génie civil est satisfaisante. EDF doit toutefois accorder une attention particulière aux risques de pollution des tôles en acier inoxydable et à la maîtrise des opérations de soudage des tôles, notamment dans le cadre de réparations. L’ASN restera attentive au contrôle de ces activités et à la mise en œuvre adéquate des méthodes qui seront utilisées pour le cuvelage des piscines du bâtiment réacteur et du bâtiment combustible.

Rapport de l’ASN sur les évaluations complémentaires de sûreté menées par EDF suite à l’accident de Fukushima

L’ASN a rendu public le 3 janvier dernier son rapport sur les évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées à la suite de l’accident de Fukushima.

Ce rapport traite de l’évaluation complémentaire de la sûreté de toutes les installations nucléaires de base examinées en 2011 dont en particulier le réacteur EPR du site de Flamanville, et présente les actions prévues par l’ASN à la suite de cette évaluation. Des prescriptions seront prochainement édictées pour imposer à EDF des mesures destinées à augmenter, au-delà des marges de sûreté dont elles disposent déjà, la robustesse des installations face à des situations extrêmes.

Réparation du couvercle de la cuve

AREVA NP a informé l'ASN de la détection de deux écarts de qualité importants lors de la fabrication du couvercle de la cuve du réacteur EPR de Flamanville. Le traitement de ces écarts a conduit AREVA NP à proposer à l'ASN, en juillet 2011, une solution de remise en conformité de grande ampleur qui implique la reprise complète de plusieurs étapes de la fabrication du couvercle.

Les écarts concernaient :

  • dans un premier temps, la détection, à l'automne 2010, de défauts au niveau de soudures situées sur le couvercle, au niveau des adaptateurs ;
  • dans un second temps, la mise en évidence, en juin 2011, lors des opérations de remise en conformité destinées à corriger l'écart précédent, d'une épaisseur insuffisante de la couche de métal, appelée beurrage, située sous ces soudures.

L'ASN a demandé à AREVA NP d'analyser de manière détaillée l'impact potentiel de ces opérations sur la qualité du couvercle. L'ASN a également demandé à AREVA NP de proposer des mesures particulières pour garantir la qualité de la réparation. Après avoir examiné ces éléments et reçu l'avis du Groupe permanent d'experts pour les équipements sous pression nucléaires placé auprès d'elle, l'ASN a accepté qu'AREVA NP procède à la remise en conformité du couvercle avec la méthode de réparation proposée.

La réalisation de chaque étape de la réparation est soumise à la rédaction de procédures détaillées. Celles-ci doivent démontrer qu'AREVA NP met en place toutes les mesures nécessaires pour maîtriser les risques et garantir que tout écart ou dérive sera détecté. Les opérations se déroulent pour l'instant sans événement majeur, sous une surveillance renforcée de l'ASN et d'APAVE, organisme mandaté par l'ASN. L'ASN se prononcera sur l'acceptabilité du couvercle après la réalisation de l’ensemble des opérations de réparation et de fabrication.

Écarts détectés lors de la fabrication de tuyauteries

En mars 2011, AREVA NP a détecté, en fabrication, un écart concernant l'état de surface interne de tuyauteries auxiliaires. Les équipements concernés présentaient des petits arrachements de métal et des stries. AREVA NP a alors engagé un programme de remise en conformité de ces composants. En septembre 2011, l'ASN a suspendu ces opérations de remise en conformité car certaines des exigences destinées à améliorer la radioprotection pour le futur réacteur n’étaient pas prises en compte. Les opérations de remise en conformité des tuyauteries ont pu reprendre en novembre 2011, AREVA NP ayant proposé des mesures suffisantes.

En novembre 2011, l'ASN a également été informée par l'OIU d'EDF, entité chargée de l'évaluation de la conformité réglementaire de certaines tuyauteries, que des opérations réalisées sur des soudures étaient insuffisamment maîtrisées chez un sous-traitant d'AREVA NP. En particulier, les outillages utilisés et les contrôles effectués ne permettaient pas de garantir l’épaisseur des zones adjacentes aux soudures. L'ASN a réalisé une inspection réactive sur ce thème le 22 décembre 2011 et a suspendu les opérations de fabrication de ces tuyauteries, qui ont repris début février 2012 après la prise en compte des demandes de l’ASN.

L'ASN considère que ces écarts mettent en lumière l’importance qui s’attache à ce que les fabricants fixent des exigences précises à leurs fournisseurs et s'assurent de leur respect. L’ASN a également demandé à AREVA de vérifier que les procédés mis en œuvre dans les ateliers ne génèrent pas de risque de dégradation particulier et font l’objet d’une surveillance adaptée.

Pour en savoir plus :

[1] Une levée est une élévation de structure en béton
[2] Les voiles sont des murs en béton
[3] Réservoirs fermés à parois en acier inoxydable situés dans les bâtiments de l’installation.

Date de la dernière mise à jour : 02/06/2017