L’ASN identifie des sujets de recherche à approfondir dans les domaines de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour les années à venir.

Publié le 23/05/2018 à 09:30

Note d'information

À l’issue des travaux engagés entre 2014 et 2017 et en s’appuyant sur les travaux de son  comité scientifique, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a rendu son troisième avis relatif «à l’identification de sujets de recherche à approfondir dans différents domaines relevant de la sûreté nucléaire et de la radioprotection».

La qualité des décisions de l’ASN repose notamment sur une expertise technique robuste, apportée par ses appuis techniques, dont les principaux sont l’IRSN et les groupes permanents d’experts placés auprès de l’ASN. Cette expertise se fonde elle-même sur les dernières connaissances scientifiques et techniques. Dans cette logique, et à l’instar de nombre de ses homologues étrangères, l’ASN doit se préoccuper du développement des connaissances nécessaires à l’expertise à laquelle elle aura recours à l’horizon de cinq, dix ou vingt ans. Il importe donc que l’ASN identifie les axes de recherche concourant à l’acquisition de ces connaissances. Par exemple, les recherches sur le vieillissement des matériaux, sur lesquelles l’ASN avait pris position en 2012, sont utiles pour consolider l’expertise et les instructions techniques dans le cadre des réexamens périodiques des installations nucléaires de base.

L’ASN a ainsi identifié dans son avis du 4 mai 2018 des sujets de recherche à approfondir dans les domaines des agressions naturelles externes (séisme, inondation), du risque d’incendie dans les installations nucléaires de base et des matériaux de la gaine du combustible nucléaire pour les réacteurs à eau sous pression, de l’impact sanitaire des rayonnements ionisants et des conséquences socio-économiques d’un accident nucléaire.

Conformément à la loi[1], l’ASN transmet ses propositions et recommandations aux ministres et aux organismes publics exerçant les missions de recherche concernés, afin qu'elles soient prises en compte dans les orientations des programmes de recherche dans le but de faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection.

Pour en savoir plus

L’ASN a déjà élaboré deux autre avis en 2012 et 2015 qui restent d’actualité :

[1] Article L592-31-1 du code de l’environnement.

Date de la dernière mise à jour : 23/05/2018