L’ASN rappelle, lors de la seconde conférence européenne sur la sûreté nucléaire organisée par l’ENSREG, l’importance de développer une vision commune de la sûreté nucléaire à l’échelle européenne

Publié le 26/06/2013 à 15:56

Note d'information

L’ASN a participé à la conférence européenne sur la sûreté nucléaire qui s’est tenue les 11 et 12 juin 2013 à Bruxelles. Organisée à l’initiative de l’ENSREG, il s’agissait de la seconde manifestation de ce type après celle à laquelle avait participé l’ASN en 2011. La conférence rassemblait différentes Autorités nationales, régulateurs, exploitants, universitaires, organisations non-gouvernementales et plusieurs parlementaires européens et nationaux. Parmi les intervenants, on pourra mentionner notamment G. Hennenhöfer, président de l’ENSREG, G. Oettinger, commissaire européen à l’Energie, D. Flory, directeur général adjoint de l’AIEA en charge de la sûreté et de la sécurité, L. Echavarri, directeur général de l’AEN, ainsi que les représentants d’associations européennes comme WENRA ou HERCA. Des représentants des Autorités de sûreté américaine, japonaise et russe ont également pu donner un éclairage sur les actions menées dans leurs pays respectifs.

Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN, a présenté aux 350 participants de cette seconde conférence le point de vue de l’ASN sur la préparation aux situations d’urgence et sur la gestion post-accidentelle d’un accident nucléaire. Il a souligné l’ampleur des travaux initiés depuis l’accident de Fukushima tout en indiquant que ces efforts devaient être poursuivis, notamment dans le domaine de la préparation et de la gestion des situations d’urgence.

Pierre-Franck CHEVET, président de l'Autorité de sûreté nucléaire

Au-delà, les débats et les présentations des orateurs ont en particulier concerné l’indépendance et la transparence en matière de sûreté nucléaire, considérées par tous les participants comme les deux piliers fondamentaux de l’action des Autorités de sûreté. Les débats ont également souligné la nécessité de renforcer les échanges entre les Autorités nationales (au sein d’associations comme HERCA ou WENRA en particulier) afin de coordonner les pratiques à l’échelle européenne (objectifs de sûreté, préparation aux situations d’urgence, etc.). L’ampleur sans précédent de l’exercice des stress tests et de la revue par les pairs, organisés à l’échelle européenne à la suite de l’accident de Fukushima, et la volonté de renforcer les échanges avec les parties prenantes (Autorités de sûreté, WANO, organisations non-gouvernementales…) et avec le public ont également fait l’objet des échanges entre les participants de cette conférence.

Pour en savoir plus :

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017