INCIDENT DE RADIOPROTECTION : UN AGENT EDF REÇOIT UNE DOSE SUPERIEURE A LA LIMITE REGLEMENTAIRE ANNUELLE

Publié le 11/03/1999 à 00:00

Communiqué de presse

Le 11 mars un agent EDF du Service Sécurité Radioprotection a reçu une dose de radioactivité anormale en intervenant dans une zone contrôlée de type " rouge " du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire du Tricastin, actuellement en arrêt pour maintenance.

Sous la surveillance de l'OPRI, l'agent bénéficie du suivi médical approprié et des examens biologiques propres à confirmer la dose effectivement reçue.

Cette dose a été initialement estimée à 80 milliSievert à partir du dosimètre électronique porté par l'agent. La dose relevée sur le film radiologique, qui vient d'être développé, est évaluée à 340 milliSievert. La différence entre ces résultats fait l'objet d'investigations.

Le seuil réglementaire est actuellement fixé à 50 milliSievert par an et sera prochainement ramené à 20 milliSievert par an.

Les zones contrôlées de type " rouge " sont les zones où la radioactivité est la plus élevée et dont l'accès est strictement réglementé.

L'intervention de l'agent a consisté à retirer de la zone rouge localisée en dessous de la cuve du réacteur n° 1 des outillages de maintenance mis en oeuvre durant l'arrêt.

L'inspection immédiatement décidée par l'Autorité de sûreté a conclu que cette intervention a été réalisée sans l'autorisation de la direction de la centrale qui était pourtant requise pour pénétrer en zone rouge et sans l'analyse préalable de la dosimétrie individuelle et collective associée que prévoit la réglementation.

Elle a conduit également à constater que trois agents du Service de Sécurité et de Radioprotection, dont l'agent qui a reçu la dose de radioactivité, n'ont pas respecté la réglementation sur la radioprotection.

Un procès-verbal est donc dressé par l'inspecteur du travail pour infraction aux dispositions du code du travail sur la radioprotection.

En raison du dépassement de la limite réglementaire d'exposition aux rayonnements ionisants par un agent EDF, l'Autorité de sûreté confirme le classement au niveau 2 de l'échelle INES de cet incident de radioprotection.

Cet incident, qui implique des agents du service chargé du contrôle de l'application des règles de radioprotection, met gravement en cause l'organisation du site en matière de radioprotection et les procédures mises en place par EDF pour assurer la protection contre les rayonnements ionisants des personnels travaillant dans les centrales.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017