L’ASN conditionne la poursuite du fonctionnement de l’installation d’assainissement et de récupération de l’uranium (IARU) à la mise en œuvre de prescriptions de sûreté

Publié le 23/07/2014 à 17:00

Note d'information

A l’issue du premier réexamen de sûreté de l’INB 138, dénommée installation d’assainissement et de récupération de l’uranium (IARU), l’ASN a analysé le rapport qui lui a été transmis le 28 janvier 2010 par la Société auxiliaire du Tricastin (SOCATRI1), exploitant nucléaire de cette installation.

L’ASN n’a pas identifié d’élément s’opposant à la poursuite du fonctionnement de cette installation, sous réserve de la réalisation de travaux d’amélioration de la sûreté. Ces travaux concernent en particulier le confinement des matières dangereuses en cas d’agression d’origine externe (séisme, explosion, inondation) ou d’incendie d’origine interne, mais également la maîtrise du risque de criticité.

La décision n°2014-DC-0439 du 8 juillet 2014 prescrit à la SOCATRI l’obligation de transmettre à l’ASN les dispositions d’amélioration qu’elle envisage ainsi que les échéances associées à leur mise en œuvre.

L’ensemble de ces dispositions devront avoir été mises en œuvre avant la fin 2018.

Le réexamen de sûreté a pour but d’examiner en profondeur l’état des installations pour vérifier qu’elles sont conformes au référentiel applicable (examen de conformité). Il a en outre pour objectif d’améliorer le niveau de sûreté des installations. Dans ce but, les exigences applicables aux installations sont comparées à celles auxquelles doivent répondre les installations les plus récentes (réévaluation de sûreté). L’évolution des connaissances ainsi que le retour d’expérience national et international sont également pris en compte. Les améliorations qui peuvent être raisonnablement mises en place sont réalisées. Le réexamen de sûreté permet par ailleurs de vérifier que les différents phénomènes de vieillissement des installations seront maitrisés pendant une période minimale de dix années supplémentaires. Ainsi, les réexamens de sûreté constituent l’une des pierres angulaires de la sûreté en France, en imposant à l’exploitant non seulement de maintenir le niveau de sûreté de son installation mais aussi de l’améliorer.

En savoir plus

1. Les domaines d’intervention de la SOCATRI peuvent être classés en quatre activités :

  • la réparation, la décontamination et le démantèlement de matériels industriels ou nucléaires ;
  • le traitement d’effluents liquides radioactifs et industriels ;
  • le traitement et le conditionnement de déchets radioactifs ;
  • la réception et l’entreposage d’équipements et de déchets pour le compte de clients externes.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017