L’ASN prend acte du remplacement des générateurs de vapeur de Bugey 3 et considère qu’il aurait pu être anticipé par EDF

Publié le 14/06/2010 à 10:28

Note d'information

Au cours de l’arrêt pour maintenance du réacteur n° 3 de Bugey en avril 2009, les contrôles réalisés par EDF ont mis en évidence un nouveau type de dégradation sur un générateur de vapeur (GV). A la suite de cette découverte, EDF a mis en place un programme de contrôles et d’expertises dont les résultats ont fait l’objet d’un important travail d’instruction par l’ASN et son appui technique l’IRSN. Après avoir consulté le Groupe permanent d’experts pour les équipements sous pression nucléaires placé auprès d’elle, l’ASN a pris position sur les actions nécessaires avant remise en service des GV. Les contraintes liées à ces opérations ont conduit EDF à anticiper le remplacement des 3 GV du réacteur. Pour l’ASN cette décision présente un bénéfice pour la sûreté du réacteur, mais elle considère qu’elle aurait pu être anticipée au regard du niveau important de corrosion des tubes.

Schéma d'un générateur de vapeur

Le rôle des générateurs de vapeur

Les générateurs de vapeur (GV) sont des échangeurs de chaleur qui utilisent l’énergie du circuit primaire pour transformer l’eau du circuit secondaire en vapeur qui alimente la turbine. Leur surface d’échange est constituée d’un faisceau tubulaire, composé de 3300 à 5600 tubes, selon le modèle, dans lesquels circule l’eau primaire portée à haute température (320°C) et haute pression (155 bars). Ces tubes assurent le confinement de l’eau du circuit primaire et permettent ainsi un échange de chaleur en évitant tout contact entre les fluides primaire et secondaire (voir fig.1)

Les dispositions mises en œuvre depuis l’arrêt de Bugey 3 

Le réacteur de Bugey 3 est à l’arrêt depuis le 25 avril 2009. Afin de caractériser l'état des générateurs de vapeur de Bugey 3, EDF a mis en place un programme de contrôle important de l’ensemble des tubes de ces équipements, adapté à la nature et au nombre de dégradations décelées. Ces contrôles ont été réalisés à l’aide de moyens spécialement développés à cette occasion et de procédés utilisés à étranger qui n’avaient pas encore été mis en œuvre sur le parc nucléaire français. Ils se sont poursuivis jusqu’en septembre 2009.

Les inspections menées sur les tubes ont été complétées par l’extraction de plusieurs tubes pour expertise en laboratoire, afin de déterminer précisément la nature des défauts rencontrés et garantir la capacité de les détecter des procédés de contrôle.

L’examen de l’aptitude au fonctionnement des générateurs de vapeur de Bugey 3

Sur la base de l’ensemble des résultats obtenus, EDF a présenté des mesures de traitement de ces dégradations à l’ASN au début de l’année 2010. Celles-ci ont été ensuite complétées lors de l’instruction de ce dossier. L’ASN, appuyée par l’IRSN, a réalisé un important travail d’examen en vue d’examiner le caractère suffisant des actions proposées pour s’assurer d’une part de l’absence de risque de rupture de tube de générateur de vapeur au cours du prochain cycle de fonctionnement et d’autre part de l’absence de risque de fuite significative entre les circuits primaire et secondaires.

Avant de prendre position, s’agissant d’un sujet à fort enjeu de sûreté, l’ASN a souhaité recueillir l’avis du Groupe permanent pour les équipements sous pression nucléaires, qui s’est réuni le 19 avril 2010.

 

Position de l’ASN sur l’aptitude des générateurs de vapeur de Bugey 3 à fonctionner jusqu’à leur remplacement

S’appuyant sur l’examen technique du dossier par ses services et ceux de l’IRSN et sur l’avis du Groupe permanent d’experts pour les équipements sous pression nucléaire, l’ASN considère que les moyens de contrôle et d’expertise mis en place par EDF ont été adaptés à la caractérisation d’un nouveau type de dégradations. L’ASN a jugé cependant que les mesures initialement proposées par EDF en prélable à un éventuel redémarrage du réacteur avant remplacement des GV étaient insuffisantes et devaient être complétées, notamment par la réalisation d’une épreuve hydraulique complète du générateur de vapeur n°1 . L’épreuve hydraulique à une pression de 207 bars, supérieure à la pression maximale rencontrée en situation accidentelle, a été considérée comme le seul moyen capable d’apporter des garanties sur l’étanchéité des tubes.

Anticipation du remplacement des générateurs de vapeur

Prenant en compte les contraintes liées à la réalisation d’une telle épreuve, EDF a choisi d’avancer au mois de juillet 2010 le remplacement des 3 générateurs de vapeur, initialement prévu en septembre 2010. L’ASN a pris acte de cette décision, qui présente un bénéfice pour la sûreté du réacteur, mais considère qu’elle aurait pu être anticipée par EDF au regard du niveau important de corrosion des tubes du générateur de vapeur n°1 de Bugey 3.

Pour en savoir plus :

 

  • Lire la note technique sur l’historique des opérations de maintenance de grande ampleur réalisées par EDF sur les générateurs de vapeur de ses centrales nucléaires

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017