Fort de Vaujours : l’ASN considère que la société Placoplatre doit préciser son programme de surveillance radiologique avant la reprise des travaux de démolition

Publié le 02/07/2014 à 14:00

Note d'information

L’ASN a rendu le 13 mai 2014 un avis sur le programme de surveillance radiologique mis en œuvre par la société Placoplatre dans le cadre des travaux de démolition des bâtiments de l’ancien site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) situé sur le Fort de Vaujours1

L’ASN a saisi son appui technique, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), afin de rendre un avis sur le programme de surveillance radiologique établi par la société Placoplatre et transmis à l’ASN le 6 mars 2014. Ce programme définit les modalités de radioprotection, de surveillance de l’environnement et d’évacuation des déchets envisagées par Placoplatre pour les opérations de démolition de bâtiments. A la suite de l’examen du programme de surveillance radiologique par l’IRSN, l’ASN a rendu le 13 mai 2014 un avis technique aux préfets de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Le 2 juillet 2014, cet avis a été présenté à la commission de suivi de site (CCSS) lors de sa réunion d’installation.

L’ASN considère dans cet avis que les documents transmis par Placoplatre demeurent imprécis sur les dispositions envisagées en matière de radioprotection des travailleurs et de surveillance de l’environnement. En particulier, l’ASN considère qu’il convient de réviser la méthode de détection employée afin de l’adapter à la recherche d’une éventuelle contamination en uranium des bâtiments et des gravats. Sur ce point, l’ASN souligne qu’une approche historique de l’exploitation passée des bâtiments et des éventuels travaux d’assainissement qui y ont été menés pourrait utilement contribuer à identifier les bâtiments auxquels une attention plus particulière doit être portée. Il conviendra par ailleurs que Placoplatre réalise une évaluation du risque d’exposition, notamment interne, des travailleurs et du public et justifie les mesures envisagées pour le suivi et la protection radiologique des travailleurs, du public et de l’environnement, au regard de cette analyse des risques. Placoplatre devra également définir les modalités d’information des riverains sur les résultats de la surveillance environnementale du chantier. Enfin, l’ASN considère que les dispositions relatives à la gestion des déchets et des gravats méritaient d’être précisées.

L’ASN considère que des réponses satisfaisantes aux questions soulevées dans cet avis devront être apportées par Placoplatre avant la reprise des travaux de démolition sur le site du Fort de Vaujours.

1. Le Fort de Vaujours, situé sur les communes de Vaujours (93) et de Courtry (77), fut exploité de 1955 à 1997 par le CEA pour l’expérimentation d’armements pyrotechniques et nucléaires utilisant notamment de l’uranium naturel et appauvri. A l’issue de cette période d’exploitation, le CEA a conduit, de 1996 à 1998, puis de 2001 à 2002, des opérations de démantèlement et d’assainissement des bâtiments et des sols susceptibles d’avoir fait l’objet d’une contamination. En 2010, la société Placoplatre a acquis une partie du site et y projette l’exploitation d’une carrière destinée à approvisionner son usine de transformation de gypse, également située à Vaujours. Préalablement à ce projet, Placoplatre a initié la démolition des anciens bâtiments du site, opération pour laquelle  elle dispose de permis de démolir obtenus en 2012 auprès des mairies de Vaujours et de Courtry. Voir la note d’information publiée par l’ASN le 15 avril 2014.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017