L’ASN demande à EDF de réaliser une étude complète de sensibilité aux aléas de la gestion du combustible

Publié le 24/05/2011 à 11:57

Note d'information

A la suite de l’expertise du dossier « Cycle du Combustible »[1], l’ASN a demandé à EDF dans sa lettre du 9 mai 2011, de produire sous un an une étude complète de sensibilité aux aléas de gestion du combustible et de transmettre tous les deux ans une note d’actualisation ; l’ASN a également demandé à EDF de lui faire parvenir la nouvelle mise à jour du dossier « Cycle du Combustible Français » en 2016. Des demandes complémentaires d’ordre technique relatives à la gestion et l’évolution des combustibles neufs, à l’entreposage des combustibles usés, ont été formulées.

L’ASN souhaite mettre en perspective les questions soulevées par le cycle du combustible[2] et ses évolutions afin de veiller à ce que les choix des industriels, compte tenu de leur interdépendance et de délais parfois incompressibles, ne créent pas des situations défavorables pour la sûreté et la radioprotection dans les installations et les transports. Cette action permet à l’ASN d’éclairer le Gouvernement sur l’impact de ces évolutions.

De manière prospective, EDF doit ainsi, en liaison avec les partenaires industriels concernés, démontrer l’absence d’effet rédhibitoire des évolutions envisagées sur la sûreté et la radioprotection.

L’accident de Fukushima survenu le 11 mars 2011, a conduit l’ASN à engager une campagne d’«évaluations complémentaires de la sûreté » des installations nucléaires.

En raison des répercussions possibles de cette campagne sur les installations du cycle du combustible, l’ASN a demandé à EDF de porter une attention particulière aux piscines d’entreposage de combustibles usés et, en complément des demandes mentionnées ci-dessus, de préciser sous un an les éléments susceptibles de conforter ou de faire évoluer sa stratégie en matière de gestion et d’entreposage.

Pour en savoir plus :

[1] Dossier examiné le 30 juin 2010 par les Groupes permanents d’experts pour les laboratoires et usines GPU, et pour les déchets GPD sur la base de l’analyse détaillée de l’IRSN.

[2] Lire le chapitre 13 du Rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2010 et le dossier relatif à la Sûreté du cycle du combustible publié sur www.asn.fr

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017