Découverte de défauts sur la cuve du réacteur n° 3 de la centrale nucléaire de Doel (Belgique). L’ASN fait le point sur le contrôle des cuves des réacteurs français

Publié le 09/08/2012 à 10:15

Note d'information

À la suite de la découverte de défauts sur la cuve du réacteur de Doel 3 situé près d’Anvers en Belgique, l’ASN fait le point sur le contrôle des cuves des réacteurs en service en France. Les résultats de ces contrôles, réalisés en fin de fabrication puis tous les 10 ans, ne montrent pas d’anomalies similaires.

De nombreux défauts ont été détectés sur la cuve de Doel 3 lors de contrôles réalisés en juillet 2012. Si l’analyse des résultats de ces contrôles n’est pas achevée, il apparaît déjà que la cuve présente de nombreuses indications qui « pourraient s'assimiler à de potentielles fissures » selon les termes de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire belge (AFCN). Ces défauts, dont l’origine n’est pas précisément établie à ce jour, seraient dus à des anomalies de fabrication.

Les défauts détectés à Doel 3 en 2012 ont été mis en évidence lors d’un contrôle par ultrasons de toute la zone fortement irradiée de la cuve. Ce procédé était utilisé pour la première fois sur la cuve Doel 3 et a été mis en œuvre à la demande de l’AFCN.

L’AFCN prendra position sur le redémarrage du réacteur de Doel 3 après examen des résultats des contrôles complémentaires qu’elle a demandés et des éléments du dossier apportés par l’exploitant pour justifier que ces défauts ne portent pas atteinte à la sûreté.

L’ASN, ainsi que son appui technique l’IRSN, et plusieurs de ses homologues étrangers apporteront leur appui à l’AFCN pour l’instruction de ce sujet. L’ASN s’assurera également que les exploitants et fabricants d’équipements nucléaires tireront le retour d’expérience de cet événement afin de garantir l’intégrité des équipements concernés.

L’industriel hollandais qui a fabriqué la cuve de Doel 3 n’a forgé aucune pièce destinée à des cuves du parc nucléaire français.

En France, l’ASN assure le contrôle de la fabrication et du suivi en fonctionnement des principaux équipements sous pression des réacteurs nucléaires, et notamment la cuve. Un suivi spécifique de la construction de ces équipements est mis en place depuis 1974. Pour l’ensemble des composants de la cuve des réacteurs français, des contrôles visant à détecter les défauts dans les pièces forgées ont été réalisés en cours de fabrication.

Tous les dix ans, sont réalisés des contrôles par ultrasons des zones fortement irradiées des cuves des réacteurs français en service. Ces contrôles n’ont à ce jour pas mis en évidence de défauts de cette nature.

Pour en savoir plus :

Consulter le site de l'Autorité fédérale de contrôle nucléaire belge (AFCN)

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017