Classement par l’ASN au niveau 2 de l’echelle INES d’un incident ayant conduit à la contamination de 6 intervenants au cours d’une opération de mise en sécurité de source au sein de la société Feursmetal (Feurs, Loire)

Publié le 27/05/2010 à 12:39

Communiqué de presse

L’ASN a classé au niveau 2 de l’échelle INES la contamination de 6 personnes intervenant dans les locaux de la société Feursmetal (Feurs, Loire). Cette contamination a eu lieu au cours d’une opération de récupération hier, 26 mai, d’une source radioactive de cobalt 60 de haute activité (1,25 TBq) coincée dans la gaine d'éjection d’un gammagraphe.

La source était bloquée depuis le 7 mai. Le gammagraphe est situé dans un bunker au sein d'un atelier de la société Feursmetal.

Une première opération visant à débloquer la source a eu lieu, sans succès, le lundi 10 mai sous la responsabilité de Feursmetal avec le concours des équipes techniques du fabricant de l’appareil Cegelec.

L'ASN a mené une première inspection le 12 mai afin de vérifier que les dispositions adéquates en matière de radioprotection avaient été mises en place.

Le 26 mai, une seconde opération a été programmée par Feursmetal et Cegelec qui a fait appel à l'IRSN. Elle prévoyait la mise en œuvre de robots afin de récupérer et de mettre en sécurité la source.

Opération de cisaillage

La tentative de cisaillage robotisé de la gaine d'éjection en amont et en aval de la source a conduit à détériorer celle-ci. La source a alors perdu son étanchéité ce qui a conduit à la contamination des six intervenants.

Des premières analyses ont été réalisées au sein de l’unité médicale spécialisée de la centrale nucléaire EDF de Saint-Alban, en raison de sa proximité et ont confirmé la contamination. Le niveau de contamination sera précisé par des analyses radio toxicologiques en cours.

Deux inspecteurs de l'ASN sont présents sur site depuis le 26 mai au soir.

Contact presse : Evangelia Petit, responsable des relations presse, tél 01 40 19 86 61 evangelia.petit@asn.fr

La gammagraphie permet d’apprécier des défauts d’homogénéité dans le métal, et en particulier dans les cordons de soudure. Cette technique utilise en général des sources d’iridium 192 et de cobalt 60, dont l’activité ne dépasse pas une vingtaine de térabecquerels.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017