Audition du directeur général de l’Institut Laue-Langevin

Publié le 07/06/2013 à 11:01

Note d'information

Le collège de l’ASN a auditionné, le 22 mai 2013, Andrew Harrisson, directeur général de l’Institut Laue-Langevin, en présence du chef de la division « Réacteur » de l’établissement, Hervé Guyon.

Le collège de l’ASN, qui auditionne régulièrement les principaux acteurs du nucléaire sur les enjeux de sûreté nucléaire et de radioprotection, a demandé que l’Institut Laue-Langevin présente les dispositions qu’il a retenues afin de répondre à l’une des prescriptions complémentaires[1] de sa décision du 10 juillet 2012[2]. Cette prescription de l’ASN exige de l’Institut Laue-Langevin qu’il propose, pour son réacteur à haut flux (RHF) situé à Grenoble (Isère), un « noyau dur » de dispositions matérielles et organisationnelles robustes à l’égard de certaines situations extrêmes (séisme, inondation, perte d’alimentations électriques, perte de refroidissement, gestion d’un accident grave).

L’Institut Laue-Langevin a présenté la démarche qu’il a suivie pour identifier les éléments constitutifs de ce « noyau dur » et pour en définir les exigences associées afin d’assurer leur fonctionnement en situation extrême - notamment en cas de séisme supérieur à celui actuellement retenu au titre de la réglementation applicable aux installations nucléaires de base. Enfin, l’Institut Laue-Langevin a présenté l’échéancier associé au déploiement complet de ce « noyau dur », prévu à l’horizon 2016.

[1] Prescription référence ILL-INB67-ECS 01, contenue dans la décision n° 2012-DC-0312

[2] Décision n° 2012-DC-0312

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017