Contrôle du réacteur EPR de Flamanville en construction

L'ASN assure le contrôle des installations nucléaires de base (INB), depuis leur conception jusqu'à leur démantèlement. Elle contrôle en particulier la construction du réacteur EPR (INB n°167) actuellement en cours à Flamanville.

Le réacteur EPR est un réacteur à eau sous pression dont la conception, en évolution par rapport à celle des réacteurs actuellement en fonctionnement en France, est destinée à répondre à des objectifs de sûreté renforcés.

Historique et situation actuelle :

©EDF Médiathèque -Alexis Morin / Tous droits réservés. Aménagement Flamanville 3, Communication

Après la délivrance du décret d’autorisation de création et du permis de construire, la réalisation du réacteur n° 3 de Flamanville a débuté au mois de septembre 2007. Les premières mises en œuvre du béton pour les bâtiments de l’îlot nucléaire ont été réalisées en décembre 2007. Depuis, les travaux de génie civil (gros œuvre) se sont poursuivis et sont quasiment achevés. En 2014 et 2015, EDF a terminé les travaux de construction de l’enceinte interne puis de l’enceinte externe du bâtiment destiné à abriter le réacteur. En 2014, les premiers gros composants (cuve, générateurs de vapeur,…) du circuit primaire principal ont été introduits dans le bâtiment réacteur et soudés aux tuyauteries principales du circuit. La mise en place des matériels et composants (canalisations, pompes, câbles et armoires électriques et de contrôle-commande…) s’est poursuivie et est en cours d’achèvement pour la réalisation des essais de démarrage du réacteur. Ces essais de démarrage sont bien avancés avec la réalisation des essais à froid de la chaudière nucléaire et l’épreuve de l’enceinte de confinement en 2018 ainsi qu’une une première phase d’essais à chaud réalisée début 2019. Après la finalisation des essais à chaud, EDF devra réaliser un travail de remise en conformité des soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur, réaliser les essais de démarrage restant afin de préparer le chargement du réacteur en combustible nucléaire (mise en service). En parallèle, EDF prépare l’arrivée de ce combustible sur site (mise en service partielle).

Le 19 mars 2015, l’ASN a reçu le dossier de demande d’autorisation de mise en service de Flamanville 3. Ce dossier a été transmis par EDF conformément à l’article 20 du décret n°2007-1557. Il contient un rapport de sûreté, des règles générales d’exploitation, une étude sur la gestion des déchets, un plan de démantèlement, un plan d’urgence interne et une mise à jour de l’étude d’impact. La mise en service de l’installation correspond à l’introduction du premier assemblage combustible dans la cuve du réacteur. Elle est soumise à la délivrance préalable par l’ASN de l’autorisation de mise en service de l’installation. Le même jour, EDF a déposé auprès de l’ASN le dossier de demande d’autorisation de mise en service partielle (étape qui correspond à l’introduction du combustible dans le périmètre INB de Flamanville 3).

L’ASN considère que les deux dossiers remis par EDF sont recevables. L’ASN considère toutefois qu’ils doivent être complétés afin que leur instruction technique puisse être menée. L’ASN a ainsi notifié à EDF ses conclusions et a dressé la liste des compléments, corrections et justifications attendus sur les différentes pièces constitutives, par lettre du 12 juin 2015, pour le dossier de demande d’autorisation de mise en service et par lettre du 13 juillet 2015 pour le dossier de demande d’autorisation de mise en service partielle.

En juin 2017, l’ASN a reçu des versions mises à jour des dossiers de demande d’autorisation de mise en service et de mise en service partielle. Des éléments restent manquants pour que l’ASN soit en mesure de prendre position sur le dossier de demande d’autorisation de mise en service. En particulier, l’ASN a formulé en 2018 des demandes de compléments sur les règles générales d’exploitation.

L’ASN a également recueilli l’avis du GPR les 4 et 5 juillet 2018 sur le rapport de sûreté du réacteur EPR de Flamanville. Cette réunion a été notamment consacrée aux suites données aux précédentes séances du GPR dédiées à ce réacteur depuis 2015.

Le 26 juillet 2018, l’ASN a autorisé l’introduction de vapeur contenant du tritium dans certains circuits du réacteur EPR de Flamanville pour la préparation et la réalisation des essais à chaud. Cette autorisation nécessitait l’entrée en vigueur des nouvelles décisions réglementant les prélèvements et la consommation d’eau, les rejets d’effluents et la surveillance de l'environnement du site de Flamanville. Ces décisions ont été mises à jour le 28 septembre 2018. L’entrée en vigueur de ces décisions est intervenue le 7 octobre 2018.

Le contrôle par l’ASN :

Le contrôle par l’ASN porte sur différents champs :

  • le contrôle de la construction, de la fabrication et de la qualification des équipements de l’EPR,
  • l’évaluation de la conformité des équipements sous pression nucléaires, en particulier en ce qui concerne la conception, les opérations de fabrication, de montage, d’installation et de mise en service;
  • le contrôle des essais de démarrage réalisés sur site,
  • l’instruction technique de la conception du réacteur et de ces équipements, en particulier l’instruction des documents transmis dans le cadre de la demande de mise en service du réacteur,
  • l’évaluation de la préparation de l’entité responsable de l’exploitation (le CNPE de FLA3) à la future exploitation du réacteur.

Ce contrôle s’exerce à travers un examen de la documentation technique et la réalisation d’inspections sur le site, dans les services centraux d’EDF ou chez les fabricants d’équipements.

L’ASN poursuit actuellement ce contrôle qui contribue à former un avis technique sur la demande de mise en service du réacteur.

Sur le chantier de la construction du réacteur EPR de Flamanville, environ deux tiers des inspections effectuées portent sur des thèmes techniques adaptés à l’avancement du chantier et aux activités en cours (montages mécaniques, essais de démarrage). Les autres inspections portent sur des thèmes transverses (préparation à l’exploitation, organisation pour la radioprotection des travailleurs, protection de l’environnement, etc.). Ces inspections sont soit annoncées à l’exploitant soit réalisées de manière inopinée.

Sur le chantier de construction, l’ASN a réalisé 20 inspections d’EDF en 2018 (dont 4 inopinées). Ces inspections ont porté en particulier sur les thèmes techniques suivants :

  • la préparation et la réalisation de l’épreuve de l’enceinte de confinement ;
  • les activités de montage mécanique et notamment un examen de l’historique de réalisation des soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur et de leur contrôle initiaux de fin de fabrication, de l’organisation mise en œuvre pour leurs recontrôles et des améliorations apportées pour la reprise des activités de soudage ;
  • l’organisation définie pour la réalisation des essais de démarrage du réacteur ;
  • les contrôles non-destructifs et la radioprotection des travailleurs ;
  • la préparation de l’équipe ayant vocation à assurer l’exploitation future du réacteur notamment dans les domaines de la protection de l’environnement, du suivi en service des ESP et ESPN, de la maîtrise du risque incendie et de la conduite du réacteur ;
  • la protection de l’environnement.

L’ASN exerce également son contrôle au titre de l’inspection du travail. L’ASN réalise des inspections inopinées portant sur les thèmes de la santé et de la sécurité au travail et de l’application des règles de droit social. L’ASN travaille en étroite collaboration avec les autres services de l’État compétents en la matière (DIRECCTE, URSSAF, etc.)

L’ASN mène également un contrôle au niveau des services d’ingénierie en charge de la réalisation et de la surveillance des études de conception détaillée et de la surveillance des activités de qualification et de fabrication et y réalise régulièrement des inspections.

En ce qui concerne la fabrication des équipements sous pression nucléaires, l’ASN et les organismes agréés examinent la documentation technique relative à la conception et à la fabrication des ESPN, et surveillent la fabrication de ces équipements, en particulier dans les usines du fabricant Framatome (ex AREVA NP), ainsi que de ses fournisseurs et de leurs sous-traitants.

Les principes de contrôle de la construction du réacteur EPR

Le 10 avril 2007, le gouvernement a délivré, par décret, l'autorisation de création du réacteur n°3 du site de Flamanville, réacteur de type EPR (European Pressurized water Reactor).

Actualité du contrôle du chantier de l'EPR de Flamanville

L'ASN assure le contrôle des installations nucléaires de base (INB), depuis leur conception jusqu'à leur démantèlement. Elle contrôle en particulier la construction du réacteur EPR (INB n°167) actuellement en cours à Flamanville.

Anomalies de la cuve du réacteur EPR

Retrouvez toutes les actualités relatives aux anomalies détectées sur la cuve de l'EPR de Flamanville

Défauts de soudure sur les circuits secondaires principaux du réacteur EPR

Retrouvez toutes les actualités relatives aux anomalies détectées sur la cuve de l'EPR de Flamanville

Date de la dernière mise à jour : 10/04/2019