Exposition incidentelle de personnes à un paratonnerre radioactif

Publié le 30/04/2014

Industrie - Travailleurs

Banque de France - 86000 Poitiers - Vienne (86)

Le 10 février 2014, l’ASN a été informée qu’un paratonnerre radioactif[1] (radium 226) avait été entreposé dans des locaux de la Banque de France à Poitiers entre le 9 avril 2010 et le 29 janvier 2014. Au cours de cette période, plusieurs travailleurs de la Banque de France ou de ses prestataires sont susceptibles d’avoir été exposés aux rayonnements ionisants.

A la suite de travaux de réfection du bâtiment réalisés en avril 2010, une entreprise de couverture a déposé un paratonnerre qui était installé sur le toit de l’établissement et l’a entreposé dans les combles. Il a ensuite été transféré en différents lieux de ce même établissement dont certains à proximité immédiate de postes de travail. Le caractère radioactif de cet objet a été mis en évidence de façon fortuite le 3 décembre 2013, lors d’une vérification des installations électriques par un organisme agréé. L’accès aux différentes zones d’entreposage du paratonnerre a alors été interdit à toute personne dans l’attente de contrôles radiologiques.

D’après l’étude menée par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), trois salariés de la Banque de France sont susceptibles d’avoir reçu une dose efficace supérieure à la limite réglementaire annuelle fixée pour les personnes du public (1 mSv) avec  une dose maximale évaluée à 8,2 mSv pour un salarié.

Le contrôle radiologique des locaux n’a pas mis en évidence de trace de contamination radioactive.

Le paratonnerre radioactif a été pris en charge par une société spécialisée et évacué de l’établissement le 29 janvier 2014.

Le CHSCT de la Banque de France a été informé de cet incident. La Banque de France a par ailleurs engagé un recensement de l’ensemble des paratonnerres radioactifs équipant ses bâtiments.

En raison de l’exposition de personnes du public à une dose supérieure aux limites de dose annuelle réglementaires, l’ASN classe cet événement au niveau 1 de l’échelle INES.

[1] La présence d'une source radioactive dans les paratonnerres, en ionisant l’air dans son voisinage, était censée augmenter la probabilité d’amorçage électrique et le rayon de protection par rapport à une pointe métallique simple. L’efficacité de ce dispositif n’ayant jamais été prouvée, la fabrication, la commercialisation et l’importation de ce type de paratonnerres sont interdites depuis 1er janvier 1987. Néanmoins, des paratonnerres radioactifs sont régulièrement déposés par les sociétés spécialisées à l’occasion d’opération de remplacement.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 05/09/2017