Transfert dans le barrage des Moulinets d'eaux dépassant une limite réglementaire

Publié le 12/01/2004

Station de traitement des effluents et déchets solides (STE2) et atelier de traitement des combustibles nucléaires oxyde (AT1) - Transformation de substances radioactives - Orano Cycle

Le 17 décembre 2003, la teneur moyenne en éléments radioactifs des eaux transférées dans le barrage des Moulinets a dépassé une limite réglementaire.

Les effluents liquides radioactifs rejetés par l'établissement de La Hague transitent par une conduite sous-marine de 5 kilomètres, qui aboutit dans le courant du Ras Blanchard. Une partie de ces effluents, les « effluents gravitaires à risque » ou « effluents GR », ne proviennent pas du procédé de traitement des matières nucléaires. Ils contiennent des eaux de pluie, collectées sur des zones extérieures d'entreposage, ainsi que des eaux provenant du réseau de drainage profond, qui protège les ateliers contre une éventuelle infiltration de la nappe phréatique. Exceptionnellement, en cas d'indisponibilité de la conduite de rejet en mer, COGEMA peut transférer les effluents GR dans la retenue du barrage des Moulinets. Les eaux du barrage sont ensuite rejetées en mer, via le ruisseau des Moulinets. Cependant, l'arrêté ministériel du 10 janvier 2003 n'autorise cette opération que si les effluents GR présentent de très faibles teneurs en éléments radioactifs. Ainsi la concentration moyenne quotidienne en émetteurs de rayonnements bêta (hors tritium) ne doit pas dépasser 3,7 becquerels par litre.

Le 17 décembre 2003, la conduite de rejet en mer n'était pas disponible, en raison d'une opération de maintenance courante. L'industriel a décidé d'orienter les effluents GR vers le barrage des Moulinets, après s'être assuré qu'ils respectaient les limites réglementaires. Mais simultanément, sans que la disponibilité de la conduite de rejet en mer ait été vérifiée, des eaux de ruissellement recueillies sur une zone d'entreposage de déchets ont été ajoutées aux effluents GR. Ces eaux ont donc aussi été transférées vers le barrage des Moulinets, alors que leur teneur en radioactivité, plus élevée, ne le permettait pas. Le dispositif de contrôle continu des effluents rejetés dans le barrage des Moulinets a détecté cet écart. Les analyses ont montré que la concentration moyenne quotidienne en émetteurs de rayonnements bêta (hors tritium) avait atteint 12,3 becquerels par litre, à comparer à la limite réglementaire de 3,7 becquerels par litre.

Des prélèvements d'eau dans la retenue du barrage, au point de déversement des effluents, n'ont pas mis en évidence de teneurs en éléments radioactifs supérieures aux limites de détection. Par ailleurs les contrôles de l'eau du ruisseau des Moulinets, qui rejoint la mer en aval du barrage du Moulinets, n'ont pas révélé d'écart à la réglementation.

Cet événement n'a pas eu de conséquence pour l'environnement ni pour la santé. Cependant il met en évidence une faiblesse dans l'organisation mise en place par COGEMA pour maîtriser les rejets de certains effluents, et il constitue un écart à la réglementation. A ce titre, il est classé au niveau 0 de l'échelle INES.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 28/04/2014