Non respect des conditions de surveillance de la pression des groupes de diffusion gazeuse prescrites par les règles générales d’exploitation

Publié le 26/05/2014

L'usine Georges Besse de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse - Transformation de substances radioactives - Eurodif

EURODIF PRODUCTION a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 19 mai 2014 un événement significatif relatif au non respect d’une règle générale d’exploitation (RGE) concernant les modalités de surveillance de la pression de groupes de diffusion gazeuse. Les groupes de diffusion gazeuse sont les équipements qui, lorsque l’usine était en production, contenaient l’hexafluorure d’uranium (UF6) gazeux et permettaient son enrichissement.

Depuis l’arrêt de production de l’usine, les groupes de diffusion gazeuse ont été mis à l’arrêt mais contiennent un résiduel d’uranium. Les opérations PRISME (Projet de Rinçage Intensif Suivi de la Mise sous air d’Eurodif) visent à le récupérer en vue de faciliter le démantèlement des groupes de diffusion gazeuse. La pression de gaz dans les groupes est suivie à l’aide de capteurs de pression pour détecter toute perte du confinement.

Le 14 mai 2014, l’ASN a constaté en inspection que l’exploitant n’a pas respecté la RGE définissant les modalités de surveillance de la pression de certains groupes de diffusion gazeuse. En effet, la RGE impose la surveillance de la pression de ces groupes par la totalité des capteurs. Or, l’exploitant a procédé au retrait de certains de ces capteurs sur trois groupes en attente de rinçage afin de pallier la panne de capteurs identiques sur d’autres groupes de diffusion en cours de rinçage. De plus, l’exploitant n’a pas été en mesure de justifier de la réalisation d’une analyse de risque préalablement au retrait de ces capteurs. 

Aucune perte de confinement n’a été détectée, la surveillance de la pression de ces trois groupes n’a pas été interrompue et les capteurs de pression maintenus n’ont pas connu de dysfonctionnement. Cet événement n'a donc pas eu de conséquence sur les salariés, sur l’installation ou sur l’environnement.

Toutefois, l’ASN a demandé à EURODIF PRODUCTION de déclarer plusieurs autres événements significatifs, classés au niveau zéro de l’échelle INES, relatifs à des écarts aux règles générales d’exploitation, assortis d’analyses de risques insuffisantes, détectés au cours d’inspections de l’ASN. En raison de la récurrence de ce type d’événements, l’exploitant devra réaliser une vérification générale de la conformité de ses installations et de ses pratiques d’exploitation aux règles générales d’exploitation.

En raison du non-respect récurrent des règles générales d’exploitation, cet événement est classé au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 8.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 26/05/2014