Sortie du domaine autorisé « pression – température » du circuit primaire principal

Publié le 04/02/2014

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 29 janvier 2014, l’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a entrepris d’arrêter le réacteur n°5 dans le but de réaliser une intervention de maintenance sur une vanne du circuit de contrôle volumétrique et chimique.

Sur les réacteurs à eau pressurisée exploités par EDF, le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les spécifications techniques d’exploitation définissent les limites autorisées pour la pression et la température du circuit primaire qui doivent être suivies en permanence. Le circuit primaire est connecté à un système de contrôle volumétrique et chimique qui a notamment pour fonction de maintenir dans le circuit primaire la quantité d'eau nécessaire au refroidissement du cœur.

Depuis octobre 2013, un dysfonctionnement d’une vanne du circuit de contrôle volumétrique et chimique est constaté. Les diagnostics réalisés en janvier 2014 ont mis en évidence que ce dysfonctionnement était lié à des opérations de maintenance de cette vanne mal maitrisées en août 2013. Cet événement a été classé de ce fait au niveau 1 de l’échelle INES. L’exploitant de la centrale nucléaire du Bugey a décidé de réparer cette vanne et pour ce faire d’arrêter le réacteur n°5 concerné.

Le 29 janvier 2014, les équipes de conduite ont commencé les opérations de baisse de température et de pression du circuit primaire principal afin d’arrêter le réacteur n°5. Pour suivre l’évolution de ces deux paramètres, les équipes de conduite ont utilisé un moyen de visualisation qui n’était pas prévu pour une telle opération et qui, de plus, a rencontré un dysfonctionnement.

Pendant 1 heure et 15 minutes, les paramètres de température et de pression du circuit primaire sont sortis des limites autorisées par les spécifications techniques d’exploitation. Dès la détection de cet écart, le retour dans le domaine d’exploitation autorisé a été réalisé.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

Voir aussi l'avis d'incident du 21/08/2013

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 04/02/2014