Porte d’un sas d’accès au bâtiment réacteur non étanche

Publié le 23/09/2020

Centrale nucléaire de Civaux - Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 10 septembre 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’inétanchéité du bâtiment réacteur à la suite d’une opération de maintenance. Il a complété sa déclaration le 16 septembre.

L’enceinte de confinement du réacteur, dite « bâtiment réacteur », est un bâtiment en béton à l’intérieur duquel se trouvent la cuve, les générateurs de vapeur et le pressuriseur. Elle constitue la troisième des trois barrières entre les substances radioactives contenues dans le cœur du réacteur et l'environnement (la première barrière étant constituée par la gaine du combustible, la deuxième étant constituée par l’enveloppe du circuit primaire principal). Elle est destinée, en cas d’accident, à retenir les substances radioactives qui seraient libérées en cas de rupture du circuit primaire. Deux sas permettent l’accès des personnes et du matériel à l’intérieur du bâtiment réacteur.

Les règles générales d’exploitation, recueil de règles approuvées par l’Autorité de sûreté nucléaire qui définissent les règles de fonctionnement de l’installation, prévoient que dans l’état du réacteur au moment de cet évènement, les deux portes des deux sas d’accès au bâtiment réacteur soient fermées et étanches. L’entrée de personnel reste possible, mais encadrée par une prescription particulière. Cette dernière prévoit qu’une seule des deux portes d’un sas soit ouverte à la fois, pour maintenir l’étanchéité du bâtiment. De plus, les portes intérieures des deux sas du bâtiment réacteur doivent rester ouvertes pendant que des personnes évoluent à l’intérieur de façon à faciliter leur évacuation.

Le 6 septembre 2020, le réacteur était en phase de redémarrage à la suite d’un arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible. L’exploitant a alors détecté une fuite d’air au niveau de la porte extérieure d’un sas d’accès au bâtiment réacteur alors que la porte intérieure était ouverte pour permettre la présence de personnel à l’intérieur du bâtiment réacteur.

Les équipes de maintenance ont identifié qu’un fond plein assurant l’étanchéité d’un joint n’avait pas été resserré ni vérifié après la réalisation le 2 août 2020 d’une opération de maintenance.

Depuis cette date, la porte intérieure du sas a été ouverte à plusieurs reprises, pour permettre l’entrée de personnes dans le bâtiment réacteur. A chaque ouverture, l’étanchéité de la troisième barrière n’était pas assurée. Notamment, dans les jours précédant la détection de la fuite, la porte intérieure du même sas avait été laissée ouverte par erreur pendant 31 heures, en l’absence de personnel à l’intérieur du bâtiment réacteur, ce qui est contraire aux règles générales d’exploitation et qui a également fait l’objet d’une déclaration d’évènement significatif.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au confinement du réacteur.

En raison de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Après avoir découvert la fuite, l’exploitant a immédiatement refermé la porte intérieure du sas avant de resserrer le joint de la porte extérieur, puis de réaliser son test de requalification le 7 septembre 2020. Ces actions lui ont permis de remettre ses installations en conformité avec les règles générales d’exploitation.

Classement INES de l'incident

0 1 2 3 4 5 6 7

Date de la dernière mise à jour : 23/09/2020